Henri de Montesquiou-Fézensac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri de Montesquiou-Fézensac
Fonctions
Député de l'Aisne
-
Aide de camp
Napoléon Ier
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Pierre de Montesquiou-Fezensac
Louise-Augustine de Montesquiou-Fézensac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Élodie de Montesquiou-Fézensac (d)
Zoé de Montesquiou-Fézensac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire
Conflit
Distinction

Henri, comte de Montesquiou-Fézensac et de l'Empire (, Paris - , Tours), est un militaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils d'Anne-Pierre de Montesquiou-Fézensac, il devient capitaine-colonel de la Compagnie des Suisses de Monsieur le comte d’Artois, mais ne suit pas les Princes en émigration et se tient à l'écart pendant la Révolution.

Il se rallie à l'Empire en 1804, et est nommé capitaine-louvetier à Longpont, puis aide de camp de Napoléon en 1809 avant d'être créé comte de l'Empire le . Colonel, il participe aux batailles de Friedland, d'Eylau, de la Moskowa et de la Berezina, et survit à la Retraite de Russie. Il est nommé, le , par le Sénat conservateur, député de l'Aisne au Corps législatif, où il siége jusqu'en 1815. Rallié pendant les Cent Jours, il participe à Waterloo comme aide de camp de l'empereur, et se fait grièvement blesser sur le champ de bataille. En disgrâce sous la Restauration, il réside dans l'Aisne dans son château de l'Abbaye de Longpont[1] dont il a racheté les bâtiments, biens nationaux, en 1804[2].

Épouse Augustine Dupleix de Bacquencourt (1772 † 1797), dame du palais de l'impératrice Marie-Louise, fille de Claude Dupleix de Bacquencourt. Il est le père de Pierre (1793-1881), comte de Montesquiou-Fezensac, d'Élodie de Montesquiou (1790-1875), qui épouse son cousin le comte Anatole de Montesquiou-Fezensac, général, et de Zoé (1792-1817), duchesse de Padoue par son mariage avec le général Jean-Thomas Arrighi de Casanova, auquel il lègue son château de Courson.

Il est l'ancêtre de la tige de Montesquiou d'Artagnan actuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marguerite Robert Mathieu Montmirail en Brie, sa seigneurie et son canton, 1975, page 81.
  2. Biographie des hommes vivants, Paris, L.G. Michaud,

Liens externes[modifier | modifier le code]