Bromotrifluorométhane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bromotrifluorométhane

représentations du Bromotrifluorométhane
représentations du Bromotrifluorométhane
Identification
Nom UICPA bromotrifluorométhane
Synonymes

fréon 13B1,
halocarbone R13 B1,
halon 1301,
R13B1

No CAS 75-63-8
SMILES
InChI
Apparence gaz comprimé, liquéfié, incolore[1].
Propriétés chimiques
Formule brute CBrF3  [Isomères]
Masse molaire[3] 148,91 ± 0,002 g/mol
C 8,07 %, Br 53,66 %, F 38,27 %,
Moment dipolaire 0,65 ± 0,05 D [2]
Propriétés physiques
fusion −168 °C[1]
ébullition −58 °C[1]
Point critique 39,7 bar, 67,05 °C [4]
Thermochimie
Cp
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le bromotrifluorométhane, appelé également trifluorobromométhane, Halon 1301, R13B1, Halon 13B1 est un halon qui a pour formule CBrF3. C'est un gaz inerte, non-inflammable.

Usage[modifier | modifier le code]

Introduit dans les années 1960 en tant qu'agent d'extinction d'incendies, on l'utilisait sur du matériel de valeur (avions, ordinateurs, centres de télécommunication...), dans des systèmes à noyage total. On évite généralement de longues expositions au Halon 1301, en se limitant à des concentrations n'excédant pas 7 % et sur une durée inférieure à 15 minutes. À des concentrations plus élevées, le système nerveux central commence à être affecté.

Avant qu'on l'identifie en tant que gaz ayant un plus fort potentiel de déplétion ozonique que les CFC, beaucoup d'entreprises de refroidissement l'utilisaient en tant que gaz réfrigérant.

Le règlement Européen (CE) No 1005/2009[6] relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone interdit désormais la production, l'importation, la mise sur le marché et l'utilisation de ce gaz dans l'Union Européenne, à l'exception de quelques applications critiques pour lesquelles l'article 13 de ce règlement a temporairement octroyé des dérogations (applications d'extinction de feu, notamment dans l'aéronautique et les installations pétrochimiques).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c BROMOTRIFLUOROMETHANE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC, , 89e éd., 2736 p. (ISBN 142006679X et 978-1420066791), p. 9-50
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. « Properties of Various Gases », sur flexwareinc.com (consulté le 12 avril 2010)
  5. (en) Carl L. Yaws, Handbook of Thermodynamic Diagrams, vol. 1, 2 et 3, Huston, Texas, Gulf Pub. Co., (ISBN 0-88415-857-8, 0-88415-858-6 et 0-88415-859-4)
  6. Règlement (CE) No 1005/2009 du Parlement Européen et du Conseil du 16 septembre 2009 relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone