Rivière Manicouagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rivière Manicouagan
Illustration
La rivière Manicouagan, vue du barrage Daniel-Johnson.
Tracé du cours d'eau et de ses principaux affluents.[1]
Caractéristiques
Longueur 221 km
Bassin 45 908 km2
Bassin collecteur Estuaire maritime
du Saint-Laurent
Débit moyen 1 000 m3/s (Baie-Comeau)
Cours
Source Réservoir Manicouagan
· Localisation Rivière-aux-Outardes
· Coordonnées 50° 38′ 23″ N, 68° 43′ 37″ O
Confluence Fleuve Saint-Laurent
· Localisation Baie-Comeau
· Altitude m
· Coordonnées 49° 10′ 34″ N, 68° 11′ 40″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Rivière Toulnustouc, rivière Hart Jaune
· Rive droite Rivière Quicaquestagane, Rivière Mouchalagane, Rivière Seignelay
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Côte-Nord
MRC Caniapiscau et Manicouagan

Sources : CTQ[2]

La rivière Manicouagan (innu-aimun : Manikuakanishtiku) est une rivière de la Côte-Nord du Québec qui se jette dans le fleuve Saint-Laurent sur la rive nord-ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bassin versant

La rivière coule du nord au sud sur une distance de 221 km, du réservoir Manicouagan (altitude : 358 m) à son embouchure dans le fleuve Saint-Laurent, à l'ouest de la ville de Baie-Comeau. Le débit moyen à l'embouchure est d'environ 1 000 m3/s. Cela en fait le troisième affluent en importance du fleuve Saint-Laurent, après la rivière des Outaouais et la rivière Saguenay. Le débit de la rivière est régulé par les nombreux ouvrages hydroélectriques qui y ont été construits, dont quatre barrages dans le cadre du projet Manic-Outardes d'Hydro-Québec.

La rivière compte de nombreux affluents dont les rivières Mouchalagane, Seignelay, Hart Jaune, Quicaquestagane et Toulnustouc[3].

À partir du barrage Daniel-Johnson (barrage Manic 5) le courant descend selon les segments suivants :

Cours intermédiaire de la rivière Manicouagan (segment de 117,3 km)

  • 16,3 km vers le sud-est en courbant vers le sud en fin de segment, jusqu'à la confluence de la rivière Quicaquestagane (venant de l'ouest) ;
  • 20,0 km vers le sud jusqu'à un coude de rivière, puis vers le sud-est jusqu'au réservoir Manic 3 ;
  • 21,3 km vers le sud en traversant la partie nord du réservoir Manic 3 (élévation : 201 m) et en recueillant la rivière Lemay (venant du nord), jusqu'au bout de la presqu'île qui délimite l'embouchure de la rivière Caopachaco (venant du nord-est) ;
  • 59,7 km vers le sud en traversant la partie sud du réservoir Manic 3, jusqu'au barrage Manic 3 l'embouchure du réservoir. Note : ce segment reçoit les eaux de la rivière Vachon (venant du nord et se déversant sur la rive ouest du réservoir) ;

Cours inférieur de la rivière Manicouagan (segment de 76,2 km)

  • 8,5 km vers le sud-est en contournant une île ronde (diamètre : 1,6 km) et formant un crochet vers l'est où ce segment coupe le pont de la route forestière R0951, jusqu'à la limite nord-Ouest du Réservoir Manic 2 ;
  • 16,5 km vers le sud-est en traversant la partie nord-est du réservoir Manic 2 et en passant devant le territoire de la réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka jusqu'à l'entrée de la baie où se déverse la rivière Toulnustouc (venant du nord) ;
  • 34,4 km vers le sud en traversant le réservoir Manic 2, en passant dans un détroit constitué par une presqu'île rattachée à la rive est s'avançant vers le sud-ouest formant du côté sud la baie des Fourche, en recueillant la rivière Caouette (venant de l'ouest) et le ruisseau du Banc Blanc (venant du nord-est), jusqu'au barrage Manic 2 que traverse la route 389 ;
  • 16,8 km vers le sud en contournant l'île aux Caribou et en formant une courbe vers l'ouest pour passer devant la montagne Salée (altitude : 162 m) et en recueillant la rivière Salée (venant de l'ouest) jusqu'au pont de la route 138, correspondant à l'embouchure de la rivière.[4]

À partir de la route 138, le courant traverse sur 4,1 km vers le sud-est la baie menant a l'estuaire maritime du Saint-Laurent, soit jusqu'à la Pointe-Lebel (côté sud de la baie) et la Pointe Saint-Gilles (côté nord). L'Aire de concentration d'oiseaux aquatiques Rive du Vieux Poste est située sur la rive nord de cette baie.

Ouvrages hydroélectriques de la Manicouagan[modifier | modifier le code]

La puissance totale développée par les installations hydroélectriques sur la rivière s'élève à 5 634 MW[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Relation OpenStreetMap
  2. « Rivière Manicouagan », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 27 février 2018)
  3. « Le bassin versant de la rivière Manicouagan », sur www.mddelcc.gouv.qc.ca
  4. « Atlas du Canada du Ministère des ressources naturelles du Canada » (consulté le 5 décembre 2018)
  5. « Centrales hydroélectriques | Hydro-Québec Production », sur www.hydroquebec.com,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Albert Peter Low, Report on explorations in the Labrador peninsula along the East Main, Koksoak, Hamilton, Manicuagan and portions of other rivers in 1892-93-94-95, Ottawa, Queen's Printer, , 387 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]