Pierre de Montesquiou-Fezensac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anne Élizabeth Pierre de Montesquiou-Fezensac, comte de l'Empire (1809)[1], né à Paris le et mort au château de Courtanvaux (Bessé-sur-Braye) le , est un militaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit le à Paris, fils aîné de Anne-Pierre de Montesquiou-Fezensac, dit le « marquis de Montesquiou »[2],[3],[4], et de Jeanne Marie Hocquart de Montfermeil.


Il embrassa la carrière des armes et fut nommé dès 1779- à l'âge de 15 ans - sous-lieutenant au régiment Dauphin-Dragons.

L'année suivante il épousa Louise Charlotte Le Tellier de Montmirail, petite-fille de François-César Le Tellier de Courtanvaux et belle-sœur d'Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld. Le coupla aura deux enfants :

Il devient lieutenant en 1781 et il fut pourvu le de la charge de premier écuyer du comte de Provence, en survivance de son père. Le comte de Montesquiou, connu longtemps sous le titre de baron, vécut dans la retraite pendant la plus grande partie de la Révolution française.

En 1798, son père le marquis Anne-Pierre de Montesquiou-Fezensac épouse en secondes noces Anne-Louise de Domangeville, veuve du marquis de Pange et rescapée des geôles de la Terreur.

Ce ne fut qu'en 1804 qu'il revint à Paris comme président de canton pour assister au couronnement de Napoléon Ier.

Le comte de Montesquiou-Fezensac, grand chambellan.

Sans hostilité contre le pouvoir nouveau, il fut choisi le 2 vendémiaire an XIV par le Sénat conservateur, comme député du Nord au Corps législatif (il y fut réélu le ). Il fut nommé le président de la commission des finances. Le 12 novembre, il rendit compte des travaux de la commission et fit plusieurs rapports qui obtinrent du succès. En 1809, il remplaça dans les fonctions de grand chambellan l'Empire le prince de Talleyrand, qui venait d'être promu à la dignité de vice-grand électeur. Il devint également maire de Saints le , et fut fait comte de l'Empire le . Le , il fut élu et proclamé candidat à la présidence du Corps législatif en remplacement de Fontanes, devenu sénateur.

Le , lendemain du mariage Napoléon Ier avec Marie-Louise d'Autriche, il la félicita en ces termes :

« Sire,
Le corps législatif vient mêler ses vœux aux acclamations des peuples. Toute l'Europe retentit de cet illustre hyménée, de ce gage assuré de la paix, de cette auguste alliance qui semble porter avec elle toutes ses destinées. Il est glorieux, Sire, de pouvoir commander aux fureurs de la guerre, et de faire cesser les rivalités des nations ; mais qu'il est heureux de jouir de cette gloire auprès d'une jeune princesse dont les vertus ont devancé l'âge, et qui, par les regrets qu'elle laisse aux lieux de sa naissance, promet tant de bonheur à Votre Majesté et au peuple qu'elle vient d'adopter !
La renommée, Madame, a fait assez connaître les merveilles de ce règne et l'éclat du trône où vous montez ; mais il est auprès de ce trône glorieux une place toujours réservée pour la grâce et la bonté, dont le malheur fait son premier asile, et dont la gloire se compose de bienfaits et de reconnaissance : c'est à ce rang suprême que vous appellent tous les vœux. Déjà les plus douces espérances naissent à votre approche ; un charme puissant se fait sentir dans cet empire ; il semble qu'un nouveau cours de prospérités commence pour le monarque et pour ses peuples.
Oui, Sire, nous verrons les plus doux sentimens de la nature inspirer votre génie, l'esprit de famille s'unir à l'amour de la patrie, et la France recevoir de nouveaux bienfaits de la tendresse paternelle.
Que votre bonheur et celui de vos peuples consacrent donc à jamais cette illustre alliance ! Qu'elle ramène parmi nous ces longues années de paix, si chères a nos souvenirs ; que l'auguste compagne de votre trône réalise tous mes vœux; qu'elle soit chère à V. M., chère à ses peuples, et que ce concours d'affection et d'hommages soit le charme de votre vie et sa plus douce récompense.
 »

Le 4 avril, il reçut la grand'croix de deux ordres étrangers : l'ordre de Saint-Léopold d'Autriche et de celle de Saint-Joseph de Wurtzbourg, le grand-duc de Wurtzbourg étant un oncle paternel de la jeune impératrice.

En 1811, sa femme est nommée gouvernante du roi de Rome, héritier de l'Empire. l'enfant surnommera sa gouvernante "Maman Quiou" Il présida le Corps législatif pendant les sessions du au .

Entré au Sénat conservateur le , il fut envoyé, par décret du 26 décembre, à Rouen, afin d'y prendre des mesures de salut public. Le , il fut nommé aide-major général de la Garde nationale de Paris. Après la restauration, Louis XVIII le fit pair de France le 4 juin et chevalier de Saint-Louis le 5 octobre. Mais comme, au retour de Napoléon de l'île d'Elbe, il avait repris auprès de lui toutes ses fonctions, il cessa d'être employé à partir du .

Le comte de Montesquiou se retira alors dans son château de Courtanvaux, près de Bessé-sur-Braye, et ne reparut aux Tuileries qu'en 1819, ayant été de nouveau compris dans la promotion de pairs qui eut lieu le 5 mars. Cette nomination fut un acte spontané de Louis XVIII et non le résultat d'une demande ; le comte de Montesquiou était trop fier pour cela. Le roi le savait bien, et il dit au duc de la Chastre, qui avait renouvelé connaissance avec Montesquiou : « Vous avez sûrement été obligé d'aller au-devant de lui, car il ne vient jamais au-devant de personne. » Après la révolution de 1830, il continua de siéger, à la chambre des pairs, où il s'est toujours fait remarquer par la dignité de son caractère, par l'intelligence des affaires politiques et par l'indépendance modérée de ses opinions.

Il a été nommé ministre de France à Dresde.

Il mourut au château de Courtanvaux à Bessé-sur-Braye le .

Fonctions[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommage, Honneurs, Mentions, ...[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason Anne Elisabeth Pierre de Montesquiou (1764-1834).svg Armes de comte de l'Empire :

D'or à deux tourteaux de gueules, posés en pal ; au canton des Comtes Membres de Collège électoral brochant. L'écu posé sur les insignes de Grand chambellan de l'Empire. Toque de Comte de l'Empire, manteau des sénateurs de l'Empire.

Orn ext Comte (baron-pair) GCLH.svg
Blason fam fr Montesquiou.svg
Armes de baron-pair de France :

D'or à deux tourteaux de gueules, posés en pal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]