Charles Genty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genty.
Charles Genty
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charles Marie Jean Jacques GentyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Maître
Distinction

Charles Genty est un caricaturiste, illustrateur (graveur sur bois et aquafortiste), et peintre français, né le à Jargeau (Loiret) et mort à Paris le [1].

Il a vécu dans le 18e arrondissement de Paris, résidant au 3, rue Nobel et ayant son atelier rue Saint-Vincent[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Illustration de la couverture de l'ouvrage "Bonshommes de Paris" d'André Beaunier.

Charles Marie Jean Jacques Genty naît le au domicile familial de la place de la Porte-Neuve à Jargeau, dans le département du Loiret, ses parents étant Charles Marie Genty, peintre vitrier, et son épouse née Marie Cécile Nicolle, couturière[1].

Après avoir été l'élève du peintre français Fernand Cormon[2], Charles Genty est soldat de deuxième classe au 76e régiment d'infanterie à Orléans en 1896[1].

Il illustre des journaux satiriques tels que Le Rire, Le Rire rouge, Ridendo, La Baïonnette, J'ai vu..., d'autres comme Les Annales politiques et littéraires… et de nombreux livres et textes. Il crée des affiches et expose ses peintures de scènes rurales et paysages marins à Paris[3].

Passionné de marionnettes, il crée dans son atelier de la rue Saint-Vincent un petit théâtre de guignol[4] où l'on joue notamment des pièces de Joseph Hémard[3].

On connaît à Charles Genty le tempérament facétieux de ses dessins puisqu'avec André Warnod, Roland Dorgelès et Pierre Girieud, il est l'instigateur du fameux canular qui consiste, en protestation contre ce qu'ils estiment être les excès de l'art moderne, à faire accrocher au Salon des indépendants de 1910 le tableau Coucher de soleil sur l'Adriatique signé Boronali (anagramme d'Aliboron) qui fera date dans l'histoire du faux[5], en réalité peint sous constat d'huissier par la queue d'un âne devant le Lapin Agile[4],[6].

Le fait qu'il soit mobilisé pendant la Première Guerre mondiale joue un rôle dans sa dénonciation des « atrocités allemandes » où l'on retrouve des stéréotypes germanophobes issus de la guerre franco-allemande de 1870[note 1],[7] que pour faire état de la vie du poilu dont il offre une vision déformée dans l'intention de faire drôle : « la guerre doit être drôle, la vie du front est croquée comme une suite de délassements de plein air, veine déjà traitée par la carte postale »[8]. Dans La Baïonnette (n°25 du 23 décembre 1915), Charles Genty prête ainsi au poilu une fête de Noël faite de colis de victuailles et de « bombance alimentaire » et, explique Laurent Bihl, « l'univers satirique paiera cher ce type de bobards, après la guerre, lorsqu'une vision rétrospective de cet univers de guerre révélera l'ampleur de la falsification »[8]. Charles Genty dégage également du conflit des visions satiriques des alliés étrangers, publiant en particulier, toujours dans La Baïonnette (15 juin 1916), un dessin relatif au flegme britannique[9], de même que dans son illustration du roman de Charles Derennes Les conquérants d'idoles qui paraîtra en feuilleton dans l'hebdomadaire J'ai vu..., sa vision de l'Indien d'Amérique, impliqué lui aussi dans la guerre de 1914-1918, procède d'un imaginaire à resituer dans les mentalités de 1919, dénonçable aujourd'hui[10].

Charles Genty épouse Rachel Bibes le en la mairie du 18e arrondissement de Paris[1].

Charles Genty meurt à Paris le à l'âge de 79 ans[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Affiches[modifier | modifier le code]

  • Les Folies Marigny, 1er avril : Grand tournoi international de boxe anglaise[3].

Illustrations bibliophiliques[modifier | modifier le code]

  • André Beaunier " Bonshommes de Paris ", illustrations de Charles Genty, chez Tricon Éditeur, Paris, 1902.
  • Charles Derennes, Les conquérants d'idoles, parution en feuilleton dans l'hebdomadaire J'ai vu..., illustrations de Charles Genty, du 9 mai au 9 juin 1919[10].
  • Honoré de Balzac (préface de Marcel Bouteron), La rabouilleuse - Scènes de la vie de province, gravures sur bois de Charles Genty, Boivin & Cie, 1923.
  • Tristan Bernard, Le cercle enchanté - Scènes de la vie du boxeur, eaux-fortes de Charles Genty, Le Goupy, Paris, 1924.
  • Edmond Haraucourt, L'amour et l'esprit gaulois à travers l'histoire du XVe au XXe siècle, illustrations d'André Devambez, Édith Follet, Charles Genty, Manuel Orazi, René-Xavier Prinet..., quatre volumes, Éditions Martin-Dupuis, 1927.
  • Honoré de Balzac, Le Colonel Chabert, eaux-fortes de Charles Genty, La Tradition, 1942.
  • Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, eaux-fortes de Charles Genty, Éditions littéraires de France, 1942.
  • Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, eaux-fortes de Charles Genty, Éditions littéraires de France, vers 1942.
  • George Sand, La Mare au diable, vingt-quatre eaux-fortes de Charles Genty, La Tradition, 1944.
  • Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, eaux-fortes de Charles Genty, Éditions littéraires de France, 1945.
  • Honoré de Balzac, Scènes éparses - Portrait et silhouettes, illustrations dans le texte par Charles Genty, Nouvelle Société d'édition, 1945.
  • Honoré de Balzac, Le Père Goriot, eaux-fortes de Charles Genty, Éditions littéraires de France, 1946.
  • Henry Bordeaux, La robe de laine, illustrations en couleurs de Charles Genty, Éditions Colbert, 1947.
  • Gustave Flaubert, Un cœur simple, eaux-fortes de Charles Genty, Éditions de la Cité, 1946.
  • Honoré de Balzac, Scènes de la vie militaire, cinquante volumes, Charles Genty parmi les illustrateurs, Éditions Albert Guillot, 1946-1953.
  • Honoré de Balzac, La vieille fille, illustrations en couleurs de Charles Genty, Éditions Albert Guillot, Paris, 1951.

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Gray (Haute-Saône), musée Baron-Martin :
    • Étude de vieille paysanne, 1892, crayon, 34 x 31 cm ;
    • Étude de porcs, sanguine; 34 x 22 cm ;
    • Le Poulet flambé dans l'âtre, fusain, 44 x 32 cm ;
    • La Belle dans la nuit ou Le Soir sur le boulevard, pastel, 55 x 46 cm ;
    • Le Retour des travailleurs, huile sur toile, 38 x 46 cm.

Faïence[modifier | modifier le code]

  • Scènes de boxe humoristiques, suite de huit assiettes de la Faïencerie de Lunéville, 1910.
  • Série Charles Genty, assiettes à dessert parlantes, demi-porcelaine de Badonviller, vers 1920.

Expositions[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Il signe quelques affiches, illustre des livres pour enfants, des romans de Balzac, des Contes de Tristan Bernard. En même temps, il envoie au Salon, dès sa vingtième année, des toiles, des pastels et des aquarelles d'une matière serrée, très subtile dans ses rapports de tons : des intérieurs, des rues de Paris, des paysages de la Méditerranée, d'Espagne et de Turquie. » - Gérald Schurr[11]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir « L'armée du Kronprinz » dans La Baïonnette, 22 juillet 1915.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Cote 19800035/1441/66829 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a et b Charles Genty, dans le Catalogue du "Salon de la Société des amis des arts d'Orléans, 1897
  3. a b et c Dictionnaire des illustrateurs, 1890-1945. Sous la direction de Marcus Osterwalder. Éditions Ides et Calendes, 1992. p. 426.
  4. a et b Jean-Pierre Crespelle, Montmartre vivant, Hachette, 1964, pages 74 et 127.
  5. République de Montmartre, "Boronali" cent ans plus tard..., 2010
  6. De tout un peu, Le canular de Boronali, novembre 2013
  7. Laurent Bihl, Les atrocités allemandes vues par la presse satirique, Mission Centenaire 14-18
  8. a et b Laurent Bihl, La vie du front vue par la presse satirique, Mission Centenaire 14-18
  9. Nelly Feuerhahn, La Première Guerre mondiale et l'image de l'anglais dans "La Baïonnette", in L'étranger dans l'image satirique, "La Lionne" n°30, (pages 159-178), UFR Langues et littératures, Poitiers, 1994
  10. a et b Diane Camurat, The American Indian in the Great War : real and imagined, Université Paris VII-Charles V, 1994
  11. a et b Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les éditions de l'amateur, 1979, tome 4, page 95.
  12. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 6, page 21.
  13. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  14. Le Salon des humoristes français à la Rochelle du 4 novembre au 19 novembre 1916, Éditions Le Clairon français, 1916, un exemplaire consultable en la médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle.
  15. Le Figaro, La tournée des humoristes part de Niort, 14 septembre 1916
  16. a et b Paris secret et insolite, L'humour à Montmartre, 2010
  17. LaM, Musée d'art moderne de Villeneuve-d'Ascq, présentation de l'exposition, 2014
  18. « Les acquisitions de la Maison de Balzac en 2003 », revue L'année balzacienne, n°5, Presses universitaires de France, 2004, pages 497-500.
  19. Musée Baron-Martin, Pastels et dessins dans les collections

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard André, Montmartre et le Boulevard Éditions Galerie Devambez, 1911.
  • Jean-Pierre Crespelle, Montmarte vivant, Hachette, 1964.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, tome 4, Les éditions de l'amateur, 1979.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Marcus Osterwalder, Dictionnaire des illustrateurs, 1890-1945, Éditions Ides et Calendes, 1992.
  • André Roussard, Dictionnaire des artistes à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Neil Harris et Teri J. Edelstein, En-guerre : French illustrators and World War I, University of Chicago Library, 2014.
  • Nicolas Surlapierre et Jeanne-Bathilde Lacourt, Brouillon Kub : les artistes cubistes et la caricature, 1911-1918, Silvana Editoriale, Milan, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :