Hôtel de Montesquiou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel de Montesquiou
Hôtel Montesquiou-Fezensac, Paris 22 September 2013.jpg
Présentation
Type
Architecte
Construction
Destination initiale
Logement privé
Destination actuelle
Propriétaire
État chinois
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 7e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 7e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L’hôtel de Montesquiou est un hôtel particulier situé au 20 rue Monsieur dans le 7e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel de Montesquiou a été édifié en 1781 par l'architecte Alexandre-Théodore Brongniart pour Anne-Pierre de Montesquiou-Fézensac, premier écuyer du comte de Provence, futur Louis XVIII, à proximité des écuries de ce prince. En 1798, il le passa à son fils Pierre de Montesquiou-Fezensac, grand chambellan de l'Empire, dont l'épouse, « maman Quiou », fut gouvernante du roi de Rome.

De 1851 à 1938, l'hôtel et ses terrains ont appartenu aux Bénédictines de l'Adoration perpétuelle du Très Saint Sacrement, qui ajoutèrent un cloître et une chapelle néogothiques. Ces religieuses devinrent célèbres parmi les intellectuels catholiques sous le nom de « bénédictines de la rue Monsieur ». Joris-Karl Huysmans logea dans un petit appartement sur la cour en 1901-1902[1]. Achetés par l'État et restaurés, les bâtiments ont longtemps abrité le ministère de la Coopération.

En 2008, des investisseurs russes font l'acquisition de l'hôtel pour 147 millions d'euros[2]. En 2012, l'État chinois l'achète et, après cinq ans de travaux, y installe la chancellerie de l'ambassade de Chine en France en avril 2017[3].

Confusion[modifier | modifier le code]

À ne pas confondre avec l'hôtel de Montesquiou-Fezensac, situé sur le quai d'Orsay, où logeait notamment Robert de Montesquiou et que Huysmans décrivit comme l'antre du dandysme dans À Rebours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Frégnac, Belles Demeures de Paris : 16e-19e siècle, Paris, Hachette Réalités, , 280 p., p. 278
  2. « La Chine se paie un hôtel particulier aux Invalides », leparisien.fr, 20 janvier 2012.
  3. « Annonce de changement d'adresse de la chancellerie de l'ambassade de Chine en France », Ambassade de la République Populaire de Chine en République Française, 1er avril 2017.

Articles connexes[modifier | modifier le code]