Bleu charrette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charrettes à Châlus (Haute-Vienne)

Le bleu charrette est une nuance incertaine de bleu, qui correspond à une couleur utilisée autrefois dans certaines régions pour peindre des charrettes.

Selon certains, la peinture est à base de pigment bleu charron, c'est un mélange de bleu de Prusse et de sulfate de baryte[1], dont la toxicité assure une certaine protection contre les insectes[2]. Cette couleur serait toujours utilisée pour peindre les contrevents en bois dans certaines régions, comme sur l'île de Ré[réf. souhaitée].

Selon d'autres fabricants[3], la peinture aurait été auparavant fabriquée avec des résidus de teinture de guède (Pastel des teinturiers)[4] qui contiendrait un composant qui agit comme répulsif contre les insectes.

Depuis la publication en 1980 du récit autobiographique La Charrette bleue, de l'écrivain français René Barjavel, de nombreuses communes de France ont utilisé des charrettes peintes en bleu de façon décorative (entrée de village, rond point...). La couleur utilisée ne respecte pas toujours la teinte véritable. Dans plusieurs cas on utilise de la bouillie bordelaise à base de sulfate de cuivre et de soufre[réf. souhaitée].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Mollard-Desfour (préf. Michel Pastoureau), Le Bleu : Dictionnaire des mots et expressions de couleur. XXe et XXIe siècles, CNRS éditions, coll. « Dictionnaires », (1re éd. 1998) « Bleu charrette », « Bleu charron ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mollard-Desfour 2013 ; atelier-st-andre.net.
  2. « Du Bleu Charrette », sur percheron-international.
  3. bleu-de-lectoure.com
  4. Anne Robbins et Kate Stonor, « Past, Present, Memories: Analysing Edouard Vuillard’s ‘La Terrasse at Vasouy’ », National Gallery Technical Bulletin, vol. 33,‎ (lire en ligne).