Paulin Guérin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paulin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guérin.
Jean-Baptiste Paulin Guérin
Jean-Baptiste Paulin Guérin Self Portrait.jpg

Jean-Baptiste Paulin Guérin, Autoportrait (vers 1815-1820), œuvre non localisée.

Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau de la France France
Activité
Formation
Maître
Élève
Mouvement

Jean-Baptiste Paulin Guérin, né à Toulon le et mort à Paris le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

De parents modestes, Jean-Baptiste Paulin Guérin vint de bonne heure à Marseille, où son père avait acheté un fonds de serrurier, en 1794. Lui-même exerce ce métier qu’il apprend tout jeune auprès de son père. Pendant son apprentissage, il étudie dès 1796 à l’école gratuite de dessin et passe tous ses loisirs à peindre. Il se lie d'amitié avec Augustin Aubert qu'il rejoint à Paris en octobre 1802. Il se consacre alors exclusivement à la peinture. Il finance son voyage à Paris grâce au paiement d'une copie de tableau par un riche amateur, le baron Delisle, qui avait remarqué quelques-unes de ses copies.

Paulin Guérin est employé quelque temps comme assistant par François Gérard, puis entre comme apprenti non rémunéré dans l'atelier du peintre François-André Vincent. Paulin Guérin devant subvenir aux besoins de sa famille retourne chez Gérard où il prépare des toiles, peint des fourreaux de sabre, des shakos, des gibernes, des satins, des velours, des broderies, etc. Parallèlement à cette activité d'assistant, il travaille à son œuvre personnelle et envoie ses premières toiles au Salon de 1810 où quelques-uns de ses portraits sont appréciés.

Il se livre alors à la peinture historique et religieuse, et entreprend un sujet inspiré de la Bible, Caïn après le meurtre d’Abel, exposé au Salon de 1812[1].

Vivant Denon lui commande la décoration d'un plafond du palais des Tuileries à Paris. Paulin Guérin exécute les cartons préparatoires, mais la Restauration en empêchera l’exécution. Avec le retour des Bourbons, il travaille, en 1814 et 1815, à la restauration des peintures anciennes de Versailles et à la rénovation du château de Versailles. En 1817, il expose Jésus mort et la Mère des douleurs, entourée des apôtres et des saintes femmes. Ce tableau, destiné à l’église catholique de Baltimore, lui vaut une médaille d’or, succès suivi par une longue série d’œuvres, dont les plus représentatives sont : Christ au pied de la Vierge (1819), Anchise et Vénus (1822, musée des beaux-arts de Nice), Ulysse et Minerve (1824, musée des beaux-arts de Rennes), Adam et Ève chassés du paradis (1827), La Sainte Famille (1829, cathédrale Notre-Dame-de-la-Seds de Toulon) et Sainte Catherine (1838, Paris, église Saint-Roch).

Le tableau Anchise et Vénus, exposé en 1822, est remarqué par Louis XVIII, ce qui lui vaut la croix de la Légion d'honneur et la possibilité de réaliser un portrait officiel du roi, Louis XVIII, roi de France et de Navarre, en 1824. Il est nommé directeur des études de dessin et de peinture à la Maison d'éducation de la Légion d'honneur de Saint-Denis en 1828. Il enseigne également le dessin dans son atelier parisien de la rue du Mont-Thabor où étudie Vincent Courdouan, d'origine toulonnaise comme lui, et qu'il héberge fraternellement.

Sous Louis-Philippe, il réalise La Mort du Christ (église de La Nouailles, près de Sarlat), Le Dévouement du chevalier Roze pendant la peste de Marseille (1834), Sainte Catherine (1838, Paris, église Saint-Roch), Rêverie et La Conversion de saint Augustin (1844).

La manière de Paulin Guérin tente d’atteindre une certaine grâce avec un dessin un peu froid, que l’on peut rapprocher du style néoclassique. Sa peinture a été décrite comme « un reflet affaibli de David et de Gérard[2] ». C’est dans les portraits qu’il a atteint ses plus grandes réussites, et ceux de Charles Nodier et de l’abbé Lamennais connurent un véritable succès. À Versailles, où il avait déjà restauré des peintures anciennes en 1814 et 1815, il peignit pour le musée nouveau une Renommée, le portrait d'Anne d’Autriche ainsi que Louis XIV et le duc d’Orléans.

Après sa mort, le , quelques-unes de ses œuvres furent envoyées à l’Exposition universelle de 1855 à Paris.

Jean-Baptiste Paulin Guérin est parfois confondu avec deux peintres homonymes. Ainsi son portrait de Chateaubriand fut attribué par erreur à Pierre-Narcisse Guérin et, comme Jean-Urbain Guérin, il fut l'auteur d'un portrait du général Kléber. Il n'a pas de liens de parenté avec ces deux artistes.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Autun, musée Rolin : Portrait de l'abbé Lamennais, huile sur toile[3]
  • Musée d'art et d'histoire de Cholet :
    • François-Athanase Charette de La Contrie, Général en chef des armées vendéennes (1763-1796), huile sur toile[4]
    • Jacques Florent Marie Guibault, Marquis d'Elbee, généralissime des armées de la Vendée (1752-1794), huile sur toile[5]
  • Musée du château de Compiègne : Marmont[6] (gravure).
  • Musée des beaux-arts de Pau : L'abbé de Lamennais, huile sur toile[7]
  • Musée des beaux-arts de Marseille :
    • Le chevalier Roze faisant inhumer les pestiférés, huile sur toile[8]
    • Portrait de l'artiste, huile sur toile[9]
  • Musée des beaux-arts de Rennes : Ulysse en butte au courroux de Neptune, huile sur toile[10]
  • Musée de Sainte-Menehould, gravures d'après Jean-Baptiste Paulin Guérin :
    • Portrait de Héliodore Thiard et de Marguerite de Buisseuil[11]
    • Portrait de Joseph Maurice Marceau et de Jean Baptiste Annibal Aubert du Baillet[12]
    • Portrait de Louis-Thomas Villaret Joyeuse et de Louis-René-Madeleine Levasser de La Touche-Tréville[13]
    • Portrait de Jean Hector de Fay et de Gastons Charles Pierre de Lévis[14]
    • Portrait de Renaud de Beaune et de François Folet[15]
    • Portrait de Armand du Cambout et de Pierre du Cambout[16]
    • Portrait de Charles Ligonius et de Pierre Chevalier Vettori[17]
  • Musée des beaux-arts de Nice :
  • Musée d'art de Toulon :
    • Anchise et Vénus, huile sur toile : il existe une réplique de ce tableau au Musée des beaux-arts de Nice
    • Autoportrait, 1804, huile sur toile
    • Portrait de Madame Guérin jeune fille, vers 1810-1815, huile sur toile
    • Portrait de Madame Guérin, huile sur toile
    • Portrait d'Isabelle Guérin, huile sur toile
    • Portrait de Cécile Guérin, huile sur toile
    • Portrait de Félix Guérin enfant, huile sur toile
  • Musée de Vendôme : Portrait d'Hauterive, gravure[18]
  • Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon :
    • Jean Lannes, sous-lieutenant au 2e bataillon du Gers en 1792, huile sur toile[19]
    • Jean-Baptiste Bessières, adjudant en 1792, huile sur toile[20]
    • Jean-Baptiste Kléber, lieutenant-colonel au 4e bataillon du Haut-Rhin en 1792, huile sur toile[21]
    • Jean-Baptiste-Annibal Aubert du Bayet, général de brigade en 1792, huile sur toile[22]
    • Jean-Charles-Emmanuel Nodier, huile sur toile[23]
    • Joachim Murat, sous-lieutenant au 12e chasseur en 1792, huile sur toile[24]
    • Laurent-Jean-François Truguet, capitaine de vaisseau en 1792, huile sur toile[25]
    • Laurent-Jean-François, comte Truguet, amiral de France, huile sur toile[26]
    • Le baron Larrey, huile sur toile[27]
    • Le comte Sebastiani, maréchal de France, huile sur toile[28]
    • Louis XVIII, roi de France et de Navarre, huile sur toile[29]
    • Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise, huile sur toile[30]
    • Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, duc de Raguse, maréchal de France, huile sur toile[31]
    • Eustache Bruix, vice-amiral, huile sur toile[32]
    • Marie Caroline de Bourbon-Siciles, duchesse de Berry, huile sur toile[33]
  • Musée de l'Armée à Paris: Portrait du général Jean-Baptiste Eblé, huile sur toile, 1838, par Paulin Guérin provient du château de Saint-Cloud

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acheté par l'État français pour le musée du Luxembourg à Paris.
  2. Louis-Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, vol. 1, Paris, Hachette, , p. 804.
  3. « Portrait de l'abbé Lamennais », notice no 01610000215, base Joconde, ministère français de la Culture
  4. « François-Athanase Charette », notice no 000PE011064, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. « Jacques Guibault », notice no 000PE011066, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Marmont », notice no 50090003878, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « L'abbé de Lamennais », notice no 00980001344, base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « Le chevalier Roze », notice no 000PE015219, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « Portrait de l'artiste », notice no 000PE013999, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « Ulysse en butte au courroux de Neptune », notice no 00000074785, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. « Portrait de Thiard et Busseuil », notice no M0315000785, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Portrait de Marceau et Baillet », notice no M0315000781, base Joconde, ministère français de la Culture
  13. « Portrait de Villaret et Levasser », notice no M0315000786, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. « Portrait de Fay et Lévis », notice no M0315000778, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. « Portrait de de Beaune et de Folet », notice no M0315000783, base Joconde, ministère français de la Culture
  16. « Portrait d'Armand et Pierre du Cambout », notice no M0315000784, base Joconde, ministère français de la Culture
  17. « Portrait de Ligonius et Vettori », notice no M0315000782, base Joconde, ministère français de la Culture
  18. « Portrait d'Hauterive », notice no M0277002052, base Joconde, ministère français de la Culture
  19. « Jean Lannes », notice no 000PE005555, base Joconde, ministère français de la Culture
  20. « Jean-Baptiste Bessières », notice no 000PE005559, base Joconde, ministère français de la Culture
  21. « Jean-Baptiste Kléber », notice no 000PE005540, base Joconde, ministère français de la Culture
  22. « Jean-Baptiste-Annibal Aubert », notice no 000PE005532, base Joconde, ministère français de la Culture
  23. « Jean-Charles-Emmanuel Nodier », notice no 000PE006059, base Joconde, ministère français de la Culture
  24. « Joachim Murat », notice no 000PE005548, base Joconde, ministère français de la Culture
  25. « Laurent-Jean-François Tryguet », notice no 000PE005582, base Joconde, ministère français de la Culture
  26. « Laurent-Jean-François Truguet, amiral de France », notice no 000PE004849, base Joconde, ministère français de la Culture
  27. « Le baron Larrey », notice no 000PE011322, base Joconde, ministère français de la Culture
  28. « Le comte Sebastiani », notice no 000PE011730, base Joconde, ministère français de la Culture
  29. « Louis XVIII », notice no 000PE011799, base Joconde, ministère français de la Culture
  30. « Antoinette de Bourbon », notice no 000PE006172, base Joconde, ministère français de la Culture
  31. « Viesse de Marmont », notice no 000PE004834, base Joconde, ministère français de la Culture
  32. « Eustache Bruix », notice no 000PE004884, base Joconde, ministère français de la Culture
  33. « Marie-Caroline de Bourbon », notice no 000PE012971, base Joconde, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 350-351.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :