Alo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir allô et halo.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ALO.
Royaume coutumier d’Alo
Drapeau
Drapeau
Carte de localisation de Wallis-et-Futuna
Carte de localisation de Wallis-et-Futuna
Administration
Statut politique Royaume coutumier de Wallis-et-Futuna
Capitale Ono
13° 18′ S 176° 10′ O / -13.3, -176.17
Gouvernement
- Tuiagaifo

Filipo Katoa
Démographie
Population 2 156 hab. (2013)
Langue(s) français,futunien  1
Coordonnées 14° 19′ 00″ Sud 178° 07′ 00″ Ouest / -14.316666666667, -178.11666666667
Divers
Monnaie Franc CFP (CFP)
Fuseau horaire UTC +12
Domaine internet .wf
Indicatif téléphonique +681
Sources
1. Le français a valeur de langue officielle.

Alo est l'un des deux royaumes que compte Futuna, faisant partie du territoire des îles Wallis-et-Futuna.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Futuna.
Carte des îles Futuna et Alofi.

L'île de Futuna ainsi que son île voisine Alofi ont une superficie de 46,28 Km². Futuna est divisée en deux royaumes : Alo au sud-est et Sigave au nord-ouest.

Sa population est de 3 613 habitants (en 2013).

D'après le recensement, le village le plus peuplé est est le village d'Ono, capitale de Futuna.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a 5 000 ans (3 000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2 000 av. J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de là, vers les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1 500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, vers les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanité.

Les premiers visiteurs européens de Futuna, reconnus par l'histoire, furent Willem Schouten et Jacob Le Maire qui abordèrent l'île en chaloupe le 22 mai 1616. Ils pilotaient l'Eendracht, navire de 350 tonneaux, accompagné du Horn qui lui ne faisait que 100 tonneaux, et venaient de Hollande. Déjà, à l'approche de l'île, ils avaient pris contact avec les indigènes et jetèrent l'ancre le 21 mai 1616 dans l'embouchure de la rivière Futuna. Ils baptisèrent les deux îles découvertes îles Horn (Hoorn Eylanden) en souvenir de leur port d'embarquement, mais nous les connaissons mieux aujourd'hui sous les noms de Futuna et Alofi. Ils restèrent environ 8 jours sur ce petit archipel avant de repartir en direction de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, puis des Moluques.

Le royaume d'Alo à l'est de Futuna signa alors un traité de protectorat avec la France avant de devenir un territoire d'outre-mer (TOM) en 1961 après un référendum.

Royauté et Coutume[modifier | modifier le code]

Le Tu'i Agaifo d'Alo dispose de cinq ministres, jouant le rôle de porte-paroles dans les conseils, mais ils ont une autorité limitée directement sur les chefs de village désignés par les familles princières qui peuvent démettre leur roi facilement.

Le roi d'Alo dispose de chefs coutumiers pour chaque village (Alofi, Kolia, Mala'e, Ono, Poï, Tamana, Taoa, Tuatafa et Vele).

Son royaume est sous son commandement ainsi qu'à la sécurité de la Gendarmerie Française.

La coutume ancestrale est l'une des valeurs sacré des Futuniens. Le premier Roi d'Alo se nommait Fakavelikele[1].

Liste des rois d'Alo
  • Fakavelikele
  • Pili
  • Mala'evaoa
  • Nimo o le Tano'a
  • Veliteki (1748-1756)
  • Fonati (1784-1837)


  • Fonati (1837-1839)
  • Niuliki (1839-1841)
  • Filipo Meitala (1844-1862)
  • Alia Segi (1862-18..)
  • Soane Malia Musulamu (1887?-1929?)
  • Soane Moefana (1929-1932)
  • Tuiseka
  • Usanio Pipisega
  • Paloto Aika
  • Savelio Meitala
  • Kamilo Katea
  • Maleselino Maituku
  • Kolio Maituku
  • Papilio Talae
  • Lelipo Pipisega
  • Alesio Feta'u
  • Petelo Savo Meitala
  • Soane Va Pipisega
  • Silisio Katea
  • Petelo Talae
  • Vito Tuiseka
  • Petelo Maituku
  • Setefano Tuikalepa
  • Kamaliele Moefana (1960-1961)
  • Pio Tagatamanogi (1961-1962)
  • Mikaele Fanene (1962-196.)
  • Seteone Pipisega (196.-1970)
  • Mikaele Katea (1973-1974)
  • Patita Savea (1974-1976)
  • Kalepo Nau (1977-1978)
  • Nopeleto Tuikalepa (1979-1984)
  • Petelo Lemo (20 novembre 1984 - 24 février 1990)[2]
  • Lomano Musulamu (24 février 1990 - 1er février 1995)[2]
  • Esipio Takasi (6 avril 1995 - 9 juillet 1997)[2]
  • Sagato Alofi (10 juillet 1997[1] - octobre 2002 [décès][3])
  • Soane Patita Maituku (21 novembre 2002 - 19 février 2008)[2]
  • Petelo Vikena (6 novembre 2008[2] - janvier 2010)
  • Petelo Sea (janvier 2014 - 14 mai 2016)
  • Filipo Katoa (7 Juin 2016 - en cours)

Le Tu'i Agaifo Petelo Sea, en place depuis janvier 2014, a été destitué le 14 mai 2016. Depuis, Alo n'a plus de souverain[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population était de 2 892 habitants à Alo en 2003, de 2 482 en 2008[5] et de 2156 en 2013.

La plupart des habitants sont d'origine polynésienne (97,3 %). On compte aussi quelques habitants d'origine européenne. La très grande majorité est de confession catholique.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est essentiellement rurale axée sur la pêche artisanale et l'agriculture océanienne vivrière pour les besoins locaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Image en noir et blanc représentant une grande église vue depuis l'arrière; un groupe de personnes sort de l'église. Des cocotiers sont visibles sur les côtés.
Gravure représentant l'église d'Alo, tirée de l'ouvrage Le Martyr de Futuna de Claude Nicolet (1907).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adriano Favole, « La royauté oscillante. Ethnographie et histoire de la cérémonie d'investiture du Tu'i Agaifo d'Alo (Futuna) », Journal de la Société des océanistes, vol. 111,‎ , p. 195–218 (DOI 10.3406/jso.2000.2134, lire en ligne)
  2. a, b, c, d et e (en) Robert Craig, Historical Dictionary of Polynesia, Scarecrow Press, , 3e éd., 478 p. (lire en ligne), p. 351
  3. (en) Robert Craig, Historical Dictionary of Polynesia, Scarecrow Press, , 3e éd., 478 p. (lire en ligne), p. 322
  4. « Futuna : destitution du roi d'Alo », sur wallis et futuna 1ère,‎ (consulté le 19 mai 2016)
  5. « Population municipale des villages des îles Wallis et Futuna (recensement 2008) », sur insee.fr (consulté le 26 juin 2012)