Maewo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant le Vanuatu
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire et le Vanuatu.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Maewo
Géographie
Pays Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Vanuatu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 10′ 00″ S, 168° 09′ 00″ E
Superficie 303,6 km2
Côtes 136 km
Point culminant 811 m
Géologie Île volcanique
Administration
Province Penama
Démographie
Population 3 569 hab. (2009)
Densité 11,76 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Maewo
Maewo
Îles au Vanuatu

Maewo est une île de l’archipel du Vanuatu dans le Pacifique Sud. En 2009, elle était peuplée de 3 569 habitants[1]. Elle a une superficie de 303,6 km2 et son point culminant se trouve à 811 m d’altitude[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île est allongée dans le sens nord-sud sur environ 57 km, et large seulement de 5 à 8 km.

Une faille ouest-est, entre Kérembeï et Naviso, divise l'île en deux moitiés. Le nord est un karst jeune sur socle volcanique. Le sud provient de roche éruptives, avec des vallées profondes. L'ensemble de l'île a été reçu maintes fois des couches de cendres, venant d'Ambaé et d'Ambryn, et qui sont à l'origine des sols fertiles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bougainville, qui la découvre le 22 mai 1768 au matin, l'appelle Aurore. Cook en 1774 la renomme Aurora. Le nom est utilisé jusque vers 1935, où le nom actuel est adopté.

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues vernaculaires de Maewo sont le baetora, le maewo central et le marino[3].

Les trois zones culturelles, selon les récits oraux, ont été l'objet d'affrontements claniques terribles, avant l'arrivée des Européens. Depuis, l'opposition entre les deux moitiés de l'île reste importante.

Économie[modifier | modifier le code]

L'auto-subsistance est assurée par l'agriculture vivrière (taro irrigué) et la pêche.

Les principales cultures sont le kava, le coprah, l'élevage bovin (en cocoteraie) et la cacao.

Il n'existe pas de routes transversale, à part la piste Kérembeï-Naviso. Il n'existe pas de port, depuis que celui de Narovorovo a été détruit. Le seul aéroport est Malolo. Le transport se fait en taxi-brousse ou en bateau-taxi.

L'exploitation forestière (acacia namariou, et cordia alliodora) est faible.

L'écotourisme reste faible, surtout grâce à la Baie d'Asanvari, qui héberge les yachts, depuis peu.

Échanges[modifier | modifier le code]

Parmi les productions traditionnelles, les nattes, indéplaçables, placées sous un feu léger, valorisées par la longueur des stalactites de suie, très fragiles, qui s'y accrochent. (Jean Guiart 2011ː86, Aubert de la Rüe 1945)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 2009 National Population and Housing Census », Vanuatu National Statistics Office,‎ (consulté le 11 septembre 2010), p. 13
  2. (en) « Îles du Vanuatu » (consulté le 11 septembre 2011)
  3. (en) « Languages of Vanuatu », SIL International (consulté le 11 septembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]