Théophile Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamel.
Théophile Hamel
Hamel Self-Portrait 1846.jpg
Théophile Hamel, Autoportrait.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Peintre, portraitisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Maître

Théophile Hamel, né le 8 novembre 1817 et mort le 23 décembre 1870 à Québec, est un peintre québécois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Sainte-Foy, il étudie chez le peintre Antoine Plamondon de 1834 à 1840. Dans son atelier, il peint des hommes politiques et des ecclésiastiques, dont le législateur Amable Dionne.

Il part pour l'Europe en 1843 et il suit des cours à Florence. Il exécute des œuvres et copie Titien. De retour au Canada en 1846, il ouvre son premier atelier à Québec, puis s'installe à Montréal l'année suivante.

Hamel rencontre ses premiers succès en 1851. Quelques années après, il se marie à la fille de George-Barthélemy Faribault, le premier bibliographe du Canada. Pendant les années 1850, il est le portraitiste officiel de l'État, ce qui lui permet de hausser sa réputation parmi les élites.

Travaillant aussi bien dans le Bas-Canada que dans le Haut-Canada, il complète pendant les années 1860 une série de portraits sur les personnages historiques du Canada, spécialement celui de Jacques Cartier.

Son œuvre religieuse est également importante, avec environ dix peintures, essentiellement sur le Nouveau Testament. Il fait presque uniquement des portraits, avec un style simple sans fantaisie, valorisant la dignité et la ressemblance.

Beaucoup de son matériel a été perdu lors d'un incendie en 1862. Il a formé d'autres grands peintres canadiens comme Napoléon Bourassa, Eugène Hamel, Ludger Ruelland et Marie-Elmina Lefebvre. Il meurt à Québec le 23 décembre 1870 et est enterré au cimetière Notre-Dame-de-Belmont, à Sainte-Foy.

On retrouve plusieurs de ses œuvres au Pavillon Claire et Marc Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Portraits[modifier | modifier le code]

Louis-Jacques Casault

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :