Bubalus bubalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bubalus arnee

image illustrant les bovidés
Cet article est une ébauche concernant les bovidés.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le buffle domestique est aussi connu en français sous les noms de buffle d'Asie, buffle des marais (B. b. bubalis) et buffle des rivières (B. b. kerabau). C'est un bovin de grande taille, l'espèce-type du genre Bubalus sp., qui comprend plusieurs autres espèces originaires d'Asie tropicale. En d'autres langues, et selon les races et les pays, il a plusieurs noms : arni, karbau, kerabaü... Traduction de l'anglais water buffalo, l'appellation pour cette espèce de « buffle d'eau » que l'on rencontre parfois, est un pléonasme en français (pas en anglais où elle sert à distinguer le buffle du bison également appelé buffalo). En effet le buffle, inféodé à l'état sauvage aux milieux humides, reste très attiré par les zones aquatiques et il n'existe pas de « buffle de terre », à moins d'appeler ainsi l'espèce sauvage africaine Syncerus sp., qui forme un autre genre à la morphologie différente.

À l'état sauvage, le buffle d'Asie est une espèce en danger, inféodée aux marais les plus reculés d'Asie du Sud et du Sud-Est. Mais sa forme domestiquée est l'un des animaux les plus courants et les plus typiques en Chine, dans le sous-continent indien et en Asie du Sud-Est ; elle est particulièrement appréciée pour son lait et en tant qu'animal de bât. La tradition orale en Europe du Sud-Est attribue aux Roms (qui, eux aussi, viennent de l'Inde) l'introduction des buffles domestiques en Europe, sans qu'aucun document ne vienne étayer cette opinion, forcément erronée puisque l'on a des preuves archéologiques de la présence du buffle domestique dès l'époque archaïque, à l'aube de l'Antiquité, tant en Italie (où son lait donne la mozzarella) que dans les Balkans, en Anatolie, Syrie, Mésopotamie et Perse. Comme chez le bœuf domestique, il en existe plusieurs races, dont certaines ont été exportées loin de leurs terres d'origine : aujourd'hui, le buffle est élevé en Tunisie, mais aussi au Brésil (où il a été introduit sur île de Marajó) et dans le nord de l'Australie, où des bêtes échappées des élevages ont eu tendance à proliférer et sont devenues du gibier.

Il existe quelques fermes dans le midi de la France où ils sont élevés pour la viande et pour le lait.

Le buffle sauvage[modifier | modifier le code]

La population sauvage qui compterait moins de 3500 individus matures est principalement répartie en Inde, au Népal, au Bhoutan et en Thaïlande. Quelques dizaines d'individus subsistent au Cambodge, au Myanmar et en Malaisie péninsulaire. La population de Bornéo pourrait être croisée avec des individus marrons (voir marronnage), il en va de même pour la population du Sri Lanka.

Les principales menaces qui pèsent sur les buffles sont le braconnage, l’hybridation avec la population domestique, les maladies, la destruction de leur écosystème, le morcellement de leur habitat et les catastrophes naturelles.

Les buffles vivent principalement dans les marais, la jungle et la savane arborée du sud et du sud-est asiatique. En général, les buffles sauvages vivent en troupeaux d'une trentaine d'individus qui se nourrissent principalement d'herbes, de plantes aquatiques voire de fruits et de feuilles d'arbre. Les principaux prédateurs du buffle sont le tigre, l'homme et le crocodile pour les bufflons. Le buffle est le second plus grand bœuf sauvage après le gaur et pèse de 700 à 1 200 kg, il possède les plus grandes cornes chez les ruminants : elles peuvent mesurer deux mètres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. D. Scherf, World watch list for domestic animal diversity, éd. de la F.A.O., 3-e édition, Rome 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]