Anderson (Indiana)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anderson.
Anderson
07-01-07-Downtown Anderson-City-Hall.jpg
L'hôtel de ville d'Anderson.
Géographie
Pays
État
Aire urbaine
Comté
Capitale de
Superficie
110,77 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
268 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Madison County Indiana Incorporated and Unincorporated areas Anderson Highlighted.svg
Démographie
Population
56 129 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
506,7 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Jumelage
Identifiants
Code postal
46011–46018Voir et modifier les données sur Wikidata
Code FIPS
18-01468Voir et modifier les données sur Wikidata
GNIS
Indicatif téléphonique
765Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

La ville américaine d’Anderson est le siège du comté de Madison, dans l’Indiana. Sa population s’élevait à 56 129 habitants en 2010, alors qu’elle en comptait quelque 70 000 en 1970.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d’Anderson en 2005.

Anderson est située au nord-est d'Indianapolis dans le centre de l'Indiana. La vile est fondée sur la rive sud de la White River[1]. À l'est d'Anderson, à la sortie de la ville, se trouve le parc d'État des Mounds.

Selon le Bureau du recensement des États-Unis, la municipalité s'étend en 2010 sur une superficie de 41,48 milles carrés (107,43 km2), dont 0,11 mille carré (0,28 km2) d'étendues d'eau[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Anderson possède un aéroport municipal (code AITA : AID).

Climat[modifier | modifier le code]

À l'image de l'Indiana[3], le climat d'Anderson est marqué par les saisons : les hivers y sont souvent froids tandis que la fin du printemps et le début de l'été sont généralement chauds et pluvieux.

Données climatiques à Anderson
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −6,7 −5,6 −0,5 4,9 10,6 15,7 17,7 16,7 12,8 6,7 1,1 −4,6 5,7
Température moyenne (°C) −2,4 −0,9 4,7 10,8 16,6 21,6 23,6 22,6 19 12,7 5,9 −0,5 11,1
Température maximale moyenne (°C) 1,9 3,6 9,8 16,7 22,6 27,4 29,4 27,4 25,2 18,8 10,7 3,6 16,5
Précipitations (mm) 56 61 83 96 104 106 104 89 78 73 85 75 1 010
Nombre de jours avec neige 2,8 1,9 0,6 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,9 7,4
Source : Weatherbase (rapports sur 116 ans)[4]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
1,9
−6,7
56
 
 
 
3,6
−5,6
61
 
 
 
9,8
−0,5
83
 
 
 
16,7
4,9
96
 
 
 
22,6
10,6
104
 
 
 
27,4
15,7
106
 
 
 
29,4
17,7
104
 
 
 
27,4
16,7
89
 
 
 
25,2
12,8
78
 
 
 
18,8
6,7
73
 
 
 
10,7
1,1
85
 
 
 
3,6
−4,6
75
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation d'Anderson[modifier | modifier le code]

Chassés par les Européens du Nord-Est des États-Unis, des Lenapes s'installent dans la région au début du XIXe siècle avant d'être expulsés à la suite de la signature du traité de St. Mary's en 1818[5]. Le chef de la tribu, Kikthawenund (William Anderson), était le fils du suédois John Anderson et de la fille du grand chef lenape Netewatwees[6].

John Berry achète ces terres en 1823 et fonde Andersontown. Berry promet au gouvernement du comté de Madison d'offrir une parcelle pour la construction du nouveau tribunal du comté[5]. Le siège du comté est ainsi transféré de Pendleton à Andersontown entre 1828[5] et 1836[7]. Durant les années qui suivent, son économie est principalement tournée vers l'agriculture[8].,[9]. Elle devient une municipalité (avec le statut de town) en 1838[1].

Anderson, l'industrielle[modifier | modifier le code]

Une carte postale d'Anderson de 1943.

La ville prend le nom d'Anderson en 1848[5]. Elle voit l'arrivée de quatre lignes chemin de fer à partir de 1853 : le Bellefontaine Railroad (en) en 1853, le Chicago Air Line Railroad en 1855, l'Anderson, Lebanon and St. Louis Railroad (en) en 1871 et le Nickel Plate Railroad vers 1875. Les premiers emplois industriels arrivent alors[5]. Anderson adopte le statut de city en 1865 et élit son premier maire, Robert N. Williams[1].

En mars 1887, d'importantes réserves de gaz naturel sont découvertes à proximité de la ville. Quelques mois plus tard, davantage de gaz est trouvé à l'est de la White River. Profitant de sa situation à l'intersection de quatre lignes de chemin de fer, Anderson attire de nombreuses industries spécialisées dans la verrerie ou la sidérurgie, originaires de l'Ohio ou de Pennsylvanie[9]. Elle adopte alors le surnom de « reine de la ceinture gazière » (en anglais : Queen City of the Gas Belt)[8]. Au sommet du boom gazier, en 1900, la ville compte plus de 130 usines. Anderson voit sa population doubler entre 1890 et 1900, passant d'environ 10 000 habitants à plus de 20 000. Les réserves en gaz s'épuisent toutefois au début du XXe siècle. Si certaines entreprises ferment, d'autres choisissent de rester pour les infrastructures en place et se convertissent au charbon. General Motors s'installe à Anderson à cette époque[9].

Anderson connaît son apogée au début des années 1970, lorsque General Motors y emploie plus de 22 000 personnes (soit environ un tiers de la population)[10] dans ses 20 usines locales[11]. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 entraînent des fermetures d'usines et la ville est touchée par un taux de chômage de plus de 20 %. En 1999, la dernière usine General Motors d'Anderson ferme ses portes[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.
18505 727
18606 527 +13,97 %
18709 186 +40,74 %
188011 425 +24,37 %
189010 019 -12,31 %
190020 178 +101,4 %
191022 476 +11,39 %
192029 767 +32,44 %
193039 804 +33,72 %
194041 572 +4,44 %
195046 820 +12,62 %
196049 061 +4,79 %
197070 787 +44,28 %
198064 695 -8,61 %
199059 459 -8,09 %
200059 734 +0,46 %
201056 129 -6,04 %
Est. 201855 037 -1,95 %

Lors du recensement de 2010, la population d'Anderson est de 56 129 habitants[2]. Elle est estimée à 55 037 habitants au , soit une diminution de 2 %[12].

Le revenu par habitant était en moyenne de 20 207 dollars par an entre 2013 et 2017, largement inférieur à la moyenne de l'Indiana (27 305 dollars) et à la moyenne nationale (31 177 dollars). Sur cette même période, 25,8 % des habitants d'Anderson vivaient sous le seuil de pauvreté (contre 13,5 % dans l'État et 11,8 % à l'échelle des États-Unis)[12].

Composition de la population en %[12]
Groupe Anderson (2017) Drapeau de l'Indiana Indiana (2018) Drapeau des États-Unis États-Unis (2018)
Blancs 79,0 85,1 76,5
Afro-Américains 13,8 9,8 13,4
Métis 4,1 2,1 2,7
Asiatiques 0,9 2,5 5,9
Amérindiens 0,3 0,4 1,3
Total 100 100 100
Hispaniques et Latino-Américains 5,3 7,1 18,3

Selon l'American Community Survey, pour la période 2011-2015, 93,49 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler anglais à la maison, alors que 3,19 % déclare parler l'espagnol et 3,32 % une autre langue[13].

Éducation[modifier | modifier le code]

La Liberty Christian School, une école privée d'Anderson.

Les écoles publiques de la ville sont gérées par la Anderson Community School Corporation. En 2016, Anderson compte deux écoles maternelles (Killbuck Kindergarten Extension et Southview Preschool Center), six écoles élémentaires (Anderson, Eastside, Edgewood, Erskine, Tenth Street et Valley Grove), une middle school et une high school[14]. Elle accueille également une high school publique pour adultes : The Excel Center[15],[16]. Dans les années 1970, Anderson compte trois high schools : Anderson High School, Highland High School et Madison Heights High School, comptant chacune plus de 2 000 étudiants. Leurs équipes de basket-ball sont alors considérée parmi les meilleures de l'État. L'originale Anderson High School ferme en 1997 et Madison Heights est renommée Anderson. Highland devient par la suite une middle school[11].

Anderson compte une charter schools (Anderson Preparatory Academy) et de nombreuses écoles privées (Anderson Christian School, Calvary Academy, Cross Street Christian School, Indiana Christian Academy, Liberty Christian School, St. Ambrose School et St. Mary's School)[16]. Concernant l'enseignement supérieur, la ville accueille : l'Anderson University (en) ainsi que des campus du Harrison College (en), de l'Ivy Tech Community College of Indiana (en) et de l'université Purdue[16].

D'après le Bureau du recensement des États-Unis, la population d'Anderson est moins éduquée que celle de l'Indiana ou des États-Unis. En 2017, seuls 84,8 % de ses habitants de plus de 25 ans sont diplômés d'une high school (contre 88,3 % en Indiana et 87,3 % à l'échelle du pays). L'écart se creuse davantage concernant la proportion d'adultes diplômés d'au moins un baccalauréat universitaire : elle concerne 14,5 % des plus de 25 ans vivant à Anderson contre respectivement 25,3 % et 30,9 %[12].

Religion[modifier | modifier le code]

Anderson est le siège de l'Église de Dieu. Fondée en 1880 par Daniel Warner, il s'agit d'une église évangélique accueillant de nombreux chrétiens born again[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le tribunal du comté.

Anderson est le siège du comté de Madison. À ce titre, elle accueille le tribunal du comté. L'actuel bâtiment est construit en 1972, en remplacement d'un ancien édifice de 1884 de style Second Empire devenu trop exigu et aujourd'hui détruit[18],[19]. La ville accueille également un tribunal municipal (en anglais : Anderson City Court) qui a juridiction concernant le non-respect des arrêtés municipaux et certaines contraventions mineures dans le comté[20]. Le juge du tribunal municipal est élu par les électeurs de la ville. Depuis 2015, il s'agit du démocrate Jason Jamerson[21].

La municipalité d'Anderson est dirigée par un maire, élu au suffrage universel direct Depuis 2015, le maire d'Anderson est le démocrate Thomas Broderick Jr., élu face au républicain sortant Kevin Smit[21].

Le conseil municipal (en anglais : city council) est composé de neuf membres : six élus au sein de districts et trois élus à l'échelle de la ville (at-large). Il se réunit tous les deuxièmes jeudi du mois[22]. Le conseil municipal élu en 2015 est dominé par 7 démocrates (dont les 3 élus at-large) contre deux républicains[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Après les chocs pétroliers des années 1970, Anderson a connu un important chômage atteignant jusqu'à 22 % de la population active. Les dernières usines de General Motors, qui ont longtemps marqué l'industrie locale, ferment en 1999[11]. Pendant plusieurs années, la ville dépend toujours des 10 000 anciens salariés de GM, à qui l'entreprise procure une généreuse couverture santé[10]. Les hôpitaux deviennent les premiers employeurs de la ville[23]. La crise économique de 2008 touche également durement la ville[24]. En 2010, le comté de Madison autour d'Anderson connaît un taux de chômage de 12,1 % contre 10,4 % dans l'Indiana[25].

De nouvelles grandes entreprises s'implantent toutefois dans la région au début du XXIe siècle, à l'image de Nestlé ou de fabricants de pièces automobiles[24]. En 2012, Anderson compte 3 167 entreprises[12]. Le chômage dans le comté baisse fortement entre 2010 et 2018 pour atteindre 3,3 % et se rapprocher de la moyenne de l'État à 3 %[25]. Cependant, l'American Community Survey (2013-2017) révèle que le taux d'emploi des plus de 16 ans d'Anderson (à 56,1 %) reste bien inférieur à celui de l'Indiana (63,8 %) ou des États-Unis (63 %). Ce taux tombe à 52,1 % chez les femmes (contre 58,9 % et 58,2 %)[12].

Les 10 principaux employeurs privés d'Anderson en 2019[23]
Employeur Domaine d'activité Nombre d'EPT
Community Hospital Anderson Santé 1 980
Saint Vincent Anderson Regional Hospital Santé 1 410
Nestlé Industrie alimentaire 790
Hoosier Park Racing and Casino Divertissements 785
Carter Express Logistique 680
Anderson University Éducation 530
Conduent Centre d'appel 500
Pay Less / Kroger Super Markets Grande distribution 440
Greenville Technology Industrie automobile 395
Walmart Super Center Grande distribution 365

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Anderson compte trois quartiers inscrits au registre national des lieux historiques : le quartier de la 8e rue ouest[26] (1976), le quartier de West Central (1984)[8] et le centre-ville historique[5] (2006).

Le centre-ville comprend 42 édifices. 18 d'entre-eux sont des bâtiments commerciaux (principalement italianisants) datant du boom gazier ; le plus ancien étant le Big Four Depot de 1887. Du début du XXe siècle aux années 1950, le quartier accueille des nouveaux bâtiments institutionnels (la poste de 1910) et culturels (les cinémas des années 1920) inspirés d'autres styles architecturaux : néo-roman, néo-classique, Art déco ou encore international[5].

Le quartier de West Central est construit à partir de 1854 à l'ouest de la ville fondée par John Berry. La plupart de ses 160 bâtiments — souvent de style Queen Anne ou italianisant — sont édifiés entre 1885 et 1910, durant le boom gazier. Le quartier, résidentiel, accueille alors une grande partie de la bourgeoisie locale. Il est peu à peu déserté par sa population à partir de la Grande Dépression. Au milieu du XXe siècle, de nombreuses demeures sont divisées en appartement ou détruites pour faire place à des parkings. Depuis les années 1970, le quartier fait cependant l'objet d'importantes restaurations[8].

Le quartier de la 8e rue ouest (en anglais : West 8th Street) est un quartier résidentiel de l'ouest d'Anderson, comprenant de nombreuses maisons de deux étages de style victorien, deux églises et deux écoles. L'un des plus anciens édifices quartier est la maison de Neil McCullough, construite dans un style néo-classique en 1870[26].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En dehors de ces quartiers, sept bâtiments d'Anderson sont inscrits individuellement sur le registre national des lieux historiques :

  • la maison Gruenewald, construite en 1874 par Martin Gruenewald dans un style italianisant et Second Empire[27] ;
  • l'école de Central Avenue, comprenant un bâtiment néo-roman de 1891 et une extension Arts & Crafts de 1921[28] ;
  • la bibliothèque Carnegie, financée par le fonds Carnegie et édifiée en 1905 dans un style Beaux-Arts[29] ;
  • l'Anderson Bank Building, un immeuble Art déco de sept étages du centre-ville achevé en 1928 d'après les plans du cabinet Vonnegut & Bohn (en)[30] ;
  • le Paramount Theatre, un cinéma construit d'après les plans de Alvin M. Strauss en 1928 dans un style néo-colonial espagnol[31] ;
  • le Tower Hotel, construit en 1930 en mélangeant les styles Art déco et néo-gothique et qui est avec ses douze étages le premier gratte-ciel d'Anderson[32] ;
  • la High School Wigwam, qui comprend la High School Athletic and Education de 1961 et les extensions de 1979 (classes et auditorium)[33]. En grande partie consacrée au basket-ball, l'école est un exemple de l'« hystérie Hoosier (en) » pour ce sport dans les années 1950[33] avec le deuxième plus grand gymnase du secondaire des États-Unis[11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Samuel Harden, History of Madison County, Indiana, From 1820 to 1874 : giving a general review of principal events, statiscal and historical items, derived from official sources, Markleville, , 417 p. (lire en ligne), p. 64-67.
  2. a et b (en) Bureau du recensement des États-Unis, « Population, Housing Units, Area, and Density: 2010 - State -- Place and (in selected states) County Subdivision more information 2010 Census Summary File 1 », sur factfinder.census.gov (consulté le 15 septembre 2019).
  3. (en) National Climatic Data Center, « Climate of Indiana », sur ncdc.noaa.gov (consulté le 15 septembre 2019).
  4. (en) « Anderson, Indiana: Monthly - All Weather Averages », sur weatherbase.com (consulté le 15 septembre 2019).
  5. a b c d e f et g (en) Jim Haberek et Paul Diebold, « National Register of Historic Places Registration Form: Anderson », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  6. (en) Stephen T. Jackson, « In History: Legacy of Chief Anderson », sur heraldbulletin.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  7. Samuel Harden 1874, p. 23.
  8. a b c et d (en) Joyceann Moreland et Elizabeth A. Straw, « National Register of Historic Places Inventory Nomination Form: West Central Historic District », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  9. a b et c (en) James A. Glass, « The Gas Boom in East Central Indiana », Indiana Magazine of History, Indiana University Press , vol. 96, no 4,‎ , p. 313-335 (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2019).
  10. a et b (en) Jeremy W. Peters et Micheline Maynard, « Company Town Relies on G.M. Long After Plants Have Closed », sur nytimes.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  11. a b c d et e (en) Craig Fehrman, « The End of an Era in Indiana », sur nytimes.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  12. a b c d e et f (en) Bureau du recensement des États-Unis, « QuickFacts: Anderson city, Indiana; Indiana; United States », sur census.gov (consulté le 15 septembre 2019).
  13. (en) « Language spoken at home by ability to speak English for the population 5 years and over », sur factfinder.census.gov.
  14. (en) Anderson Community School Corporation, « 2016 ACSC Brochure: ACSC Leaders in Education since 1873 », sur 1.cdn.edl.io (consulté le 15 septembre 2019).
  15. (en) « The Excel Center: Anderson, IN », sur excelcenter.org (consulté le 15 septembre 2019).
  16. a b et c (en) « Education », sur cityofanderson.com (consulté le 15 septembre 2019).
  17. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism, Westminster John Knox Press, , 654 p. (lire en ligne), p. 139.
  18. (en) Beth Oljace, « A Madison County Mystery », sur heraldbulletin.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  19. (en) « Madison County- Anderson (1972-) », sur courthousery.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  20. (en) « City Court », sur cityofanderson.com (consulté le 15 septembre 2019).
  21. a b et c (en) « Election Day 2015 », sur heraldbulletin.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  22. (en) « City Council », sur cityofanderson.com (consulté le 15 septembre 2019).
  23. a et b (en) Madison County CED & City of Anderson Department of Economic Development, « Leading Private Employers - City of Anderson », sur andersonecondev.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  24. a et b (en) Kylie Veleta, « Economic Melting Pot Heating Up in Anderson », sur insideindianabusiness.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  25. a et b (en) Terry C. Truitt, « Anderson forecast 2019 », Indiana Business Review, Indiana Business Research Center, vol. 93, no 4,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2019).
  26. a et b (en) Chris Owens et Russell B. Johnson, « National Register of Historic Places Inventory Nomination Form: Historic West 8th Street », sur secure.in.gov, National Park Service (consulté le 15 septembre 2019).
  27. (en) Harold Gallaqher, « National Register of Historic Places Inventory Form: Gruenewald House », sur secure.in.gov, National Park Service (consulté le 15 septembre 2019).
  28. (en) Carol Ann Schweikert, « National Register of Historic Places Registration Form: Central Avenue School », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  29. (en) Lorine A. Combs, « National Register of Historic Places Inventory Nomination Form: Carnegie Public Library », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  30. (en) John M. Weber, « National Register of Historic Places Inventory Nomination Form: Anderson Bank Building », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  31. (en) Creager Smith et ames Robert Abraham, « National Register of Historic Places Registration Form: Paramount Theatre Building », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  32. (en) Judith B. Williams, « National Register of Historic Places Registration Form: Tower Hotel », sur secure.in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).
  33. a et b (en) James A. Glass, « National Register of Historic Places Registration Form: Anderson High School Wigwam », sur in.gov, National Park Service, (consulté le 15 septembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :