Antoine Plamondon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Plamondon
Plamondon Self-portrait.jpg
Autoportrait.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
NeuvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Antoine Plamondon (né le à L'Ancienne-Lorette, mort le à Neuville) est un peintre québécois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Plamondon, natif de L'Ancienne-Lorette, près de Québec, est le fils d'une famille d'agriculteurs. Ses études sont financées par le seigneur Charles-Joseph Brassard Deschenaux.

Il devient l'apprenti du peintre Joseph Légaré, et il procède à la restauration des œuvres de Philippe-Jean-Louis Desjardins.

Avec son cousin, Plamondon quitte le Bas-Canada en 1826 pour se rendre à Paris sur recommandation de Louis-Joseph Desjardins. Il étudie avec Jean-Baptiste Paulin Guérin et revient au Canada après les Trois Glorieuses.

De retour au pays en 1830, il devient portraitiste et copiste en imitant la Transfiguration de Raphaël. Il enseigne aux peintres Théophile Hamel et François Matte qui l'assisteront dans la production, entre 1836 et 1839, du chemin de croix de la basilique Notre-dame à Montréal, mais qui sera cependant refusé par les sulpiciens de Notre-Dame. Seuls six tableaux de la série existent toujours[2].

Plamondon reçoit une critique favorable dans Le Canadien. Il devient collaborateur au Journal de Québec et au Canadien. Il a pour admirateur le journaliste Joseph-Édouard Cauchon et pour rival Victor Ernette. En 1841, il crée un institut en l'honneur de Nicolas-Marie-Alexandre Vattemare. Ses toiles sont endommagées lors d'un incendie en janvier 1845. Ruiné, il doit vendre plusieurs de ses tableaux.

En 1849, il doit répondre aux critiques de Napoléon Aubin, rédacteur du Fantasque, qui l'accuse d'être trop ambitieux ou trop rigoureux. Il emménage définitivement à Pointe-aux-Trembles (aujourd'hui Neuville) en 1851, où il possède une terre de 134 arpents.

Pendant les années 1860, il subit la concurrence de la photographie et reçoit des commandes du Sénat canadien. Il se montre critique envers les œuvres des nouveaux peintres italiens pendant les années 1870. Il écrit aussi dans Le Courrier du Canada. Sa paroisse apprécie ses grands tableaux à laquelle Plamondon fait don.

Il cesse de peindre en 1882[3]. Il meurt en 1895 à Neuville à l'âge de 91 ans.

On retrouve plusieurs de ses œuvres au Pavillon Claire et Marc Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Portraits d'Antoine Plamondon[modifier | modifier le code]

Portrait de John Redpath, 1836

Œuvres religieuses[modifier | modifier le code]

  • L'Agonie au jardin des oliviers.
  • La Madone et son Fils
  • L'Immaculée Conception, copie d'une œuvre de Bartolomé Esteban Murillo
  • Quatorze toiles du chemin de croix
  • Saint Charles Borromée
  • Sainte Cécile
  • Saint-François-Xavier prêchant en Inde
  • Sœur Saint Alphonse
  • Sœur Sainte-Anne
  • Sœur Saint-Joseph
  • Tobie et 'l'Ange Raphaël
  • Vierge Sixtine
  • L'Arrestation de notre Seigneur

Représentations et portraits[modifier | modifier le code]

  • Étude
  • La Vigne
  • Le flûtiste
  • Madame Louis de Lagrave
  • Nature morte aux pommes et raisins
  • Jeune Femme à sa toilette, copie d'une œuvre de Titien
  • La Chasse aux tourtes
  • Le Dernier des Hurons
  • Petits Savoyards
  • Perdus dans les bois
  • Rêverie à Venise
  • Un homme
  • Une dame

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plamondon, Antoine - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 16 janvier 2019)
  2. Guide : Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, éd. Musée des beaux-arts de Montréal, , 2e éd. (1re éd. 2003), 342 p. (ISBN 978-2-89192-312-5), p. 191
  3. Musée des beaux-arts du Canada, Collections, Antoine Plamondon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :