Ancienne aluminerie de Shawinigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancienne aluminerie de Shawinigan
Espace Shawinigan 1.JPG

Bâtiment Al-3

Présentation
Type
Construction
1900 à 1927
Statut patrimonial
Localisation
Situation
1, rue des Érables
Shawinigan
Drapeau : Québec Québec
Drapeau du Canada Canada
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : agglomération de recensement de Shawinigan

(Voir situation sur carte : agglomération de recensement de Shawinigan)
Point carte.svg

L'ancienne aluminerie de Shawinigan est la première usine d'électrométallurgie établie au Canada.

Description[modifier | modifier le code]

Cet ensemble industriel aménagé à partir de 1899 a été classé immeuble patrimonial par le gouvernement du Québec, le 25 mai 2013. Le site comprend 12 bâtiments, construits entre 1900 et 1927[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de l'Ancienne aluminerie de Shawinigan.

C'est en 1886 que l'ingénieur américain Charles Martin Hall découvre le procédé de production de l'aluminium par électrolyse[2]. En 1888, il s'associe avec le métallurgiste et industriel américain Alfred E. Hunt (en) pour fonder la Pittsburgh Reduction Company.[réf. souhaitée] L'entreprise utilise initialement des génératrices à vapeur pour produire sont électricité, mais elle tourne rapidement vers l'hydroélectricité, qui est plus économique. Une usine est construite en 1895 à Niagara Falls dans l'État de New York en 1895[2].

En 1898, la Shawinigan Water and Power Company fait l'acquisition des droits d'exploitation des chutes de Shawinigan dans le but d'y exploiter une centrale hydroélectrique[3],[4]. Dès sa création, la compagnie cherche a signer des contrats d’approvisionnement avec des industries consommant de grandes quantités d'énergie. La Shawinigan Water and Power Company signe son premier contrat en 1899 avec la Pittsburgh Reduction Company, qui est intéressé à la fois par l'énergie à faible coût et l'accès au marché à l'Empire britannique[2]. La même année la Shawinigan Water and Power Company construit une ligne de chemain de fer pour relier le site au réseau de la Great Northern Railway of Canada[5].

Le chantier de construction débute au début de 1900, sous la supervision de l'ingénieur Edwin Stanton Fickes (1872-1943) et du surintendant de la Pittsburgh Reduction Company, F. H. Stoughton. Pour dresser les plan de l'usine, on pense que Fickes a utilisé comme modèle celle de Niagara Falls, qui a été détruite en 1923. Une fonderie (AL-9), une salle de cuves (AL-7) et une annexe (AL-8) reliant les deux bâtiments sont érigées en 1900 et 1901. Une centrale hydroélectrique est aussi construite en contrebas du site. Le premier lingot du Canada est coulé le 20 octobre 1901 et il est livrée à New Glasgow en Nouvelle-Écosse. La branche canadienne de la Pittsburgh Reduction Company adopte le nom de Northern Aluminium Company Limited en 1902 et un atelier de tréfilerie et de câblerie (AL-3) est construit la même année. C'est de là que les premiers câbles conducteurs en aluminium du Canada sont produit. En 1907, la Pittsburgh Reduction Company change son nom pour celui de d'Alcoa, l’abréviation de Aluminium Compagny of America[5].

La diminution des coût de production de l'aluminium ainsi que la découverte de nouvelles utilisations du produit fait constamment monter la demande. Le premier agrandissement du complexe industriel a lieu en 1905 et 1906 avec la construction de trois salles de cuves (AL-5, AL-15 et AL-17), d'un laboratoire couplé d'un bureau (AL-2), d'un espace d’expédition (AL-11), un atelier de broyage du coke (AL-14) ainsi qu’une annexe (AL-6). Les salles de cuves sont toutes équipées de ponts roulants et les bâtiments sont tous relié par des annexes ou des passages[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le ministre Kotto annonce le classement de l'ancienne aluminerie de Shawinigan », Ministère de la Culture et des Communications, 7 juin 2013.
  2. a, b et c Lizotte 2017, p. 12.
  3. « Ancienne aluminerie de Shawinigan », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 15 juillet 2017).
  4. « Chutes de Shawinigan », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de toponymie (consulté le 15 juillet 2017).
  5. a et b Lizotte 2017, p. 15.
  6. Lizotte 2017, p. 15-16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Lizotte (dir.), Plan de conservation de l'ancienne aluminerie de Shawinigan, Ministère de la Culture et des Communications, , 45 p. (ISBN 978-2-550-78245-2, lire en ligne).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :