Cake-walk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (février 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cake.
Grande compétition de cake-walk ouverte à tous.
Affiche de spectacle américaine de 1896.

Le cake-walk ou cake walk est une danse populaire née parmi les Noirs de Virginie, pour imiter avec ironie l'attitude de leurs maîtres se rendant aux bals. Apparu vers 1870, il fut importé en Europe vers 1900 via le music-hall.

Le rythme du cake-walk fut repris par le ragtime.

Dans le sud des États-Unis, les esclaves disposaient de rares moments de détente. Le dimanche, ils profitaient parfois de l'absence des maîtres pour faire vivre ce qui leur restait de tradition africaine. Ces moments si rares comptaient beaucoup pour eux. Parfois, les colons conciliants assistaient à ces rendez-vous et récompensaient les meilleurs danseurs par un gâteau, d'où le nom de cake-walk (« marche du gâteau ») donné à ce type de danse syncopée, en forme de marche.

Claude Debussy composa en 1908 Golliwogg's cake-walk, pour piano, dans son Children's Corner. L'un de ses Préludes, titré Général Lavine - excentrique, est également « dans le style et le mouvement d'un cake-walk » (selon les mots de Debussy).

Georges Méliès réalisa un film en 1903 intitulé Le Cake-walk infernal mettant en scène un groupe de danseurs pratiquant le cake-walk en enfer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 'Cake-Walk' ou 'Cakewalk' est une danse issue de "Concours de Marche" ("Prize Walks") tenus à la fin du XIXe siècle, qui se tenaient généralement lors de rassemblements sur les plantations esclavagistes du sud des États-Unis . Différents noms existent alors pour cette forme originale de danse ("Chalkline Walk, "walk-around"). À l'issue d'une représentation de la forme originale de la danse à l'Exposition Universelle de 1876 à Philadelphie, un énorme gâteau a été attribué au couple gagnant. Par la suite, on pouvait voir cette forme de danse dans les minstrel shows, mais exclusivement exécutée par des hommes jusqu'en 1890. Ensuite, l'autorisation des femmes dans le casting a rendu possible toutes sortes d'improvisations à cette "marche", pour évoluer vers une danse caricaturale, qui est devenu très populaire à travers le pays[1].

Une danse des plantations[modifier | modifier le code]

Les auteurs de Jazz Dance: The Story of American Vernacular Dance ont rapporté qu'une expérience des années 1950 avec des participants africains a permis d'intégrer "La danse indigne des Africains" au Cakewalk [2]

Derniers témoins[modifier | modifier le code]

Dans l'article 1981 "Le Cakewalk: Une étude entre Stéréotype et réalité", Brooke Baldwin cite "une compilation quasi exhaustive des témoins qui ont été trouvés à ce jour" [3] Cette compilation est composée de témoignages d'anciens esclaves de Virginie et de Géorgie, enregistrées dans les années 1930 par des chercheurs de la WPA; ainsi que des comptes rendus de seconde main provenant d'autres sources. Baldwin note que lorsque les chercheurs du "Federal Writer's Project" de la WPA ont interviewé des anciens esclaves dans les années 1930, il n'était plus question de supprimer des informations sur les moments heureux de la vie d'un esclave." [4]

Louise Jones : "De la musique, des violons, des banjos, des guimbardes, et des tas d'autres choses. Vous n'aviez jamais vu avant une telle danse. Les esclaves transformaient le flow en tours et faisaient du Cakewalk quasiment toute la nuit"[4].

Géorgie Baker a dit qu'elle a chanté une chanson quand elle était enfant. "Walk light ladies, De cake's all dough." Elle a ri et a ajouté, "nous ne savions pas quand nous chantions cela à nos enfants, que nos parents dansaient le Cakewalk dessus" [5]

Estella Jones:.. "Danser le Cakewalk était un moment de plaisir durant l'esclavage". Ils balayaient vraiment bien la piste et mettaient des bancs pour la fête. Des banjos étaient utilisés pour faire de la musique". Les femmes portaient des robes longues à volants à cerceaux et les hommes avaient des hauts de forme, des vestes en queue de pie, et certains d'entre eux utilisaient des bâtons de tambour-major. Le meilleur couple obtenait un prix. Parfois, les propriétaires des esclaves venaient à ces fêtes car ils adoraient voir les gens danser et décider qui était le meilleur danseur. La plupart de ces fêtes, durant les temps de l'esclavage, se déroulaient le samedi soir, durant les périodes de travail. Mais l'hiver, c'était quasiment tous les soirs"[6].

Tradition orale[modifier | modifier le code]

Un Carolinien du Sud, nommé Griffin, un violoniste qui a joué pour les danses des blancs ainsi que pour les "Cakewalks annuels de son propre peuple" [6] rapporte qu'en 1960, une histoire racontée par sa nourrice en 1901 était répétée par l'acteur de 80 ans Leigh Whipple : "nous esclaves regardions les fêtes des Blancs où les invités dansaient un menuet, puis ils ont défilé dans une grande marche, avec les dames et messieurs allant dans des directions différentes puis se retrouvant à nouveau, bras dessus bras dessous, et marchant vers le centre de la piste ensemble. Puis nous nous faisions cela à notre tour, mais nous avions l'habitude de se moquer d'eux à chaque pas. Parfois, les blancs s'en rendaient compte, mais ils avaient l'air d'aimer ça ; je suppose qu'ils pensaient que nous ne pouvait pas danser mieux. "[6]

l'ex artiste de ragtime Shepard Edmonds a raconté, en 1950, des souvenirs qui lui avaient été relatés par ses parents du Tennessee: "... le cake-walk était à l'origine une danse des plantations, juste un mouvement de joie qu'ils faisaient sur la musique du banjo parce qu'ils ne pouvaient pas rester immobiles. C'était généralement le dimanche, quand il y avait peu de travail, que les esclaves à la fois jeunes et vieux se déguisaient avec des costumes usagés pour faire une balade/parade en caracolant. Ils ont fait une caricature des mœurs des blancs dans la «grande maison», mais leurs maîtres, réunis pour les regarder ne comprenaient pas. Il est censé être de coutume que le maître donne un gâteau au couple qui a fait le mouvement le plus fier. "[6] Baldwin en conclut que la Cakewalk était "la satire de la culture concurrente des blancs soi-disant 'Supérieurs'. Les maîtres pouvaient exclure toute menace en considérant cela comme un simple spectacle qui existait uniquement pour leur propre distraction"[7].

Tom Fletcher, qui est né en 1873 et a eu une carrière dans le spectacle à partir de 1888[8], a écrit en 1954 que, quand il était enfant, ses grands-parents lui avaient parlé de la chalkline-walk / Cakewalk, mais ils ne savaient pas quand il cela a commencé [9]. La mère de Fletcher est né sur une plantation et a grandi dans l'Ohio (p. 5). Le grand-père de Fletcher lui a dit, "votre grand-mère et moi, nous avons gagné tous les prix et on était baladés de plantation en plantation. Cette danse est devenue une grande mode, cela demandait des compétences et de bons nerfs... La plantation est l'endroit où les spectacles comme les tiens ont démarré"[10]. Fletcher ajoute que la danse était appelée la "chalkline-walk" et "Il n'y avait pas de caricature, juste une promenade tout droit sur un chemin que chacun faisait tour à tour, et le long duquel les danseurs avançaient avec un seau d'eau sur la tête. Le couple qui était le plus droit et renversait le moins d'eau ou pas d'eau du tout était le vainqueur. "[11] Il décrit ces moments comme «ravivés par les pas fantaisistes de la danseuse excentrique et intelligente Charlie Johnson", et de devenir connu sous le terme de "Cake Walk" [12],[13]

"Cakewalk King" Charles E. Johnson rapporte les souvenirs de sa grand-mère d'une danse marchée du "vieux temps". Les invités blancs arrivaient en calèche pour regarder leurs esclaves par paire exécuter une danse marchée qui était "aussi élégante et posée qu'un menuet de Mozart», mais aromatisée avec "une grâce exagérée qui était parfois comique". Johnson rapporte que "La marche cadencée et rythmée était généralement fournie par un violon, un tambour et une corne d'une certaine sorte. Une imposante, extra doux gâteau de noix de coco était le prix pour le couple gagnant. Le cakewalk était encore une danse populaire des gens ordinaires, après la guerre civile. "[14]

Autres sources[modifier | modifier le code]

Ethel L. Urlin, écrit dans le livre Danser, ancienne et moderne (1912), a déclaré que la partie de plaisir »est née en Floride, où il est dit que les Noirs ont emprunté l'idée de celui-ci à partir des danses du Seminole de guerre... Les nègres étaient présents en tant que spectateurs à ces danses, qui se composait de saut sauvage et hilarant et giratoire, en alternance avec lentes processions dans laquelle les danseurs marchaient solennellement dans les couples. L'idée a grandi, et le style de marche arrivés à être pratiqués chez les nègres comme un art "[15]

Le Encyclopédie de la danse sociale fait écho à la Seminole Indian connexion, indiquant que "Classes surgi parmi les nègres pour l'enseignement de la danse et de la bonne façon de se promener" dans les années 1880. Comme la Floride développé en une station d'hiver, la danse est devenue plus orientée performances, et se propage à la Géorgie, des Carolines, la Virginie, et enfin New York[16].

Le Cake-walk dans le music-hall, les comédies musicales et comme danse populaire[modifier | modifier le code]

Lors de la célébration du centenaire de Philadelphie en 1876, des choristes folkloriques noirs sont sélectionnés pour présenter le « chalkline walk », la « marche sur la ligne de craie », danse autrefois pratiquée dans les plantations[17]. Cette performance a été "exécutée dans le mode original", comme le signale Fletcher.[1] En 1877, les interprètes Edward Harrigan et Tony Hart en donnent une version au théâtre comique de Broadway à New-York[18]. Par la suite, la danse a été présentée lors de spectacles de music-hall, exécutée exclusivement par des hommes jusque vers 1890[1].

Dans le spectacle «Le créole" (1889)[19], Dora Dean [20] et son mari Charles E. Johnson ont fait de cette danse leur spécialité, se plaisant à l'exécuter en qualité de partenaires[21] De 1889 à 1897, ce spectacle a été donné d'innombrables fois à Boston et New York, notamment à l'ancien « Standard Theatre » sur Greeley Square; ce fut l'une des premières productions à renoncer au maquillage noir («blackface»). La production avait un casting noir avec groupe de seize filles, à une époque où la présence sur scène de danseuses était assez nouvelle[22] L'intégration des femmes dans ce spectacle a rendu possible toutes sortes d'improvisations à la marche, et la danse d'origine a évolué bientôt en une danse grotesque,devenue très populaire aux États-Unis [1].

Un grand «Cake-walk» eut lieu au Madison Square Garden, la plus grande salle commerciale de New-York, le 17 février, 1892[23],[24].

En 1897, la revue « The Illustrated London News » publie un article consacré à une danse populaire à Ashtabula, Ohio. Ce texte est rédigé par une voyageuse anglaise qui signale que l'expression 'prendre le gâteau' (take the cake), était précédemment une énigme pour elle, mais qu'elle l'a comprise lorsque, juste avant la fin du bal, une longue procession de couples s'est formée. Le groupe a élégamment évolué trois fois autour de la salle sous le regard critique d'une douzaine de personnes âgées, qui ont finalement choisi le meilleur couple et lui ont gravement remis une grande tarte aux prunes [25]

En juillet 1898, la comédie musicale Clorindy: L'origine du Cakewalk débute à Broadway, New-York, Will Marion Cook, étant l'auteur de la musique de ragtime. Des danseurs noirs, mêlés aux membres blancs de la troupe, constituent un premier exemple d'intégration raciale sur une scène de New York [26],[27] Cook signale que lorsque la dernière note a retenti, le public s'est levé et a applaudi pendant au moins dix minutes[28],[29]


Charles E. Johnson, "Cake-walk King", avec son épouse Dora Jean, a atteint une grande célébrité à travers les États-Unis et en Europe. Il a décrit ce type de danse comme "simple, digne et bien habillée»[30].

Fluide et imaginatif, le Cake-Walk était hautement formalisé par rapport à des danses ultérieures, telles que le Charleston, Black Bottom et Lindy Hop [31]

Une forme musicale[modifier | modifier le code]

La plupart des musiques de cake-walk sont notées en 2/4 (signature de temps avec deux battements lourds suppléants par mesure, donnant un rythme de ooompah[32]. La musique a été adoptée dans les œuvres de divers compositeurs blancs, y compris Robert Russell Bennett, John Philip Sousa et Claude Debussy, ainsi que le compositeur créole Louis Moreau Gottschalk. Debussy a écrit Golliwogg 's Cake-walk, le mouvement final de sa suite pour piano Children's Corner (publiée en 1908)[33]. Le cake-walk a été adapté et modifié en deux étapes, qui ont été engendrées par la popularité des marches, notamment par John Philip Sousa [34]

Le rythme Habanera de base[35] Jouer.

La musique de cake-walk a incorporé polyrythmie[36], syncopes et juba, en un rythme de marche régulier[37],[38]. Schuller estime la syncope rythmique et de juba a été « une corruption idiomatique, une mutation aplatie de ce qui était autrefois le vrai caractère polyrythmique de la musique africaine[39]. » Cependant, le chiffre connu comme la habanera est l'un des duple impulsion rythmique plus élémentaire cellulaires dans la musique africaine traditions d'Afrique subsaharienne. Le « rythme de habanera » se trouve dans la plus ancienne musique traditionnelle connue des Ewes du Ghana, du Togo, et du Dahomey, pour ne citer qu'un groupe ethnique[40]. Il est entendu dans la musique traditionnelle de tambours, de Mali au Mozambique et du Sénégal à l'Afrique du Sud. La figure rythmique est également importante dans les genres populaires de danse africaine tels que l'afrobeat, le highlife et les soukous. Bien que sa structure binaire impulsion soit identique à temps commun en mètre basé en Europe, le motif de l'attaque-points de la habanera rythme possèdent un véritable polyrythmie caractère ic africaine, ou plus précisément, une rythmique croisée caractère [41]

Citations[modifier | modifier le code]

Né en 1871 James Weldon Johnson a fait des observations d'une partie de plaisir lors d'un bal dans son roman L'Autobiographie d'un Ex-Colored Man . « Cependant, il était à une de ces balles que je l'ai vu le cake-walk. Il y avait un concours pour une montre en or, doit être attribué à l'hôtel maître d'hôtel de recevoir le plus grand nombre de votes. Il y avait un peu de danse tandis que les votes ont été comptés. Puis la parole a été autorisé pour le cake-walk. Une demi-douzaine de clients quelques-uns des hôtels prennent place sur la scène pour agir comme juges, et de douze ou quatorze couples ont commencé à marcher pendant une assez sûr, gâteau très décoré, qui se trouvait dans la preuve évidente. Les spectateurs se pressaient sur l'espace réservé pour les concurrents et les regardaient avec intérêt et d'excitation. Les couples ne marchaient pas en rond, mais dans un carré, avec les hommes à l'intérieur. Les points délicats à prendre en compte étaient l'appui des hommes, la précision avec laquelle ils se sont tournés les coins, la grâce des femmes, et la facilité avec laquelle ils se balançaient autour des pivots. Les hommes marchaient d'un pas majestueux et de soldat, et les femmes avec une grâce considérable. Les juges sont arrivés à leur décision par un processus d'élimination. La musique et la promenade continué pendant quelques minutes; puis les deux ont été arrêtés tandis que les juges conférés; lorsque la marche a commencé à nouveau, plusieurs couples ont été laissés de côté. De cette façon, le concours a finalement été réduit à trois ou quatre couples. Puis l'excitation devient intense; il y avait beaucoup acclamations partisane comme un couple ou d'une autre serait exécuter un virage dans un style élégant supplémentaire. Quand le gâteau a finalement été attribué, les spectateurs ont été à peu près également partagés entre ceux qui ont applaudi les gagnants et ceux qui murmuraient de l'injustice des juges. Ce fut le cake-walk dans sa forme originale, et il est ce que les artistes de couleur sur la scène théâtrale développés dans les mouvements de caracolant désormais connus partout dans le monde, et que certains critiques parisiens prononcées le point culminant du mouvement poétique »

Les temps modernes[modifier | modifier le code]

Le anglais américain terme "gâteau" a été utilisé dès 1863 pour indiquer quelque chose qui est très facile ou facile, même si cette métaphore peut se référer à la jeu de carnaval du même nom en se référant au fait que les gagnants de ces derniers obtiennent leur prix en faisant pas plus de se promener dans un cercle [42] Bien que le se danser pourrait être exigeant physiquement, il a été généralement considéré comme un amusement, passe-temps récréatif. L'expression "prend le gâteau" vient aussi de cette pratique[43],[44], que pourrait "morceau de gâteau." [42]

Une version du gâteau est parfois enseigné, effectué inclus dans les compétitions au sein de la écossais - inspiré Highland danse communauté, surtout dans le sud des États-Unis[45].

Une version de la partie de plaisir vu dans des extraits de films d'époque du début des années 1900 est maintenu en vie dans la communauté Lindy Hop à travers des spectacles par les Hot Shots et par classes de Cakewalk lieu en même temps avec des classes et des ateliers de Lindy Hop.

Judy Garland effectue une partie de plaisir en 1944 MGM musical, Le Chant du Missouri .

Exemples de morceaux[modifier | modifier le code]

Interprètes connus (enregistré)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Fletcher 1984, p. 103
  2. Stearns et Stearns 1994, p. 11, 13
  3. Baldwin 1981, p. 209.
  4. a et b Baldwin 1,981, p. 207
  5. . Baldwin 1,981, p. 207, 208
  6. a, b, c et d . Baldwin 1981, p. 208
  7. Baldwin 1,981
  8. Fletcher 1984, p. 5
  9. Fletcher 1984, p. 108.
  10. . Fletcher 1,984, p. 19
  11. Steppin 'sur les Blues. par Jacqui Malone. University of Illinois Press. 1996. p. 19. ISBN 0-252-02211-4
  12. . Fletcher 1984, p. 41
  13. Black danse aux États-Unis de 1619 à 1970. Lynne Fauley Emery. Californie: National Press Books. 1972. p. 207. ISBN 0-87484-203-4
  14. Cakewalk roi. Ébène. Février 1953. Vol 8. p. 100.
  15. [http:.%20//www.archive.org/details/dancingancientmo00urlirich « page 13 texte disponible à cette adresse »] (consulté le 19 mai 2011)
  16. Encyclopédie de la danse sociale . Albert et Joséphine Bulter. 1971 et 1975. Albert Bulter Ballroom Dance service. New York, NY. p. 309 en édition de 1975. aucune ISBN ou un autre ID
  17. .Baldwin 1981, p. 212
  18. Types et les stéréotypes dans le théâtre musical américain de 1870 à 1900. Richard M. Sudhalter. [1]
  19. [http:%20//www.pbs.org/wnet/freetodance/timeline/index.html « gratuit Dance @ Chronologie »] (consulté le 19 mai 2011)
  20. [http:%20//lcweb2.loc.gov/cgi%20-bin%20/%20query%20/%20r%20ammem%20/%20aasm:?FIELD%20(SUBJ%20+%20@%20bande%20(+%20Dean,%20+%20Dora%20++)) « Vous ne pensez pas que vous voudriez me caresser / paroles et musique de Hughie Cannon »] (consulté le 19 mai 2011)
  21. Un siècle de comédies musicales. Noir et Blanc: une encyclopédie de la musique Stade Travaux By, propos, ou impliquant des Afro-Américains. Par Bernard L. Peterson. Publié par Greenwood Publishing Group, 1993. p. 92. ISBN 0-313-26657-3, ISBN 978-0-313-26657-7
  22. .Stearns et Stearns 1994, p. 118
  23. Hors de la vue. Lynn Abbott, Doug Seroff. pp. 205, 206.
  24. (en) see texte à Google Books (lire en ligne)
  25. La musique du diable:. Une histoire des Blues. Par Giles Oakley. Publié par Da Capo Press, 1997. p. 31. ISBN 0-306-80743-2, ISBN 978-0-306-80743-5
  26. American Dance africaine
  27. [http:%20//www.theatredance.com/mainstage.%20.html « Noir Broadway site web »] (consulté le 19 mai 2011)
  28. Will Marion Cook, "Clorindy, l'origine de la Cakewalk "(1944) Will Marion Cook, " Clorindy, l'origine de la Cakewalk "(1944 ). Imprimé en arts de la scène (septembre 1947), pp 61-65
  29. [http:..%20//homepage.mac.com/rswinter/DirectTestimony/Pages/187.html « en ligne extrait du livre »] (consulté le 19 mai 2011)
  30. Cakewalk roi. Ébène. Février 1953. Vol 8. p. 106.
  31. Scott Joplin le homme qui a fait Ragtime par James Haskins avec Kathleen Benson 1978, Doubleday and Company, p.. 74 ISBN 0-385-11155-X
  32. La Collection Smithsonian de Classic Jazz révisée Edition 1987 Smithsonian Press Institution pp. 14, 15.
  33. Modèle:Cite livre.
  34. . Stearns et Stearns 1994, p. 11
  35. Orovio, Helio. 1981. Diccionario de la Música Cubana , p.237. La Habana, Editorial Letras Cubanas. ISBN 959-10-0048-0
  36. Cakewalk roi 1953. p. 100.
  37. Baldwin 1 981
  38. [http:%20//replay.web.archive.org/20070403012513/http:%20//www.rag-time.com/mlc/%20whatis%20/%20cwalk.shtml « Cakewalks - Early Syncope »] (consulté le 19 mai 2011)
  39. Schuller, Gunther (1968). Early Jazz - ses racines et du développement musical (Oxford University Press), p. 15 (ISBN 0-19-500097-8 et 0-19-504043-0).
  40. "Sohu", musique rituelle de la Yeve, (frères Ladzekpo). Phonogramme Makossa 86011 (1982).
  41. Peñalosa, David (2009: 41).. La Clave matrice; Afro-Cuban Rhythm: ses principes et ses origines africaines . Redway, Californie:. Bembe Inc. ISBN 1-886502-80-3.
  42. a et b . Modèle:OEtymD
  43. [http:%20//www.streetswing.com/histmain/z3cake1.htm « Cakewalk Danse »] (consulté le 1er avril 2007)
  44. Comment les Beatles Destroyed Rock 'n' Roll: une histoire alternative de la musique populaire américaine , par Elijah Wald. 2009. Oxford University Press. p. 30. ISBN 978-0-19-534154-6
  45. [http:%20//www.electricscotland.com/dance/intro.htm « Introduction à la danse des Highlands »] (consulté le 5 avril 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]