Famille Merle d'Aubigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famille Merle d'Aubigné est une famille huguenote de Genève dont certains membres se sont installés en France et aux États-Unis. Cette famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française descend de François Merle (1703-1761), fils de Jean-Louis Merle, fabricant de bas de soie, originaire de Nîmes, émigré à Lausanne [1]. François Merle épousa Élisabeth d'Aubigné, une arrière-petite-fille d'Agrippa d'Aubigné, poète et ami d'Henri IV jusqu'à la conversion de celui-ci au catholicisme (sa petite-fille, Françoise d'Aubigné, Marquise de Maintenon, épousera en 1683 Louis XIV, petit-fils du même Henri IV), par son fils Nathan d'Aubigné. Robert Merle, fils de François, se fera appeler Merle d'Aubigné dès avant la Révolution Française pour se distinguer des autres Merle avec lesquels il commerçait depuis Genève dans le Midi de la France. L'usage s'établit à la génération suivante d'accoler les deux noms.

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • François Merle (1703-1761) x Élisabeth d'Aubigné (1768-1846)
    • Aimé Merle d'Aubigné (1755-1799) x Elizabeth Barbezat (1768-1846)
      • Guillaume Merle d'Aubigné (1789-1868) x Ophélia Geer (1803-1879)
      • Jean-Henri Merle d'Aubigné (1794-1872) x Marianne Brelaz (1807-1855) puis x Frances Hardy (1826-1904)
      • Ami Merle d'Aubigné (1796-1877) x Anaïs Philippon (1812-1847)

Personnalités[modifier | modifier le code]

Aimé-Robert Merle d'Aubigné[modifier | modifier le code]

Soucieux de la sécurité des baigneurs, il fonde en une école de natation. Construite dans sa propriété des Eaux-Vives, l'infrastructure comporte une jetée de 60 dotée d'un couvert ainsi qu'un filet métallique immergé permettant aux baigneurs de ne pas être emportés par le courant[2].

Jean-Henri Merle d'Aubigné (1794-1872)[modifier | modifier le code]

Jean-Henri Merle d'Aubigné est un pasteur suisse revivaliste et un historien du protestantisme. Particulièrement réputé pour son éloquence en chaire, il joue un rôle majeur dans la diffusion du Réveil en Belgique. Sa magistrale Histoire de la Réformation en 5 volumes, traduite en plusieurs langues, le fait connaître dans tous les grands pays protestants.

Guillaume Merle d'Aubigné (1789-1868)[modifier | modifier le code]

Photographie de Guillaume Merle

(Guillaume Marc) Frère aîné du précédent, Guillaume Merle d'Aubigné part de Genève en octobre 1813. Il est employé de commerce à Londres en 1814. Il devient négociant à Boston en 1816 et à La Nouvelle-Orléans en 1819. Il vit à New York en 1824 et devient américain en 1830. Il se marie avec Ophélia Geer et aura 5 enfants. Il est enterré à New York, au Green-Wood cemetery de Brooklyn, dans la tombe des familles Merle d'Aubigné / de Dufourcq-Geer.

Ami Merle d'Aubigné[modifier | modifier le code]

(Jean André Ami) Commerçant, né le à Cologny (Genève), mort le à Fontaine-Daniel.

Maison Beauregard-Keys à la Nouvelle-Orléans

Frère des deux précédents, il est Garde d'honneur des armées napoléoniennes en 1813, à moins de 17 ans, et blessé à la bataille de Leipzig en octobre 1813. Il devient employé de commerce en 1816 à Genève et en 1818 à Hambourg. Il arrive à Boston le , et devient négociant à La Nouvelle-Orléans en 1822, puis Consul de Suisse à La Nouvelle-Orléans. Il acquiert la maison Beauregard-Keyes dans le quartier français, construite en 1826 par Joseph LeCarpentier, dont les jardins seront agrémentés par sa femme Anaïs[3]. Après la mort de son épouse en 1847, il revend tout et rentre en France : Paris, avec quelques années à Genève après la révolution de 1848. Dès son retour, il acquiert de vastes terrains à Montmorency et s'y installe en 1859.

Il se marie le à La Nouvelle-Orléans avec Anaïs Philippon, fille d'un riche planteur de la Nouvelle-Orléans, dont le père Jean est né à Orpierre (Hautes-Alpes). Une de ses filles, Eugénie, se marie avec Gustave Denis de Fontaine-Daniel en Mayenne, où il décède, et l'autre Corinne, avec Samson Jordan.

Émile Merle d'Aubigné (1846-1884)[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Henri, il est ingénieur. Il est directeur du service des eaux de Genève et est l'un des promoteurs des grands travaux du Rhône à Genève et de l'exploitation de la force hydraulique par la ville[4].

Francis Charles Merle d'Aubigné (1861-1948)[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Henri, il est pasteur et président du Consistoire de Paris.

Il est chevalier de la Légion d'honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, 2012, p.567
  2. Gauthier, Lionel (19..-....; conservateur de musée)., Plouf ! : une histoire de la baignade dans le Léman, Morges (Suisse)/Nyon (Suisse), Glénat Suisse / Musée du Léman & aquarium, 127 p. (ISBN 978-2-940446-52-0 et 2940446520, OCLC 987365315, lire en ligne)
  3. « beauregard-keyes », sur beauregard-keyes (consulté le 17 juillet 2016)
  4. « Merle, Emile (d'Aubigné) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Blanche Bieler, Une famille huguenote de Genève à l’Amérique
  • La vie américaine de Guillaume Merle d'Aubigné. Extraits de son Journal de Voyage et de sa Correspondance inédite 1809-1817. Avec une introduction et des notes par Gilbert Chinard. Paris: Librairie E. Droz ; Baltimore: The Johns Hopkins Press, 1935.
  • "Les Frères Merle d'Aubigné", réédition des deux ouvrages précédents, augmentés de la réédition de la biographie d'Ami Merle d'Aubigné, par son petit-fils le général Philippe Jordan. Editions Familiales, publiées par Eric Bungener.
  • Eric Bungener, Filiations protestantes, vol. 1, t. 1, Éditions familiales, (ISBN 2951049609), p. 661-665.

Article connexe[modifier | modifier le code]