Blade (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blade
logo de Blade (entreprise)
Logo de Shadow.

Création
Fondateurs Emmanuel Freund[1]
Asher Kagan
Stéphane Héliot
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Ton nouveau PC est dans le Cloud[2]
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Octave Klaba (président)
Eric Sèle (directeur général)[3]
Actionnaires HubiCVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Traitement de données, hébergement et activités connexes

Informatique & Cloud Computing

Produits Shadow
Société mère HubiC
Partenaires Intel, Microsoft, Nvidia, Ericsson, Logitech, Proximus, Charter Communications, 2CRSI, Orange, OVHcloud
Effectif 20 à 49 salariés (effectif moyen annuel INSEE) en 2019[4]

estimé à 200[5]

SIREN 813865870[6]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web shadow.tech

blade-group.com


Chiffre d'affaires comptes non disponibles

Blade est une société française spécialisée dans le cloud computing (ordinateur à distance) via son service « Shadow ». Cette société met à disposition un ordinateur dans un data centre accessible à distance via une application ou un terminal « Shadow Box »[7] ou son successeur « Shadow Ghost ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2015, Emmanuel Freund, Stéphane Héliot et Asher Kagan-Criou décident de créer leur start-up Blade de PC dans le cloud Shadow. Au début 2016, les fondateurs décident de faire une première levée de fonds de 3 millions d'euros, puis de 10 millions en octobre et enfin de 51 millions en 2017, auprès de Pierre Kosciusko-Morizet (Priceminister.com), Michaël Benabou (Vente-privée.com) et de l'homme d'affaires thaïlandais Nopporn Suppipat[8],[9],[10].

En septembre 2019, Blade est retenu dans la liste des start-up du Next40[11].

En octobre 2019, Blade lance une levée de fonds de 30 millions d'euros, dans un contexte d'arrivée des GAFAM sur son secteur[12],[13],[14]. En octobre 2019, Shadow compte plus de 70 000 utilisateurs[12].

En septembre 2020, Blade change de CEO et CTO pour Mike Fischer et Jean-Baptiste Kempf.

En novembre 2020, Shadow annonce avoir plus de 100 000 utilisateurs actifs.

En mars 2021, Blade est placé en redressement judiciaire[15],[16].

Le tribunal de commerce de Paris confie le à HubiC, fondée par Octave Klaba, la reprise de l'entreprise[17]. À la suite de cela, la société Blade est en cession et Shadow est géré par HubiC[18],[19].

Shadow annonce en une augmentation de ses tarifs ainsi que l'arrêt de ses formules avec engagement pour permettre au service d'acquérir une stabilité financière[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.blade-group.com/
  2. https://shadow.tech
  3. https://shadow.tech/fr/blog/teamshadowfr/le-nouveau-chapitre-de-shadow-commence-maintenant/
  4. https://www.societe.com/societe/blade-813865870.html
  5. MalloDellic, Blade : L'entreprise derrière Shadow gonfle ses effectifs, 29 octobre 2018, Jeuxvideo.com.
  6. « https://shadow.tech/fr/mentions-legales » (consulté le )
  7. (en) « Nvidia, Sony, and Others Promise a New Era of Cloud Gaming. Here’s What Their Services Are Like » Accès payant, sur fortune.com, (consulté le ).
  8. Sylvain Rolland, « Startups : le français Blade lève 51 millions d'euros pour l'ordinateur du futur », sur La Tribune,
  9. Vincent Fagot, « L’entreprise française Blade ambitionne de faire disparaître le PC dans le cloud », sur Le Monde,
  10. Lucie Ronfaut, « Blade lève 51 millions d'euros pour construire l'ordinateur du futur », sur Le Figaro,
  11. Patrick Randall, « Qui sont les 40 startups du Next40 ? », sur FrenchWeb.fr,
  12. a et b François Manens, « Shadow lève 30 millions d'euros et divise par deux son prix pour contrer Google », sur La Tribune,
  13. Florian Dèbes, « L'ordinateur Shadow de Blade s'allie à OVHcloud », sur Les Echos,
  14. Elsa Bembaron, « Shadow lève 30 millions d’euros pour diversifier ses offres », sur Le Figaro,
  15. David Legrand, « Blade (Shadow) est dans une situation financière difficile, dans l'attente d'un repreneur », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  16. « Blade, éditeur de l'ordinateur dans le cloud Shadow, en redressement judiciaire », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  17. Vincent Fagot, « Jeux vidéo : Blade repris par hubiC, la société d’Octave Klaba », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « BLADE (PARIS 2) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 813865870 », sur www.societe.com (consulté le )
  19. « Pourquoi il a été VIRÉ de Shadow ? » (consulté le )
  20. Nathan Le Gohlisse, « Blade : Shadow va doubler ses tarifs pour devenir profitable », sur Frandroid, (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]