Cartel de Cali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la criminalité image illustrant la Colombie
Cet article est une ébauche concernant la criminalité et la Colombie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Cartel de Cali est une organisation mafieuse colombienne de narcotrafiquants basée autour de la ville de Cali. Ce cartel a été créé par les frères Rodriguez Orejuela (Miguel et Gilberto) pendant les années 1970.

À la différence d'autres cartels, le Cartel de Cali était composé de plusieurs femmes d'affaires légitimes et de maints entrepreneurs[1].

Selon certaines estimations[Lesquelles ?], le Cartel de Cali dans sa période florissante a contrôlé jusqu'à 80 % des exportations de cocaïne de Colombie vers les États-Unis.


Structure financière du Cartel de Cali.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le livre El cartel de los sapos (Le cartel des crapauds) de l'auteur Andrés López López met en scène les trafiquants du Cartel de Cali.
  • La série télévisée El Cartel diffusée sur le Canal Caracol se base sur ce livre à succès colombien.
  • Le rappeur français MC Solaar en parle également dans sa chanson Gangster Moderne. Il y fait d'ailleurs de nombreuses allusions à l'univers du trafic de drogue colombien.
  • Le cartel est présent dans l'intrigue de la saison 1 de la série produite par Netflix, Narcos.
  • La rivalité entre Pablo Escobar et le Cartel de Cali est une des trames majeures de la Telenovela colombienne Pablo Escobar, le patron du mal.
  • Dans le film Paradise Lost (2014) , la rivalité entre le cartel de Cali et de Medellín est évoquée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicaso Antonio et Lee Lamothe, Trafic de drogue. Voyage dans le monde des motards et des narcoterroristes, Montréal, Éditions de l'Homme, 2006, page 181

Sur les autres projets Wikimedia :