Anny Flore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anny Flore
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Anny ou Annie Flore, de son vrai nom Marie Antoinette Quié, née en à Cahus dans le Lot[1] et morte le à Boulogne-Billancourt, est une chanteuse et actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anny Flore est élevée dans la banlieue parisienne à Pierrefitte-sur-Seine par ses parents dont la mère fut ouvrière agricole et le père travailleur en usine. Elle débute comme cousette dans un atelier de couture à Paris, puis devient petite main et enfin mannequin chez Maggy Rouff. En 1939, elle se présente à l'un des nombreux concours de chant organisés par Radio Cité où elle interprète le succès de Lucienne Delyle, Si petite, ce qui va lui faciliter l'entrée au Petit Casino. Elle y débute en 1940 et dans quelques autres cabarets parisiens. Après un premier disque enregistré en 1945 en Belgique pour le label Rythme, elle signe un contrat d'exclusivité avec la maison de disques Pathé, à laquelle elle sera fidèle tout au long de sa carrière. Elle enchaîne les prestations au cabaret et music-hall et participe à de nombreuses émissions de radio.

Ses premières chansons appartiennent au registre réaliste : La Fille du patron, Madame la chance et Les Deux Rengaines où elle reprend, en 1946, un texte qu'Édith Piaf avait chanté en 1944. Ses compositeurs et paroliers sont alors Marguerite Monnot, Daniel White, Jacques Larue, Henri Contet

Elle change de style et adopte un nouveau répertoire moins tragique fait « de valses populaires sans drame ni filles perdues » (Lallemand)[réf. incomplète] qui va en faire une des principales représentantes du patrimoine populaire français avec Lucienne Delyle, et Yvette Giraud avec La valse tourne qui rencontre le succès suivent La Petite Arlésienne, Deux sous d'violettes, Paname, C'est la faute du vent, Entre Pigalle et Blanche ou encore Ma douce vallée. Elle fait confiance à de jeunes auteurs et compositeurs comme Jacques Dutailly ou Robert Lamoureux (auteur des paroles de La Petite Arlésienne).

Elle est choisie comme marraine du Racing Club de Paris (alors la plus prestigieuse équipe de football en France pour lequel elle enregistre La Chanson du Racing). Elle est aussi marraine du boxeur Robert Villemain à qui elle dédie sa chanson Mon Champion. Elle chantera au Vélodrome d'Hiver à l'occasion des Six jours de Paris et participe à de nombreuses manifestations dans toute la France à la gloire de sa terre natale le Quercy. Anny Flore joint à cette carrière musicale, à partir de 1951, une participation à des œuvres cinématographiques comme Deux sous de violettes, La Fête à Henriette (générique du film) ou dans Ce coquin d'Anatole, Les Deux Monsieur de Madame et Méfiez-vous des blondes où elle incarne la chanteuse. Flore est également la créatrice de la chanson du film Deux sous de violettes (1951) dont le texte fut écrit par Jean Anouilh et la musique par Georges van Parys. Cette chanson devient sa chanson fétiche reprise plus tard par Arletty.

À partir de 1955, elle sort une série de neuf 33 tours intitulée Mon cahier de chansons, en référence au cahier dans lequel elle écrivait adolescente le texte des chansons de Berthe Sylva, où elle interprète les succès du début du siècle dont ceux de Bénech et Dumont, Vincent Scotto, Daniderff, Gaston Gabaroche. Ce répertoire lui permet de poursuivre tournées et enregistrements et de résister à la vague yéyé ; elle joue dans plusieurs music-halls parisiens : Pacra, l'Alhambra, le Moulin Rouge. En 1958, elle remporte le prix international de la chanson française à Monte-Carlo avec Entre Pigalle et Blanche, qui fut reprise par Patachou.

Après avoir participé à plusieurs émissions de La Chance aux chansons, elle y fera ses adieux en 1984 alors atteinte du cancer qui devait l’emmener quelques mois après. Anny Flore qui avait une fille et quatre petits-enfants, meurt à Paris le 17 août 1985[réf. nécessaire].

Discographie[modifier | modifier le code]

Série Mon cahier de chansons[modifier | modifier le code]

Informations fournies depuis le catalogue sur la pochette (verso) des disques no 1 et no 6, ces disques n'étant pas répertoriés dans le catalogue de la BNF en ligne ; compléments sur les auteurs et compositeurs en cours.

Mon cahier de chansons no 1 1955 (Pathé-Marconi AT1072), orchestre direction Jacque-Simonot[modifier | modifier le code]

Mon cahier de chansons no 2 1956 (Pathé-Marconi AT1079), Orchestre direction Émile Decotty[modifier | modifier le code]

Mon cahier de chansons no 3 (Pathé-Marconi AT1103)[modifier | modifier le code]

Mon cahier de chansons no 4 (Pathé-Marconi AT1120)[modifier | modifier le code]

  • Arrêtez les aiguilles
  • La femme à la rose
  • Joujou, paroles Ernest Dumont, musique Ferdinand-Louis Bénech
  • Le petit ballon rouge
  • L'âme des violons
  • On n'a pas tous les jours vingt ans
  • Le jouet
  • Le Tango des fauvettes
  • Cœur de voyou
  • Le raccommodeur de faïence

Mon cahier de chansons no 5 (Pathé-Marconi AT1125)[modifier | modifier le code]

Mon cahier de chansons no 6 (Pathé-Marconi ST1146), orchestre direction Georges Alloo[modifier | modifier le code]

Autres enregistrements[modifier | modifier le code]

  • 1946 : La Fille du patron
  • 1946 : Madame la chance
  • 1946 : Au-dessus des murs
  • 1946 : Regarde-moi toujours comme ça
  • 1946 : Les Deux Rengaines
  • 1947 : L'Eau grise
  • 1947 : Paname
  • 1948 : Ta chose
  • 1948 : Jean-François
  • 1948 : La Petite Arlésienne
  • 1948 : Ciel de pluie
  • 1949 : La valse tourne
  • 1949 : Valse perdue
  • 1949 : C'est la faute du vent
  • 1950 : Méfiez vous des blondes, Jean Marion et Jean Halain (Pathé PG433) [2]
  • 1950 : La belle de mai, paroles Henri Contet, musique Georges Liffermann[3]
  • 1950 : Le temps d’aimer
  • 1952 : Deux sous d’violettes
  • 1952 : Sur le pavé de Paris (du film La fête à Henriette)
  • 1958 : Entre Pigalle et Blanche
  • 1958 : Quand on a que l’amour, paroles et musique Jacques Brel (45 tours 17 cm, Pathé 45EG328M) BNF FRBNF37961894
  • 1958 : Julie la rousse, musique René-Louis Lafforgue (45 tours 17 cm, Pathé 45EG328M) BNF FRBNF37961894
  • 1958 : Boléro Tam-Tam (45 tours 17 cm, Pathé 45EG328M) BNF FRBNF37961894
  • 1958 : Mais qu'est-ce que t'as (45 tours 17 cm, Pathé 45EG328M) BNF FRBNF37961894
  • 1959 : On n'a pas tous les jours 20 ans
  • 1960 : Je n'ai qu'un amour c'est toi
  • 1962 : Bal chez Temporel
  • 1965 : La Sérénade du pavé
  • 1968 : Amusez vous comme des fous
  • Carnaval

Filmographie[modifier | modifier le code]

Elle interprète la bande originale de plusieurs films et joue également le rôle de la chanteuse dans d'autres productions[4],[5] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Alain-Pierre Noyer, Dictionnaire des chanteurs francophones de 1900 à nos jours : 900 biographies d'interprètes, 6000 titres de chansons, Paris, Conseil international de la langue française, , 210 p. (ISBN 2-85319-209-1), « Anny Flore », p. 73.
  2. Auteur et compositeurs n.p., car BNF FRBNF37966511 notice imprécise.
  3. BNF FRBNF37966511.
  4. (en) Anny Flore sur l’Internet Movie Database
  5. (fr) Anny Flore sur la Bibliothèque du film (consulté le 15 mai 2010).
  6. (fr) Maurice Bessy, Raymond Chirat et André Bernard, Histoire du cinéma français : Encyclopédie des films, vol. 4 : 1951-1955, Paris, Pygmalion, , 495 p. (ISBN 2-85704-303-1), chap. 27 (« Deux sous de violettes »), p. 104.

Voir aussi[modifier | modifier le code]