Années 1560

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
XVe siècle | XVIe siècle | XVIIe siècle
Années 1540 | Années 1550 | Années 1560 | Années 1570 | Années 1580
1560 | 1561 | 1562 | 1563 | 1564 | 1565 | 1566 | 1567 | 1568 | 1569

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Rafraîchissement du climat de 1560 à 1600.

Personnalités significatives[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]


Religion[modifier | modifier le code]


  • Querelle de la grâce : Le 1er octobre 1567, le pape Pie V condamne 76 propositions extraites de l’œuvre de Michel Baïus, professeur de théologie à Louvain, par la bulle Ex omnibus afflictionibus ; Baïus et ses collègues se soumettent[2]. Ces propositions, inspirées de saint Augustin, portent sur la grâce, le libre arbitre et sur le péché originel et sont proches de la doctrine calviniste de la prédestination. Les théologiens jésuites adoptent une voie moyenne visant à concilier la dignité de l’homme et le dessein de Dieu : l’homme peut s’ouvrir et se fermer à la grâce et Dieu peut décider de donner des grâces qui forcent l’homme à faire son salut. Les dominicains soutiennent que Dieu détermine la volonté humaine à agir selon qu’il prédestine ou non l’homme au salut (grâce efficace), mais aussi que l’homme reçoit le pouvoir d’agir selon le bien sans pour autant recevoir le salut (grâce suffisante). À Salamanque, à Louvain, la polémique bat son plein. Baïus accuse le jésuite Leonardus Lessius de pélagianisme.
  • Le mot « puritain », d’origine française, apparaît en Angleterre.
  • En France, le clergé obtient le privilège de se réunir en assemblés administratives et financières.
  • Une quarantaine de ministres calvinistes formés à Genève exercent en France. D’après un rapport de Coligny, il y aurait en France 2 150 Églises « plantées » (Église organisée avec un consistoire régulièrement élu par la communauté, un ministre et le droit de représentation aux synodes provinciaux et nationaux.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Corbaz, Principes de phytopathologie et de lutte contre les maladies des plantes, PPUR presses polytechniques, (ISBN 9782880742010, présentation en ligne)
  2. Krista de Jonge, Gustaaf Janssens, Maurice van Durme, Les Granvelle et les anciens Pays-Bas : liber doctori Mauricio van Durme dedicatus, Leuven University Press, (ISBN 9789058670496, présentation en ligne)
  3. Dominique de Courcelles, Thérèse d'Avila : femme d'écriture et de pouvoir dans l'Espagne du Siècle d'Or, Éditions Jérôme Millon, (ISBN 9782905614940, présentation en ligne)