Auguste-Louis Petiet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Auguste Louis Petiet)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Petiet.
Auguste-Louis Petiet
Claude-Louis Petiet et ses deux fils, (135.5 x 112 cm), par Andrea Appiani (1754-1817).
Claude-Louis Petiet et ses deux fils, (135.5 x 112 cm), par Andrea Appiani (1754-1817).

Surnom Augustin Petiet
Naissance
Rennes
Décès (à 74 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service -1848
Conflits Guerres napoléoniennes
Expédition d'Alger
Faits d'armes Krasnoë
Dresde
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Baron de l'Empire
Autres fonctions Député au Corps législatif (Second Empire)
Famille (voir § Vie familiale) Famille Petiet

Auguste-Louis Petiet, né le à Rennes, mort le à Paris, est un général et homme politique français de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils cadet de Claude-Louis Petiet et frère puîné de Pierre François, Augustin Petiet a fini ses études pour entrer à l'École polytechnique et a été déclaré admissible par Legendre ; mais son père, partant avec le premier Consul pour l'armée de Réserve, emmène son fils qui assiste encore enfant à la bataille de Marengo.

Devenu sous-lieutenant au 10e hussards en 1802, il quitte ce régiment en 1804, pour devenir aide de camp du maréchal Soult à Boulogne.

À Austerlitz, il charge trois fois avec une division de dragons, et contribue à la prise de quatre pièces de canon. L'Empereur le décore de la Légion d'honneur[1]. À Eylau, il commande une compagnie du 8e hussards, fait la campagne de Friedland et coopére à la prise de 300 chevaux de cuirassiers prussiens.

Il fait, en qualité d'aide-de-camp de Soult, les campagnes d'Espagne et celle de 1809, en Portugal. Au siège de Badajoz, il enlève d'assaut le fort de Parvaleras à la tête de 200 voltigeurs. Quelques jours après, il est grièvement blessé en chargeant avec deux escadrons. Petiet obtient le grade de chef d'escadron sur le champ de bataille.

Rentré en France, il est nommé lieutenant-colonel du 13e hussards, il préfére être nommé chef d'escadron de la Vieille Garde aux lanciers rouges.

En 1812, il fait la campagne de Russie comme chef d'escadron et se distingue à Krasnoë, puis l'année suivante, à Dresde où il est promu officier de la Légion d'honneur. Dans la retraite de Saxe, détaché avec deux escadrons à l'arrière-garde du maréchal Mortier, il ne lui reste plus que 55 hommes des 300 qu'il commandait. Il reçoit le brevet de colonel en arrivant à Mayence.

Crée baron de l'Empire par décret impérial du 17 janvier 1814, il est colonel chef d'état-major de la cavalerie légère du Ve corps durant la campagne de France (1814). Au combat de Nangis, il a un cheval tué sous lui et reçoit deux coups de feu. Napoléon le nomme alors chevalier de l'Ordre de la Couronne de fer.

Louis XVIII le fait chevalier de Saint-Louis et le confirme dans son titre de baron par lettres patentes du 11 novembre 1814.

À l'armée du Nord aux Cent-Jours, il est employé comme adjudant-général près le major général de l'armée. Portant un ordre de l'empereur, il a un cheval tué sous lui et est lui-même blessé. Il est alors nommé général de brigade, mais la Restauration française ne lui confirme pas son grade. Licencié et laissé sans emploi à la seconde Restauration, il rentre dans l'administration de 1823 à 1830, comme directeur des archives historiques du dépôt de la guerre au ministère de la Guerre.

En 1830, il concourt à l'expédition d'Alger dans l'état-major de M. le comte de Bourmont. Il a pendant le siège un cheval tué devant le fort l'Empereur.

À son retour, on lui rend le grade de maréchal de camp dont les Bourbons l'ont privé pendant quinze ans et est nommé commandant du département de l'Hérault (1831-1833) où il calme plusieurs émeutes, puis du Loiret. Membre du comité supérieur de cavalerie, il entre comme maître des requêtes au conseil d'État, et est promu grand officier de la Légion d'honneur le 2 mai 1846.

Mis à la retraite en 1848, il se rallie à la politique du prince Louis-Napoléon, et est élu député au Corps législatif dans la 1re circonscription de la Nièvre, comme candidat du gouvernement le 29 février 1852[2] contre M. Achille Dufaud[3].

Conseiller général de la Nièvre depuis 1854, il est réélu député le 22 juin 1857[4] contre M. Bonabeau[5]. Il siége dans la majorité impérialiste.

Mort en , il est remplacé le 21 novembre suivant, par M. de Montjoyeux.

État de service[modifier | modifier le code]

Campagnes[modifier | modifier le code]

Faits d'armes[modifier | modifier le code]

Il se distingue à Krasnoë, puis l'année suivante, à Dresde

Blessures[modifier | modifier le code]

  • Il est deux fois blessé à Nangis ;
  • Il reçoit une nouvelle blessure à Waterloo, en portant un ordre de l'empereur.

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Hommage, Honneurs, Mentions,...[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

On a de lui :

  • Journal historique de la division de cavalerie légère d'armée pendant la campagne de 1814 en France (Paris, 1821) ;
  • Journal historique de la 8e division de l'armée d'Afrique (1830-1833) ;
  • Souvenirs militaires de l'histoire contemporaine (1844) ;
  • Pensées, maximes et réflexions (1851-1854).

Il a aussi collaboré à plusieurs journaux militaires, notamment au Spectateur militaire.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Fils cadet de Claude-Louis Petiet et de Anne-Françoise du Lièpvre du Bois de Pacé (4 décembre 1761 - Nantes ✝ 25 février 1830 - Paris, inhumée au cimetière du Père-Lachaise, 17e division), fille de Guillaume Nicolas du Lièpvre (1718 ✝ 1773), écuyer, seigneur du Bois de Pacé, avocat au parlement de Bretagne, contrôleur, puis receveur général puis directeur du domaine du Roi, Auguste-Louis Petiet épousa à Paris, le 11 avril 1822, Céleste Silvie Michelle Audoucaud (1802 ✝ 1833).

Ensemble, ils ont :

Armoiries[modifier | modifier le code]

« Armes de la famille Petiet : D'azur, à la bande d'or, chargée d'une épée de gueules, posée en bande la pointe en haut, accompagnée en chef d'une étoile d'or et en pointe d'un triangle d'argent.[6] »

Ou,

« Écartelé : au I, d'azur, à une étoile d'or ; au II, d'hermine plain; au 3, de sinople, au lièvre d'or courant en barre ; au 4, de gueules, à l'épée d'argent et une palme d'or passées en sautoir.[6] »

Ou,

« Parti d'azur à l'étoile d'argent et de gueules à une branche d'olivier d'argent en bande et chargée d'une épée d'or en barre ; enté en pointe d'hermine plein.[7] »

Ou,

« Coupé : au I, parti d'azur à une étoile d'or et de gueules à une épée d'argent et une palme d'or, passées en sautoir; au 2, d'hermine plein.[6] »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cote LH/2773/22 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. Par 29 032 voix sur 33 871 votants et 48 174 inscrits.
  3. 4 249 voix.
  4. Par 21 503 voix sur 28 055 votants et 44 495 inscrits.
  5. 6 447 voix.
  6. a, b et c Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  7. www.genheral.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]