John Hawkins (navigateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Hawkins
Image dans Infobox.
John Hawkins
Fonctions
Membre du Parlement d'Angleterre
Membre du parlement de 1571
Plymouth (d)
Membre du parlement d'Angleterre de 1572 à 1583
Plymouth (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Père
Mère
Joan Trelawny (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
William Hawkins (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Margaret Vaughan (d)
Katherine Gonson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Arme
Naval Service (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflits
Distinction
signature de John Hawkins (navigateur)
Signature

John Hawkins, parfois écrit John Hawkyns, (Plymouth 1532 – ) était un constructeur de navires, riche négociant, navigateur, et marchand d’esclaves anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1560, il effectua plusieurs traversées de l'Atlantique, se livrant à la vente d'esclaves et abordant en Floride où il rencontre les huguenots de René de Goulaine de Laudonnière[1].

En 1567, il monta, en compagnie de son neveu Francis Drake, une troisième expédition vers l'Afrique pour y acheter des esclaves et les revendre dans les colonies du Nouveau Monde.

Malgré l'importance de leur flotte, les deux compères furent encerclés par les Espagnols dans une rade du Mexique (bataille de San Juan de Ulúa). Drake et Hawkins s'échappèrent de justesse.

En 1588, il participa avec Francis Drake, Martin Frobisher, et Walter Raleigh aux attaques en Manche et en mer du Nord contre l'Invincible Armada.

En 1595, John Hawkins accompagna Francis Drake dans une chasse au trésor dans les « Indes occidentales ». Durant le voyage, il tomba malade et mourut près de Porto Rico.

Son fils Richard Hawkins lui succéda.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lauric Henneton, Histoire religieuse des États-Unis, Flammarion, 2012, p. 45