Joseph Légaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Légaré
Image dans Infobox.
Portrait de Joseph Légaré
par John James
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Collège François-de-Laval ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Attribué à Joseph Légaré, L'incendie du Parlement à Montréal, en 1849
Saint-Pierre délivré de sa prison
Caraquet

Joseph Légaré ( - ) est un peintre québécois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Québec dans un milieu modeste, il est un autodidacte ayant abandonné ses études au Séminaire de Québec vers 1811. Il commence son apprentissage en 1812 et devient maître en 1817. Il étudie notamment avec le peintre et vitrier Moses Pierce, ce qui le prépare à diverses tâches comme peindre des voitures, des enseignes ou des décors d'appartement[2], à effectuer des travaux de dorure et de restauration de tableaux.

Il acquiert des tableaux de la « Collection Desjardins », qui furent sauvés de la destruction durant la Révolution française, entre 1793 et 1795, et dont il en restaure un certain nombre. Jusqu'en 1828, il se perfectionne en faisant des copies ou en s'inspirant de ces tableaux[3]. Ces copies constituent pour Légaré non seulement une source de revenus mais également une possibilité de se perfectionner. En 1829, il fait une copie d'un portrait du roi Georges IV alors exposé à Québec, copie acquise par le gouvernement.

Il enseigne la peinture à Antoine Plamondon qu'il prend comme apprenti en 1819. Il épouse Geneviève Damien en 1818. Parallèlement à sa carrière de peintre, Joseph Légaré occupe divers postes au niveau municipal. Il siège au conseil de ville de 1833 à 1836. Il s'implique notamment à des collectes de fonds à la suite des incendies des quartiers Saint-Roch et Saint-Jean-Baptiste en 1845. Il est également juge de paix et marguillier.

Son admiration pour Louis-Joseph Papineau l'incite à participer aux activités des Patriotes en 1837. Il est arrêté le , mais est relâché 5 jours plus tard sans procès. Membre fondateur de la société Saint-Jean-Baptiste, il codirige le journal Le Libéral. Il est nommé au Conseil législatif le , quelques mois avant son décès[4].

Joseph Légaré joue également un rôle au niveau culturel. Collectionneur[5], dès 1833, il va administrer pendant deux ans, la première galerie d'art du Canada. Il va tenter à nouveau l'expérience de galerie-musée à deux reprises: de 1838 à 1840 en collaboration avec Joseph-Thomas Amiot[6] et de 1852 à 1855[1]. Il publie en 1852 un catalogue de sa collection et donne au grand public un accès gratuit à celle-ci. À ce titre, il est régulièrement appelé en tant qu'expert, notamment lors d'inventaires après décès. À sa mort, sa collection devient la propriété de sa veuve avant d'être acquise en 1874 par le Séminaire de Québec.

Joseph Légaré est l'auteur de plus de 250 œuvres[7]. Considéré comme le premier paysagiste canadien, il montre un goût prononcé pour les chutes, les rivières, les forêts et les maisons de campagne. Il s'intéresse également aux Nord-Amérindiens dont il peint les mœurs et quelques portraits. Il fut longtemps sous-estimé, à cause de son usage de nouvelles techniques[3], notamment la chambre claire. Beaucoup de ses peintures sont conservées au musée du Séminaire de Québec et au Musée national des beaux-arts du Québec.

Il est enterré à la chapelle de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Légaré, Joseph - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  2. Guide : Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, éd. Musée des beaux-arts de Montréal, , 2e éd. (1re éd. 2003), 342 p. (ISBN 978-2-89192-312-5), p. 194
  3. a et b (fr) Eudore Dugas, La revue d'histoire de la société historique Nicolas-Denys, vol. XXX, numéro 1 jan.-avril 2002. p.43-44
  4. John R. Porter, Légaré, Joseph, article du Dictionnaire biographique du Canada
  5. Didier Prioul et John Porter, « Beaux-Arts, prestige et politique : La galerie de peintures de Joseph Légaré », Cap-aux-Diamants : La revue d'histoire du Québec, no 25,‎ , p. 14–16 (ISSN 0829-7983 et 1923-0923, lire en ligne, consulté le )
  6. « Amiot, Joseph-Thomas - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  7. Daniel Drouin, Art ancien du Québec : guide de collection, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, , 94-95 p. (ISBN 978-2-551-26346-2), p. 94-95
  8. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Après l'incendie du faubourg Saint-Roch à Québec, vu vers l'ouest », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  9. a b et c Musée de la civilisation, « Collections - Musée de la civilisation », sur Collections - Musée de la civilisation (consulté le )
  10. « La Fête-Dieu à Nicolet », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  11. « La bataille de Sainte-Foy », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  12. « Le choléra à Québec », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  13. « Le martyre des pères Brébeuf et Lalemant », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  14. « Le martyre des pères Brébeuf et Lalemant », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  15. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Le Massacre des Hurons par les Iroquois », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  16. « Les fiançailles d'une indienne », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  17. « M11588 | L'incendie du Parlement à Montréal | Peinture | | Musée McCord », sur collections.musee-mccord.qc.ca (consulté le )
  18. « Josephte Ourné », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  19. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Nature morte aux raisins », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  20. « Nature morte aux raisins », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  21. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Paysage au monument à Wolfe », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  22. « Paysage », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  23. « Joseph Légaré | Musée d'art de Joliette », sur museejoliette.org (consulté le )
  24. « Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa soeur », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  25. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Saint François de Paule ressuscitant un enfant », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  26. « Collections | Musée national des beaux-arts du Québec | Saint Philippe, diacre, baptisant l'eunuque de la reine Candace », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  27. « Saint Philippe baptisant l'eunuque de la reine Candace », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )

Source[modifier | modifier le code]

  • John R. Porter, « Joseph Légaré, peintre engagé », Journal de la Galerie nationale du Canada, no 29,‎ (ISSN 0319-5864).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :