Whip (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whip.

Dans les pays appliquant le système de Westminster ainsi qu'aux États-Unis, le whip est le député ou représentant chargé de veiller à ce que les élus de son parti soient présents et votent en fonction des consignes du parti.

Le terme vient de l'anglais whip qui veut dire « fouet »[1].

Un parti politique peut désigner un whip en chef et plusieurs whips adjoints. En fonction des parlements et des partis politiques, le whip peut être élu par les députés du parti ou nommé par sa direction. Dans certains pays, notamment au Royaume-Uni, le whip en chef (chief whip) du parti qui forme le gouvernement assiste aux réunions du cabinet.

Des fonctions similaires peuvent exister dans des pays n'appliquant pas le système de Westminster, comme le parlamentarischer Geschäftsführer en Allemagne ou le coordinateur de groupe en France[2].

En France, cette fonction, usuelle sous la Cinquième République, devient médiatisée sous la XVe législature au sein du groupe La République en marche, étant devenue plus stratégique en raison de l'inexpérience de la nouvelle majorité[3]. L'Express souligne que « la fonction de whip ne bénéficie d'aucune reconnaissance officielle à l'Assemblée. Ni de moyens supplémentaires pour travailler. Les dizaines d'heures passées à encadrer leurs collègues ne sont pas comptabilisées sur le site Nosdéputés.fr, au risque de les faire passer pour des cancres quand la presse publie des classements sur l'activité des parlementaires »[3].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le rôle du chief whip est mis en scène dans la série télévisée britannique House of Cards (1990), où le personnage principal Francis Urquhart (incarné par Ian Richardson) occupe ce poste avant de devenir Premier ministre[4]. Cette mise en scène, transposée au Congrès américain, est reprise dans le remake américain de la série en 2013 (avec Kevin Spacey dans le rôle de Frank Underwood)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Whips et whips adjoints, sur le site de l'Assemblée nationale du Québec.
  2. Samuel Le Goff, « Redémarrage des commissions », sur le blog Les Cuisines de l'Assemblée, hébergé par lexpress.fr, (consulté le 12 août 2016).
  3. a et b Jean-Baptiste Daoulas, « Députés macronistes, En Marche au fouet », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  4. (en) "The man who cracked the chief whip", The Guardian, 9 février 2007
  5. "House of Cards, la politique américaine expliquée à travers la série", Huffington Post, 14 février 2014

Source[modifier | modifier le code]