Centre hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centre hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand
Présentation
Coordonnées 45° 45′ 34″ nord, 3° 05′ 28″ est
Pays France
Ville Clermont-Ferrand
Adresse 58 rue Montalembert
Site web https://www.chu-clermontferrand.fr
Organisation
Type Centre hospitalier universitaire
Affiliation Université Clermont-Auvergne
Services
Nombre de lits 1 920
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Géolocalisation sur la carte : France/Auvergne-Rhône-Alpes

Le centre hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand (ou CHU de Clermont-Ferrand) est un centre hospitalier universitaire de France. Il possède une capacité totale de 1 920 lits en 2019[1]. Le service des urgences accueille environ 78 000 passages au urgences en 2014. Il réalise 496 426 consultations en 2014. Il regroupe 38 salles d'interventions chirurgicales.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Hôtel-Dieu est situé sur le site de l'ancien hôpital de la Charité. Les bâtiments actuels datent de 1767[2] et il avait une superficie de 4,5 hectares fin 2009, où le CHU de Clermont-Ferrand quitta celui-ci. Il disposait de 500 lits[2]. En 1926, la polyclinique Philippe Marcombes est inaugurée[3]. Les activités hospitalières sur le site de L'Hôtel-Dieu ont eu lieu sur une période particulièrement longue, avec près de 230 ans d'activités. Mais face à la vieillesse des bâtiments, il est difficile de l'aménager. Le CHU de Clermont-Ferrand décide alors de vendre l'Hôtel-Dieu à environ 30 millions d'euros pour construire le Nouvel Hôpital d'Estaing (NHE) ou plus souvent appelé CHU Estaing[4]. Le CHU de Clermont-Ferrand quitte les lieux sans même avoir trouvé de repreneur. Le CHU Gabriel Montpied est quant à lui mis en service en 1970. Il est construit sur le plateau Saint-Jacques qui domine Clermont-Ferrand. Il peut accueillir 560 lits. En 1994, le CHU se lance dans une vaste opération de désamiantage qui s'avère plus complexe que prévu[5]. En 2009, un nouveau bâtiment est construit sur le plateau Saint-Jacques. Il a une capacité de 250 lits et destiné à abriter le service de cardiologie présent dans le bâtiment composé d'amiante[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CHU CHU de Clermont-Ferrand (Clermont-Ferrand) – Fédération Hospitalière de France (FHF) », sur etablissements.fhf.fr (consulté le 27 mai 2019)
  2. a et b Yannick Marec, « Dompnier Bernard (dir.), L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Histoire d’un établissement hospitalier. Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014 », Histoire, médecine et santé, no 9,‎ , p. 137–140 (ISSN 2263-8911, lire en ligne, consulté le 27 mai 2019)
  3. Centre France, « Une chronique pour (re) découvrir le « bâti remarquable » », sur www.lamontagne.fr (consulté le 28 mai 2019)
  4. Centre France, « Clermont : les finances du CHU et du Nouvel Hôpital d'Estaing à l'index », sur www.lamontagne.fr (consulté le 28 mai 2019)
  5. Par Geneviève Colonna d'IstriaLe 14 novembre 2000 à 00h00, « Amiante : faut-il détruire l'hôpital à Clermont ? Clermont-Ferrand DE NOTRE CORRESPONDANTE », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  6. Centre France, « Les services gagnent le coeur du CHU Gabriel-Montpied », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 25 mars 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]