Odet de Foix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odet de Foix
Odet de Foix, Seigneur de Lautrec, par Jean Clouet
Odet de Foix, Seigneur de Lautrec, par Jean Clouet

Surnom Lautrec
Naissance 1485
Guyenne
Décès 16 août 1528 (à 43 ans)
Naples
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Infanterie et artillerie
Grade maréchal de France (1511)
Années de service 1507-1528
Conflits Guerres d'Italie
Commandement gouverneur du duché de Milan (1516-1521), gouverneur de Languedoc (1526-1528)
Faits d'armes bataille de Ravenne (1512), Marignan (1515), prise de Brescia et Vérone (1518), secours de Parme (1521) et de Bayonne (1523), prise de Gênes, Alexandrie du Piémont et Pavie (1527).

Odet de Foix (1485- devant Naples 16 août 1528), vicomte de Lautrec, dit le Maréchal de Lautrec, maréchal de France en 1511. Il est comte de Beaufort, seigneur de Lautrec, et par sa femme sire d'Orval et Lesparre, et de Chaource, Marais, Isles & Villemaur au bailliage de Troyes. Lieutenant général de l'armée d'Italie, il joua un rôle de premier plan dans les quatrième, cinquième, sixième et septième guerres d'Italie.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné de Jean de Foix-Lautrec (fils de Pierre de Foix vicomte de Lautrec et de Villemur, fils cadet du comte Jean Ier de Foix et de Jeanne d'Albret, fille du connétable Charles et de Marie de Sully-Craon dame d'Orval : voir ci-dessous ; Jean de Foix-Lautrec, gouverneur du Dauphiné, était vicomte de Lautrec et Villemur par son père Pierre et seigneur de Barbazan-Dessus par sa mère Catherine d'Astarac ; la vicomté de Lautrec en partie avait été donnée par le roi Philippe VI au comte Gaston II arrière-arrière-grand-oncle de Pierre de Foix-Lautrec, et la vicomté de Villemur avait été achetée par son père le comte Jean Ier de Foix ci-dessus), et de Jeanne d'Aydie (fille d'Odet et de Marie de Lescun ; héritière des seigneuries de Lescun et d'Esparros). Ses frères et sœur sont :

Jean Clouet, Charlotte d'Albret, dessin à la craie.

Odet de Foix épousa sa cousine éloignée Charlotte d'Albret d'Orval et de Lesparre (portrait ci-contre), fille de Jean d'Albret (gouverneur de Champagne ; fils d'Arnaud Amanieu d'Albret d'Orval et de Lesparre, lui-même fils de Charles II d'Albret, lui-même fils du connétable Charles Ier et de Marie de Sully-Craon dame d'Orval : voir ci-dessus et ci-dessous), et de Charlotte de Bourgogne ( comtesse de Rethel, fille du comte Jean de Nevers, possessionnée en Champagne, dans l'Aube comme on l'a vu ci-dessus, en héritage des ducs de Bourgogne comtes de Nevers et de Rethel).

De ce couple naîtront quatre enfants :

  • Gaston de Foix, né à Montrond le , mort jeune.
  • Henry de Foix, comte de Cominges, de Beaufort en Champagne (et de Rethelois ?), était en 1533 sous la tutelle de Menaut de la Martonie, évêque de Couserans, et de Jean de Laval-Châteaubriant, seigneur de Châteaubriant son oncle, et mourut le , après avoir fait son testament le 1er août précédent à Évreux, par lequel il nommait exécuteurs le cardinal de Tournon, le seigneur de Chateaubriant, l'évêque de Couserans et le premier président du Parlement de Paris
  • François de Foix, mort en bas âge
  • Claude de Foix, héritière finale, avec en plus Villemur tenu de son oncle André, morte en couches en 1553 laissant de son deuxième mari Charles de Luxembourg seigneur de Martigues, un fils, Henry de Luxembourg, qui mourut en bas âge. Alors son héritier fut Henri de Navarre, le grand-père maternel du roi Henri IV, pour Barbazan-Dessus, Lautrec et Villemur (en tant que fils de Catherine de Foix, il était le plus proche cousin des Foix-Lautrec : l'ancêtre commun est le comte Jean Ier de Foix mari de Jeanne d'Albret la sœur de Charles II d'Albret ci-dessus) ; pour Orval, Lesparre et l'héritage champenois (Beaufort et la seigneurie d'Isles), son héritier fut son cousin germain Nevers-Rethel-Clèves (la sœur aînée de Charlotte d'Albret d'Orval, Marie comtesse de Rethel et dame de Jaucourt, avait épousé Charles Il de Clèves comte de Nevers et d'Eu : parents du duc François de Nevers, qui rassembla ainsi tout l'héritage des Nevers).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était chevalier de l'ordre de Saint-Michel, fut gouverneur et amiral de Guyenne, lieutenant général des armées du roi en Italie, se trouva à l'entrée que le roi Louis XII de France fit en armes en la ville de Gênes le , et fut blessé à la cuisse à l'attaque du fort de Castellaccio.

