Albert Ndongmo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Ndongmo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Évêque
Nkongsamba
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Albert Ndongmo, né le 26 septembre 1926 à Bafou (Cameroun) et mort le 29 mai 1992 à Québec (Canada), où il vivait en exil depuis sa sortie de prison en 1975 (sa condamnation à mort de 1971, prononcée par le tribunal militaire de Yaoundé, ayant été commuée par le président Ahidjo[1]), est un prélat catholique camerounais qui fut évêque de Nkongsamba entre août 1964 et janvier 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre le 21 décembre 1955 puis nommé évêque de Nkongsamba (Cameroun) le 16 juin 1964[2] par Mgr Paul Bouque (en), fonction à laquelle il renoncera le 29 janvier 1973.

En 1957 il est professeur du petit séminaire de Melong et aumônier diocésain de l'action catholique[3]. Il lance, en 1960, le journal l'Essor des jeunes où il enseigne le civisme, proclame ses idées et ses convictions en matière de développement, ainsi que ses propositions sur les politiques de l'heure. Son action s'inscrit dans la recherche du bien-être social, du développement et de la paix pour ses citoyens[3]. Le journal doit cependant faire face à la censure[4].

Militantisme politique[modifier | modifier le code]

Ses prêches, qui attirent généralement une foule considérable, sont pour lui l'occasion de critiquer le fonctionnement du régime. S'il prend garde de ne jamais attaquer frontalement le président Ahidjo, il dénonce en revanche la corruption et la brutalité de ses collaborateurs. Le pouvoir cherche dans un premier temps à exploiter la popularité du prélat pour pacifier la région, des maquis de l'UPC y étant encore implantés. Ainsi, il est désigné comme intermédiaire avec le chef rebelle Ernest Ouandié[4].

Au cours du concile Vatican II, le 16 octobre 1965, il intervient sur le ministère et la vie sacerdotale du prêtre[5]. Il se voit également confier la tache de s'occuper des étudiants catholiques africains en formation en Europe. Il se trouve notamment en contact avec l'organisation clandestine Solidarité, dirigée par le militant communiste et "tiers-mondiste" Henri Curiel. Le groupe Solidarité organise la venue en France de Nicanor Njawué, le représentant de l'UPC à Alger, pour lui permettre de prendre directement contact avec Albert Ndongmo afin de constituer un « front antifasciste » unissant l'UPC aux catholiques opposés à Ahidjo[4].

Arrestation et procès[modifier | modifier le code]

Les services de renseignement français et camerounais comprennent rapidement que Albert Ndongmo n'est plus un simple "intermédiaire" mais bien un militant pro-UPC, et choisissent de l'utiliser pour éliminer Ouandié et ses compagnons. Espionnant les moindres gestes de l’évêque, les services de sécurité du gouvernement camerounais localise le maquis de Ouandié. Peu avant l’opération destinée à neutraliser ce dernier, Ndongmo est opportunément rappelé à Rome ; le Saint-Siège, alerté sur l'engagement de l'évêque au coté des rebelles, voulant éviter le déshonneur qu'impliquerait l'arrestation et la condamnation de l'un de ses représentants pour collaboration avec une guérilla souvent décrite comme communiste. Ndongmo retourne pourtant au Cameroun et est arrêté le 27 aout 1970[4].

Des dizaines « d'opposants », ou supposés tels, non liés à la rébellion, sont également arrêtés dans les jours ou semaines qui suivent le démantèlement du maquis de Ernest Ouandié. À l'exception d'Albert Ndongmo, protégé par son statut d’évêque, tous les prisonniers sont torturés à la gégène, à la « balançoire » ou à la « baignoire ». Albert Ndongmo est toutefois spécifiquement ciblé par une campagne de dénigrement qui lui prête notamment des relations avec de prétendues maitresses[4].

En France, la plupart des grands médias (AFP, Le Monde...) reproduisent sans recul la version présentée par le gouvernement d'Ahmadou Ahidjo.. En revanche, le réseau Solidarité d'Henri Curiel se montre très actif, mobilisant avocats et intellectuels pour tenter d'organiser la défense juridique et médiatique des accusés, et approchant des diplomates français pour les convaincre d'intervenir[4].

Condamné à mort par le tribunal, sa peine est ensuite commuée par Ahmadou Ahidjo en détention à vie dans un « camp de rééducation civique » (Ernest Ouandié est quant à lui exécuté). Il est finalement libéré en 1975 et s'exile au Canada[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean François Channon, « In memoriam : Il y a 20 ans disparaissait Mgr Albert Ndongmo », Le Messager, 30 mai 2012 [1]
  2. Fiche sur Catholic-Hierarchy
  3. a et b Sylvain Djache Nzefa, Les civilisations du Cameroun, Dschang, La route des chefferies, , 223 p. (ISBN 9789956702008), p. 54
  4. a b c d e et f Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsita, Kamerun !, La Découverte,
  5. Jean-Paul Messina, Évêques africains au Concile Vatican II : 1959-1965 : le cas du Cameroun, Éd. Karthala, Paris ; Presses de l'Université catholique d'Afrique centrale, Yaoundé, 2000, p. 97 (ISBN 2-86537-905-1)
  6. Olivier Tietsap, « Mgr Albert Ndongmo », (consulté le 1er juillet 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Azeufack, Mgr Albert Ndongmo : pasteur charismatique : écrits & enseignements, s. n., Yaoundé ?, 2015, 216 p.
  • Paul-Valentin Emog, Le porteur de cornes : Monseigneur Albert Ndongmo, 1925-1992, Les Éditions Terre Africaine, Yaoundé, 2005, 188 p. (ISBN 9789956240104)
  • Jean-Philippe Guiffo, Mgr Albert Ndongmo : prophète et martyr, Éditions de l'ESSOAH, Yaoundé, 2015, 186 p.
  • Joseph Kuate, Théologie de deux pasteurs de l'Église camerounaise : Mgr Jean Zoa et Mgr Albert Ndongmo, Nagro Business, Yaoundé, 2012, 278 p.
  • Jean-Paul Messina et Jaap van Slageren, Histoire du christianisme au Cameroun, des origines à nos jours, Karthala Éditions, , 452 p. (ISBN 9782811139957, lire en ligne)
  • Jean-Claude Tchouankap, Monseigneur Albert Ndongmo : le religieux et le politique (1926-1992), Université de Ngaoundéré, 2014, 736 p. (thèse)
  • Antoine-Marie Tiki, La spiritualité de monseigneur Ndongmo Albert évêque émérite de Nkongsamba, SIL, Cameroun, 1997, 41 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]