Cellule Déméter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cellule Déméter
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Organisation
Organisation mère

Déméter est une cellule de la gendarmerie nationale française créée en 2019. Elle se donne pour objectif de protéger les agricultrices et agriculteurs des agressions et intrusions sur les exploitations agricoles. Le dispositif est critiqué, tant par des agriculteurs que par des associations.

Présentation[modifier | modifier le code]

Créée par la gendarmerie le [1] à l'initiative de la FNSEA[2],[3],[4] et de Christophe Castaner pour lutter contre l'« agribashing » dont ferait l'objet le monde agricole, la cellule Déméter, en référence à la déesse grecque de l'agriculture et des moissons est annoncée par Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, le [5].

Selon le ministère de l'Intérieur, les objectifs de cette cellule sont de fournir des conseils aux professionnels de l'agriculture afin de sécuriser leurs exploitations ; de mener des actions de renseignement afin de détecter des menaces ; d'opérer un suivi judiciaire des affaires dans lesquelles il a été porté atteinte à des agriculteurs et agricultrices ; et de communiquer sur les actions menées[6],[7].

Organisation[modifier | modifier le code]

Déméter s'appuie de façon transverse sur différents organismes, tels que la Sous-direction de l'anticipation opérationnelle (SDAO) pour son activité de renseignement, la Sous-direction de la Police judiciaire (SDPJ) pour le suivi des affaires judiciaires et le Service d'informations et de relations publiques des armées (SIRPA) en guise de support médiatique. Il existe aussi un partenariat avec la fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA)[6].

Selon le SIRPA, si près de 400 audits de sécurité ont été menés, à l'échelle nationale, entre janvier et mai 2020, « aucun moyen financier n’est spécifiquement dédié à l’opération Demeter »[8].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les défenseurs de l'agriculture paysanne et biologique, dont la directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) Sylvie Ollitrault, accusent le gouvernement, à travers la cellule Déméter, de chercher à censurer la liberté d'expression des opposants à l'agriculture industrielle[9].

Certaines associations animalistes, dont L214, y voient une volonté d'intimider les défenseurs des animaux et de monter en épingle des actes de vandalisme afin de justifier un arsenal répressif excessif, destiné à entraver le débat démocratique[10].

Le , douze associations et le syndicat agricole la Confédération paysanne, dans une lettre ouverte adressée à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, « dénoncent les modes d’action de la cellule Déméter », invoquant une « rupture d’égalité », des « dérapages inquiétants » et « des méthodes d’intimidation », et « réclament sa dissolution « dans les meilleurs délais »[11].

Le , L214, soutenue par la Ligue des droits de l’Homme, dépose une requête en référé liberté au tribunal administratif de Paris contre la cellule Demeter, et demande la résiliation d’une convention de partenariat signée en décembre de la même année entre le ministère de l’Intérieur, la gendarmerie, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs[12],[13],[14]. L’association, qui remet en cause la neutralité de cette cellule à qui elle reproche ses liens avec des syndicats agricoles qu'elle considère comme « hostiles à toute remise en question du modèle agricole conventionnel »[15], dénonce « une entreprise d’« intimidation » à l’encontre des militants dénonçant l’élevage industriel »[16] qui se manifeste par le « déploiement croissant et quotidien de cette cellule et de cette convention » et « l’impact qu’elles ne cessent d’avoir sur les libertés fondamentales de l’association L214 (convocations de ses membres de plus en plus régulières, intimidations, dissuasion d’exercer les libertés publiques...) et de l’ensemble des associations et citoyens désireux de faire la transparence sur les pratiques d’élevage et d’abattage »[12],[13],[16].

La journaliste Aude Massiot considère en septembre 2020 que la cellule Déméter est « un dispositif politique contre une menace fantôme »[8].

Antoine Gatet, juriste de l'ONG France nature environnement, dénonce à propos de la convention de partenariat entre le gouvernement et la FNSEA un mésusage de la force et de l'argent publics : selon lui, « le gouvernement utilise des fonds publics pour faire de la milice privée au profit de deux syndicats »[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'Intérieur, « Présentation de « DEMETER », la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 18 septembre 2020)
  2. Stéphane Horel, « Vives critiques contre Déméter, la cellule de gendarmerie surveillant les « atteintes au monde agricole » », sur Le Monde.fr,
  3. Angela Bolis, « "Infraction commise dans votre secteur" : enquête sur Demeter, la cellule de renseignement co-dirigée avec les syndicats agricoles », sur Marianne.fr,
  4. Marie Astier et Isabelle Rimbert, « Déméter, la cellule de la gendarmerie qui surveille les opposants à l’agriculture productiviste », Reporterre,‎ (lire en ligne)
  5. « Agressions, intrusions : les agriculteurs placés sous la protection de "Déméter" », sur LCI (consulté le 28 janvier 2020)
  6. a et b Ministère de l'Intérieur, « Présentation de « DEMETER », la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole », sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 janvier 2020)
  7. « Convention de partenariat entre le ministère de l'Intérieur, la Direction générale de la Gendarmerie nationale, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et Jeunes agriculteurs renforçant la sécurisation par la Gendarmerie des exploitations agricoles. »
  8. a b et c Aude Massiot, « «Agribashing» : enquête sur la cellule Demeter, dispositif politique contre une menace fantôme », sur Libération.fr, (consulté le 8 septembre 2020)
  9. Aurore Coulaud, « Agribashing » : la cellule Demeter fait « un usage déguisé de la censure », sur Libération.fr, (consulté le 28 janvier 2020)
  10. « Intrusions dans les élevages : L214 dénonce la création d’une cellule de gendarmerie », sur Ouest-France.fr, (consulté le 6 février 2020)
  11. « Treize associations demandent la dissolution de la cellule Déméter », sur La France agricole.fr,
  12. a et b « L214 demande la dissolution de Demeter, la cellule anti agribashing », sur HuffPost.fr avec AFP,
  13. a et b Anne Crignon, « L214 attaque Déméter, une cellule policière chargée de « surveiller » les pro animaux », sur Nouvelobs.com,
  14. « L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice », Reporterre,‎ (lire en ligne)
  15. « La cellule Déméter accusée d’intimider des associations de protection de des animaux », sur CNews.fr,
  16. a et b « L214 dépose un recours contre Déméter, la cellule de gendarmerie surveillant les « atteintes au monde agricole » », sur Le Monde.fr avec AFP,

Voir aussi[modifier | modifier le code]