Il est fait maréchal de France le 1er mars 1511 et conduit la même année les évêques au concile de Pise. Resté en Italie, il est dangereusement blessé et laissé pour mort sur le champ de bataille de Ravenne en 1512.

Gouverneur général de Guyenne en 1512, il seconde le roi de Navarre Jean d’Albret dans les batailles visant à reconquérir son royaume annexé par Ferdinand II d'Aragon.

En 1515, il passe avec François Ier en Italie à la tête des troupes de reconnaissance, puis prévient la trahison des Suisses à Marignan. Le roi François Ier lui donne le gouvernement du duché de Milan en mars 1516; il s'empare de Brescia et Vérone et fait lever le siège de Parme en 1521. L'année suivante, ses troupes sont défaites à la bataille de la Bicoque et la perte du Milanais, où il laissait des souvenirs de terreur, lui étant imputée, il se retire en Guyenne, dans l'une de ses maisons.

En 1523, il force, par une résistance héroïque, les Espagnols à lever le siège de Bayonne. Gouverneur du Languedoc jusqu'en 1526, il est nommé amiral de Guyenne.

Lieutenant général de l'armée de la grande ligue, qui se forme en Italie contre l'empereur Charles Quint en 1527, il reprend Gênes en août 1527, Alexandrie, et marche contre Pavie, qu'il emporte d'assaut et met au pillage le 4 octobre. Il se dirige ensuite vers Bologne qu'il quitte le 10 janvier pour se rendre dans le royaume de Naples en évitant Rome par l'est. Il met le siège devant la cité Melfi entre le 13 et 14 mars 1528, puis Naples le 1er mai de la même année tandis que Philippino Doria, neveu d'Andrea Doria, en organise le blocus maritime.

Lautrec mourra dans la nuit du 15 au 16 août d'une "fièvre maligne" dont on ne sait s'il s'agit de la peste, du choléra, du paludisme, voire d'une combinaison de ces fièvres qui avaient décimé son armée.

Surnommé le Grand Capitaine, son éloge a été écrit par Paul Jove. Le maréchal de Montluc, au livre de ses Commentaires, dit que « monsieur de Lautrec mourut au grand regret de toute la France, laquelle n'eut jamais de capitaine doué de meilleures parties que celui-là ; mais il était malheureux & mal secouru du Roy après qu'on l'avait engagé, comme on fit à Milan & à Naples. »

Gonzalo Fernández de Córdoba (1520-1578), duc de Sessa lui fait dresser 28 ans après sa mort un superbe tombeau de marbre dans l'église de Sainte-Marie-la-Neuve de Naples, en la chapelle de Gonzalve de Cordoue.

Sa disparition marque l'extinction de la branche des de Foix vicomtes de Lautrec.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Heraldique couronne vicomte français.svg
Blason de Foix-Lautrec.svg

Écartelé : aux I et IV d'or aux trois pals de gueules (Foix) ; au II d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur passant l'une sur l'autre (Béarn), au III, d'argent à une croix pattée de gueules (Comminges).[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand de Chanterac, Odet de Foix vicomte de Lautrec, maréchal de France (1483-1528), par , Paris, A. Margraff, 1930.
  • Philippa Woodcock, « Living like a king? The entourage of Odet de Foix, vicomte de Lautrec, governor of Milan », Royal Studies Journal, vol. 2, no 2, 2015. [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]