Golliwog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un golliwog (prononcé en anglais : /ˈɡɒliwɒɡ/[1]), aussi appelé golliwogg ou golly, est une poupée de chiffon ou d'étoffe représentant une personne noire aux cheveux crépus, généralement de sexe masculin[2].

Les poupées sont ainsi désignées d'après Golliwogg, le nom propre d'une poupée apparue en 1895 dans le livre pour enfants The Adventures of Two Dutch Dolls [« Les Aventures de deux poupées néerlandaises »] de Bertha et Florence Kate Upton (en)[3]. Inspiré des personnages des minstrel shows, le golliwog est par la suite commercialisé sous forme de poupées et de produits dérivés[4] et connaît une forte popularité en Angleterre dans la première moitié du XXe siècle et pendant l'après-guerre[4]. Il a également été utilisé à des fins publicitaires[5], notamment par le fabricant de confiture James Robertson & Sons[6], et repris par d'autres auteurs de livres pour enfants, dont Enid Blyton[7]. Il a par ailleurs inspiré le titre de la pièce pour piano Golliwog's Cakewalk de Claude Debussy, dans sa suite Children's corner[4].

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les golliwogs commencent à faire l'objet d'une controverse : on les accuse en effet de véhiculer un stéréotype raciste[8]. La polémique autour de ces jouets donne lieu à un certain nombre de faits divers, dont notamment une remarque de Carol Thatcher —  comparant Jo-Wilfried Tsonga à un golliwog — qui lui a valu d'être écartée d'une émission de la BBC[9].

Le nom du personnage serait en outre à l'origine du mot wog (prononcé en anglais : /wɒɡ/[10]), terme péjoratif utilisé pour désigner les Noirs et d'autres groupes ethniques[2].

Le personnage du Golliwog assis sur un fauteuil à bascule, entouré de trois poupées en bois.
Le personnage du Golliwog dans The Adventures of two Dutch Dolls (1895).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. golliwog (lire en ligne sur oxforddictionaries.com, consulté le 28 septembre 2015)
  2. a et b (en) David Pilgrim, « The Golliwog Caricature », sur ferris.edu, Ferris State University, (consulté le 1er septembre 2015).
  3. (en) « golliwog », sur oxforddictionaries.com (consulté le 28 septembre 2015)
  4. a, b et c Johnson, p. 3.
  5. (en) James Sturcke, « Golliwog began as beloved children's character », The Guardian, (consulté le 1er septembre 2009).
  6. (en) John Sutherland, « Robertson's Golly racist, offensive and gone », The Guardian, (consulté le 1er septembre 2009).
  7. Varga et Zuk 2013, p. 17.
  8. (en) Marcus Dunk, « How the golliwog went from innocent children's hero to symbol of bitter controversy », Daily Mail Online, (consulté le 1er septembre 2015).
  9. (en) Anita Singh, « Carol Thatcher 'golliwog' jibe referred to black tennis player Jo-Wilfried Tsonga », The Telegraph, (consulté le 1er septembre 2009).
  10. (en) Entrée « wog », sur oxforddictionaries.com (consulté le 28 septembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robin Bernstein, Racial Innocence: Performing American Childhood from Slavery to Civil Rights, New York, New York University Press, , 307 p. (ISBN 978-0-8147-8707-6).
  • (en) Olga Buttigieg, Recognising the Spirituality of the Golliwogg: An Analysis of Upton’s Golliwogg Picture Books, Australian Catholic University (thèse de doctorat), , 323 p. (lire en ligne)
  • (en) Norma S. Davis, A Lark Ascends: Florence Kate Upton, Artist and Illustrator, Metuchen, Scarecrow Press, (ISBN 978-0-8108-2511-6).
  • (en) Clinton Derricks-Carroll, Buy Golly!: The History of the Golliwog, Londres, New Cavendish, , 208 p. (ISBN 9781872727288).
  • (en) Millsom S Henry-Waring, « The Persistent Popularity of the Golliwog is Symbolic of Australia’s Unease with Blackness », The University of Melbourne (consulté le 1er septembre 2015).
  • (en) Dee Hockenberry, Collecting Golliwoggs: Teddy Bear's Best Friends, Atglen, Schiffer Pub., coll. « A Schiffer book for collectors. », , 160 p. (ISBN 978-0-7643-1802-3).
  • (en) D. Barton Johnson, « Nabokov's Golliwoggs: Lodi Reads English 1899-1909 », Pennsylvania State University (consulté le 1er septembre 2015).
  • (en) Francis Joseph et Lynne Godding, The Golly Collectors Handbook, Londres, Francis Joseph Publishers, (ISBN 1-870703-89-8).
  • (en) Edith Lyttelton, Florence Upton, Painter, Londres, Longmans, Green and Co., , 126 p..
  • (en) Robert MacGregor, « The Golliwog: Innocent Doll to Symbol of Racism », dans Sammy Richard Danna, Advertising and Popular Culture: Studies in Variety and Versatility, Bowling Green, Bowling Green State University Popular Press, (ISBN 9780879725280, présentation en ligne), p. 124-131.
  • (en) Marilynn Olson, « Turn-of-the-Century Grotesque: The Uptons' Golliwogg and Dolls in Context », Children's Literature, vol. 28, no 1,‎ , p. 73–94 (DOI 10.1353/chl.0.0521, résumé).
  • (en) Jan Nederveen Pieterse (trad. du néerlandais), White on Black: Images of Africa and Blacks in Western Popular Culture [« Wit over zwart: Beelden van Afrika en zwarten in de westerse populaire cultuur »], Yale University Press, , 259 p. (ISBN 0300063113, lire en ligne), p. 156-158.
  • (en) Susanne Reichl, « Articulating Cultural Meanings: The Example of the Golliwog(g) », dans Marie Hologa, Christian Lenz, Cyprian Piskure, Stefan Schlensag, Cases of Intervention: The Great Variety of British Cultural Studies, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 9781443848565, présentation en ligne), p. 165-181
  • (en) David Rudd, « Golliwog: Genealogy of a Non-PC Icon », dans Celia Keenan, Mary Shine Thompson, Studies in Children's Literature 1500-2000, Dublin, Four Courts Press, (ISBN 1-85182-853-2), p. 70-78.
  • (en) Donna Varga et Rhoda Zuk, « Golliwogs and Teddy Bears: Embodied Racism in Children's Popular Culture », The Journal of Popular Culture, vol. 46, no 3,‎ , p. 647-671 (ISSN 1540-5931, lire en ligne).