Arrested Development (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arrested Development.
Arrested Development
Description de cette image, également commentée ci-après

Arrested Development, en concert au Het Depot de Louvain en 2006.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Hip-hop[1], hip-hop alternatif, rap politique[1], R&B contemporain[2], southern rap[2]
Années actives 19881996, depuis 2000
Labels Chrysalis Records, EMI Records, Vagabond Productions, Stateside Records, Cutting Edge
Site officiel arresteddevelopmentmusic.com/
Composition du groupe
Membres Speech
Montsho Eshe
One Love
Tasha Larae
Rasadon (alias Don Norris)
Baba Oje
JJ Boogie
Za
Anciens membres Headliner
Aerle Taree
Dionne Farris

Arrested Development est un groupe de hip-hop américain, originaire d'Atlanta, en Géorgie. Il est fondé par Speech et Headliner, et composé d'une dizaine de musiciens dont Baba Oje, aîné et leader spirituel du groupe. Leurs morceaux les plus célèbres, tels Tennessee, Everyday People, Mr. Wendal ou encore Revolution (titre qui servira par ailleurs de générique au film Malcolm X de Spike Lee), vont influencer une génération entière de musiciens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme à la fin des années 1980 par le rappeur Speech et du disc jockey Headliner, dans le but de faire la composer de la musique positive afro-centrée dans la veine de Public Enemy[1]. À l'opposé de l'image du gangsta rap se développant dans les années 1990 aux États-Unis dans le milieu du rap et du hip-hop, les membres d'Arrested Development, par leurs textes engagés, prônant le retour à la nature et à la simplicité, créent un véritable mouvement musical à cheval entre le funk, le rap et les rythmes tribaux africains. Selon AllMusic, « Arrested Development est un collectif de rap progressif mêlant soul, blues, hip-hop, et funk à la Sly & the Family Stone à des paroles politiques et conscientes[1]. »

Le , le groupe publie son premier album, 3 Years, 5 Months & 2 Days in the Life of...[2]. L'album atteint la première place des Heatseekers, la troisième des R&B Albums, et la septième du Billboard 200[3]. L'album se compose du hit single Tennessee, qui atteindre les top 10 et aidera l'album à se vendre à plus de quatre millions d'exemplaires[1].

Le groupe remporte deux Grammy Awards en 1993 dans les catégories « meilleur nouveau groupe » et « meilleure performance d'un duo ou groupe », est est également nommé groupe de l'année par le magazine Rolling Stone[1]. 3 Years, 5 Months & 2 Days in the Life of... est classé premier album du Pazz and Jop au magazine Village Voice[4]. En novembre 2003, le groupe poursuit la chaine FOX pour avoir nommé une série télévisée Arrested Development[5]. Le groupe revient en 1994 avec la publication de leur deuxième album, Zingalamaduni[6].

En août 2012, le groupe publie son dixième album Standing At The Crossroads, enregistré lors de leur tournée à l'international.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1992 : 3 Years, 5 Months & 2 Days in the Life of...
  • 1993 : Unplugged
  • 1994 : Zingalamaduni
  • 1998 : Best of Arrested Development
  • 2000 : Da Feelin' Ep
  • 2002 : The Heroes of the Harvest
  • 2004 : Among the Trees
  • 2006 : Since the Last Time
  • 2010 : Strong
  • 2012 : Standing at the Crossroads

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Steve Huey, « Arrested Development », sur AllMusic (consulté le 30 juillet 2015).
  2. a, b et c (en) Steve Huey, « Arrested Development - 3 Years, 5 Months & 2 Days in the Life of... Review », sur AllMusic (consulté le 30 juillet 2015).
  3. (en) « 3 Years, 5 Months & 2 Days in the Life of... Awards », sur AllMusic (consulté le 30 juillet 2015).
  4. (en) « Robertchristgau.com », sur Robertchristgau.com,‎ (consulté le 28 juillet 2012).
  5. (en) « Arrested Development Sue Fox », sur IMDb.com (consulté le 8 décembre 2014).
  6. (en) « Zingalamaduni Review », sur AllMusic (consulté le 30 juillet 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :