Danièle Hoffman-Rispal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Danièle Hoffman-Rispal
Illustration.
Danièle Hoffman-Rispal en 2010.
Fonctions
Députée française

(1 an, 9 mois et 10 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 6e de Paris
Groupe politique SRC
Prédécesseur Cécile Duflot
Successeur Cécile Duflot

(10 ans et 1 jour)
Élection 16 juin 2002
Circonscription 6e de Paris
Groupe politique SOC (2002-2007)
SRC (2007-2012)
Prédécesseur Georges Sarre
Successeur Cécile Duflot
Conseillère de Paris

(16 ans, 11 mois et 26 jours)
Élection 18 juin 1995
Vice-président de l'Assemblée nationale

(1 an et 5 jours)
Président Bernard Accoyer
Législature XIIe
Biographie
Nom de naissance Danièle Rose Hoffman
Date de naissance
Lieu de naissance Paris 10e (France)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Paris 12e (France)
Nature du décès Cancer
Parti politique PS

Danièle Hoffman-Rispal, née le à Paris et morte le [1],[2], est une femme politique française membre du Parti socialiste, députée et conseillère de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Paris dans le quartier du Sentier dans le 2e arrondissement, de parents ayant quitté la Pologne, Danièle Hoffman-Rispal devient vendeuse puis comptable dans un atelier de fabrication de chapeaux du quartier Beaubourg[2].

À partir de 1974, elle milite au parti socialiste[2].

Élue conseillère de Paris en 1995, elle devient en 2001 adjointe de Bertrand Delanoë pour les personnes âgées[2].

Elle est élue députée le , pour la XIIe législature (2002-2007), dans la 6e circonscription de Paris après l'élimination dès le premier tour du député sortant Georges Sarre (MRC)[3].

Elle fait partie du groupe socialiste. Elle est réélue en 2007 avec 69 % des voix, le meilleur score des députés socialistes[4].

À la suite de l’accord PS-EELV de 2011, le parti socialiste lui demande de céder la place à Cécile Duflot pour les élections législatives de juin 2012, ce qu'elle conteste. Après avoir envisagé de maintenir sa candidature, elle cède aux pressions de son parti, non sans ressentiment à l'égard de « ceux qui [...] ont donné la circonscription de la femme la mieux élue de France aux écologistes »[5]. Elle accepte d'être la suppléante de Cécile Duflot[6], ce qui lui permet de retrouver son siège de député du au , Cécile Duflot étant alors ministre au sein du gouvernement Ayrault.

Le 16 avril 2014, l’Assemblée nationale, dont elle avait été vice-présidente en 2008-2009, lui rend hommage en applaudissant sa dernière question d’actualité au ministre de la Défense sur les violences sexuelles et le harcèlement des femmes dans l’armée[7].

À partir de janvier 2015, elle est conseillère au sein de la Délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (DILCRA).

Pour les élections sénatoriales de 2017, elle est n°8 de la liste PS à Paris[8].

Elle meurt des suites d'un cancer dans la nuit du 15 au 16 avril 2020[9].

« Journée de solidarité »[modifier | modifier le code]

En 2004, Danielle Hoffman-Rispal, alors adjointe au maire de Paris et chargée des personnes âgées, s'élève contre l'instauration de la journée de travail supplémentaire non payée (dite de « solidarité ») en faveur des personnes âgées et handicapées. Ce projet, qui introduit « la notion de travail supplémentaire non rémunéré », est un « « leurre qui ne trompe personne », estime-t-elle. Et de préciser : « Quels sont les syndicats qui accepteront d'entamer des négociations pour fixer les modalités du rétablissement de la corvée ? »[10].

Domaine diplomatique[modifier | modifier le code]

En août 2011, au moment où la France doit se prononcer sur l'admission de la Palestine à l'ONU, Danièle Hoffman-Rispal cosigne avec 110 parlementaires, une « lettre à Nicolas Sarkozy »[11], dans laquelle ce groupe s'oppose à la reconnaissance unilatérale d'un État palestinien à l'ONU. Avec treize autres parlementaires socialistes, Danièle Hoffman-Rispal se démarque ainsi de la position officielle du PS[12],[13] qui appelle « la France à reconnaître l’État palestinien et à faire tous les efforts possibles pour que l’Union européenne défende cette reconnaissance (à) l'Assemblée générale des Nations unies »[14]. L'argumentaire des 110 parlementaires repose sur l'opposition à ce qui, selon eux, est une « stratégie de contournement des négociations visant à imposer la reconnaissance unilatérale d’un État palestinien lors de la session de septembre [2011] de l’Assemblée générale des Nations unies ».

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. a b c et d « Mort de l’ancienne députée PS Danièle Hoffman-Rispal à 68 ans », sur leparisien.fr, 16 avril 2020
  3. « "Je serai candidate contre Duflot à Paris" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Législatives : Danièle Hoffman-Rispal écrit à Martine Aubry », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Cécile Duflot de retour à l'Assemblée : sa suppléante PS "dépitée", rtl.fr, 5-4-2014.
  6. JDD : Un ticket Duflot-Hoffman-Rispal à Paris.
  7. AFP, Décès de Danièle Hoffman-Rispal, « petite couturière du Sentier devenue députée », actualite-israel.com, 16 avril 2020.
  8. « senatoriales2017.senat.fr ».
  9. Sylvia Zappi, Danièle Hoffman-Rispal, ancienne députée de Paris, est morte, lemonde.fr, 16 avril 2020.
  10. La Pentecôte ne sera plus chômée en 2005. La création d'une « journée de solidarité » votée définitivement, agevillagepro.com, 20-6-2004.
  11. Claude Goasguen (UMP) : "La résolution palestinienne risque davantage d'enflammer la situation que de l'apaiser", Le Monde, 19/09/2011.
  12. Le Parti socialiste s'était prononcé pour l'adhésion de la Palestine à l'ONU en juin 2011, mais ceci n'a pas empêché certains de ses députés de signer une tribune pour s'opposer à cette position
  13. Michel Martins, Des élus PS rejoignent l'UMP contre un état palestinien, L'Express, 23/09/2011.
  14. Etat palestinien: le PS en appelle à l'UE, Le Figaro, 14 juin 2011.
  15. Suppléante de Cécile Duflot, ministre du gouvernement Ayrault

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]