Château d'Arcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir D'Arcy.
Château d'Arcy
Image illustrative de l'article Château d'Arcy
Une vue aérienne du château d'Arcy.
Période ou style Médiéval - Classique
Type Château fort - Château
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Semur
Destination initiale Résidence seigneurial
Propriétaire actuel Propriété privée
Destination actuelle Fermé au public
Protection  Inscrit MH (1983, partiellement)[1]
Coordonnées 46° 20′ 20″ N 4° 00′ 34″ E / 46.3389, 4.0094446° 20′ 20″ Nord 4° 00′ 34″ Est / 46.3389, 4.00944[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Vindecy

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château d'Arcy

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château d'Arcy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Arcy

Le château d'Arcy est un ancien château fort, du XIIe siècle, remanié au XVe siècle, centre de la seigneurie puis du marquisat d'Arcy, qui se dresse sur la commune de Vindecy dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne.

La château fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 27 juin 1983[1]. Seules les façades et les toitures des deux bâtiments d'entrée avec leur tour, le portail d'entrée entre ces deux bâtiments, les façades et les toitures du corps de logis, de l'aile en retour et de la tour sont inscrits.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château d'Arcy est situé dans le département français de Saône-et-Loire sur la commune de Vindecy, sur les bords de Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le XIIIe siècle le domaine fait partie de la baronnie de Semur-en-Brionnais. Au début du XIIIe siècle il est détaché de la baronnie pour une branche cadette de la famille de Semur. Jean de Semur, seigneur de Sancenay (Oyé), est en 1230[3] le premier seigneur identifié.

En 1434, à la mort de Lancelot de Semur, il passe à sa nièce Béatrice de la Bussière, mariée à Antoine Le Viste[Note 1]. De 1457 à 1501, Jean IV Le Viste, propriétaire, fait d'importants travaux. En 1482, il y reçoit Louis XI, et aurait commandé les fameuses tentures de La Dame à la Licorne[4].

De 1501 à 1547 Claude Le Viste, héritière de Jean et épouse de Geoffroy de Balzac, poursuit les travaux. En 1547, Jeanne Le Viste, cousine de Claude et épouse de Jean Robertet[Note 2], doit faire face aux pillages des Huguenots puis à ceux causés par les troupes de la Ligue et des armées royales. En 1591, un incendie ravage le château.

Vers 1616, Marie Robertet et André de Guillard en héritent. Au XVIIe siècle, Marie Raguier, veuve de Louis Ier de Guillard y fait des réparations et Paul de Guillard, petit-fils de Louis Ier construit l'aile nord.

Le château est un moment la possession de la famille le Brun. En 1682, le château est adjugé à Antoine de Valadoux, beau-frère de Paul, dont la famille agrandit le domaine et fait ériger la terre en marquisat. En 1719[3], il est vendu à Pierre Larcher, président à la Chambre des comptes de Paris.

Au XVIIIe siècle, le fils de Pierre, Michel Larcher, réalise de grands travaux. En 1852, Georges Thomé de Saint-Cyr, second mari de la dernière des Larcher, vide le château de son mobilier. De 1857 à 1910, le château appartient aux Fontenilles de Juigné. En 1910, il est vendu à un marchand de biens. En 1912, le château est acquis par Jacques Meniaud et en 1923, par Henri Rollin.

Description[modifier | modifier le code]

Malgré de nombreuses transformations le château a conservé beaucoup d'éléments du XVe siècle.

L'ancien château consistait en un quadrilatère cantonné de tours circulaires en grès gris auxquelles s'adossait à l'ouest un corps de logis de plan rectangulaire allongé et au nord une galerie aujourd'hui disparue ; une tour d'escalier est adossée à la façade du corps de logis. De l'ancienne basse-cour, il reste deux petits bâtiments flanqués au sud et au nord de deux tours rondes. Les fossés ont été comblés sous la Révolution.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Françoise Vignier (dir.), Le Guide des Châteaux de France, 71 Saône-et-Loire, Paris, Éditions Hermé,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La famille de Viste est originaire de la bourgeoisie lyonnaise.
  2. Jean était le fils de François Robertet, secrétaire du duc de Bourbon et bailli d'Usson, et neveu du célèbre Florimond Robertet, secrétaire d'État, trésorier de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château d'Arcy », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps.
  3. a et b Jean-Marie Jal, Les châteaux du Brionnais Xe ‑ XVIIIe siècle Histoire et patrimoine rural en Bourgogne du Sud no 7, Les Éditions du Centre d'études des patrimoines - Pays Charolais-Brionnais, Saint-Christophe-en-Brionnais, 2013, (ISBN 979-10-91041-01-0), p. 696.
  4. « L’histoire du château d’Arcy », sur Le Journal de Saône et Loire,‎ (consulté le 14 juillet 2014).