Blanche II de Navarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanche de Navarre.
Blanche d'Aragon
Blanca II de Navarra.jpg
Portrait de fantaisie contemporain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 40 ans)
OrthezVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Éléonore de Navarre
Charles de Viane
Alphonse d'Aragon y de Escobar (en)
Ferdinand II d'Aragon
Jeanne d'Aragon
Martin d'Aragon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

Blanche de Navarre (1424-1464) était la fille de Jean II d'Aragon et de Blanche Ire de Navarre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a épousé Henri IV de Castille en 1440 mais le mariage n'a jamais été consommé. Après 13 ans, Henri a voulu divorcer. Un examen officiel a alors confirmé la non-consommation du mariage. Le Pape accorda alors le divorce sous prétexte qu'un acte de sorcellerie avait empêché la consommation du mariage. Blanche a été renvoyée chez elle, où sa famille l'emprisonna. Elle est décédée en 1464 à Orthez n'ayant jamais eu d'enfant. Après le décès de son frère Charles de Viane en 1461, elle fut proclamée Reine de Navarre légitime des droits de sa mère par des membres du parti anti-aragonais. Elle aurait ainsi dû devenir Blanche II, mais son père (qui souhaitait garder le contrôle de la Navarre et s'allier au Béarn grâce au mariage de son autre fille Eléonore Ire à Gaston IV de Foix-Béarn) l'ayant fait emprisonner à Orthez au château de Moncade, elle ne put jamais faire prévaloir ses droits à la couronne.

Jean II la libéra, mais pour la remettre entre les mains de Gaston de Foix, l'époux de sa sœur cadette Éléonore qui la détiendra au cachot[1]. Après sa mort, ses droits au trône passèrent à sa sœur qui, ayant toujours soutenu leur père, ne réclama pas la couronne avant 1479.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Favier, Louis XI 2001 Fayard, rééd. Tallandier 2012 p. 430

Articles connexes[modifier | modifier le code]