Ambae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ambae
Carte topographique (MNT) d'Ambae.
Carte topographique (MNT) d'Ambae.
Géographie
Pays Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Vanuatu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 24′ 00″ S, 167° 50′ 00″ E
Superficie 402,0 km2
Côtes 94,7 km
Point culminant Mont Manaro (1 496 m)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan de subduction
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 6 septembre 2017
Code GVP 257030
Observatoire Aucun
Administration
Province Pénama
Démographie
Population Aucun habitant (2018)
Plus grande ville Saratamata (désertée)
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11:00
Géolocalisation sur la carte : Vanuatu
(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Ambae
Ambae
Îles au Vanuatu

Ambae ou Aoba, autrefois Leper's Island en anglais, littéralement « l'île aux lépreux », est une île longue de quarante kilomètres et large de vingt située dans l’archipel du Vanuatu, à 12,8 kilomètres à l'ouest de l'île Maewo. Elle était peuplée en 2009 de 10 407 habitants[1] avant que la totalité de la population ne soit évacuée en 2018 en raison des risques volcaniques trop importants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les îles les plus proches sont Maewo et l’île de Pentecôte à moins de trente kilomètres. Ces trois îles font partie de la même province, Pénama. Espiritu Santo, la plus grande île de l’archipel, est à environ cinquante kilomètres.

Saratamata était la principale agglomération d’Ambae et siège administratif de la province de Pénama dont l’île fait partie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'aviso Chevreuil des Forces navales françaises libres, est envoyé aux Nouvelles-Hébrides et aux Îles Banks, par le commandant de la Marine dans le Pacifique, le capitaine de frégate Cabanier, pour des missions de visite et de maintien de l'ordre. Commandé par l'enseigne de vaisseau Fourlinnie, il fait un passage à Ambae entre le 10 et le [2].

En , l'activité volcanique étant trop intense, les dirigeants de Vanuatu ont décidé d’évacuer de manière permanente les habitants de l'île[3].

Volcanisme[modifier | modifier le code]

L’île abrite un volcan en activité, le Lombenben dont le mont Manaro, haut de 1 496 mètres[4], est la partie émergée. Sa dernière explosion remonte à 1996. Il reste suffisamment dangereux pour avoir nécessité l’évacuation d’une partie de la population début [5] : 5 000 personnes sont déplacées du centre et du sud vers les côtes nord à la suite de violentes projections de cendres atteignant 3 000 mètres de hauteur, accompagnées de pluies acides et de nuages gazeux. Un regain d'activité étant observé en 2017[6], les 11 000 habitants sont évacués en quelques mois, l'île étant vidée en totalité de sa population en 2018[7].

Culture[modifier | modifier le code]

Une locutrice de l'ambae de l'Est enregistrée à Saratamata (en).

Lorsqu'elle était habitée, les habitants d’Ambae parlaient deux langues vernaculaires, l’ambae de l’Est et l’ambae de l’Ouest[8].

Le romancier américain James A. Michener (1907-1997) l'a considérée comme la plus belle île du monde, pour son site, son volcan actif, sa jungle, sa population, sa culture.

L'anglais et le bichelamar sont les deux langues véhiculaires.

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales ressources économiques d’Ambae provenaient de l’agriculture. Le tourisme y était peu développé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 2009 National Population and Housing Census », Vanuatu National Statistics Office, (consulté le 12 septembre 2011), p. 12
  2. Ignatieff 2009, p. 97.
  3. « L’archipel de Vanuatu évacue une île de manière permanente », sur Le Devoir (consulté le 13 mai 2018)
  4. (en) « Îles du Vanuatu » (consulté le 12 septembre 2011)
  5. « Vanuatu : éruption spectaculaire du mont Manaro en images », Futura-Sciences, (consulté le 12 septembre 2011)
  6. (en) « Bulletin d'alerte n°11 2017 »
  7. « Vanuatu : l'île d'Ambae sera définitivement évacuée à cause du volcan Manaro Voui », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2018)
  8. (en) « Languages of Vanuatu », SIL International (consulté le 12 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dimitri Ignatieff, « Présence dans le Pacifique des navires de la France Libre : Le Chevreuil », Revue Maritime, no 484,‎ , p. 96-99 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]