Alain Rocca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocca.
Alain Rocca
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Alain Rocca est un producteur français, né à Paris le . Il a fondé la société de production Lazennec, il est trésorier de l'Académie des arts et techniques du cinéma depuis 2001 et président d'Universciné depuis 2007[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur hydraulicien de formation, diplômé en 1978, Alain Rocca travaille d'abord en Côte d’Ivoire pour la société SCET International[2]. De retour en France il travaille comme maître auxiliaire en mathématiques dans l'enseignement secondaire, tout en suivant les cours de l'Ecole Florent. Il entre dans le cinéma via Gaumont International en production, puis par la régie après quelques essais peu réussis (de sa propre opinion) en tant qu'acteur dans des films de Marcel Dassault[3]. Il travaille en tant que stagiaire sur les plateaux de deux films produits par Christian Fechner, Marche à l’ombre (de Michel Blanc, 1984) et Les Spécialistes (de Patrice Leconte, 1985).

Lazennec[modifier | modifier le code]

En mars 1985 il fonde la société de production de courts métrages Lazennec avec Adeline Lécallier. Il en sera le premier gérant de 1985 à 1994[4]. Ses premières productions sont Samedi, dimanche à Cabourg de Laurent Teyssere (1985) puis Fin de Série, qu'il considère comme le «vrai premier» métrage qu'il ait produit[5], celui qui le fait entrer dans «la vérité de la production». Trois ans plus tard, l'entreprise commence à produire des longs métrages.

Le premier film qu’il produit est Un monde sans pitié, premier film d'Éric Rochant, sorti en salle en Novembre 1989, succès public et critique dans le monde entier. Il sera suivi en 1990 de La Discrète de Christian Vincent, qui rencontrera également le succès. Il reçoit en 1991 le Prix Georges de Beauregard de Meilleur Producteur de l’Année.

Centrant l'activité de Lazennec autour de la révélation des nouveaux auteurs du cinéma français, il développe avec Adeline Lécallier une organisation de « mini-studio », dans laquelle plusieurs producteurs travaillent au sein de la même structure : Adeline Lécallier ("Riens du Tout" de Cédric Klapisch", "Les Randonneurs" de Philippe Harel…), Christophe Rossignon ("La Haine" de Mathieu Kassovitz, "L'Odeur de la Papaye Verte" de Tran Anh Hung…), Bertrand Faivre ("Ratcatcher" de Lynne Ramsay, "Les Diables" de Christophe Ruggia…), Laurence Farenc ("Dans Ma Peau" de Marina de Van), Stéphanie Carreras ("Marock" de Laïla Marrakchi), Jérôme Vidal ("Eldorado", de Bouli Lanners), Grégoire Debailly ("L'Apprenti", de Samuel Collardey).

Lazennec a obtenu un Oscar en 1993 pour un court métrage : Omnibus, de Sam Karmann, dont la productrice était Anne Bennet, rentrée depuis à l’Ecole Nationale d’Administration par le troisième concours.

Exception culturelle[modifier | modifier le code]

De 1993 à 1996, il préside l'Association Française des Producteurs de Films (AFPF), puis participe en 1996 à la fondation du Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI), dont il sera en 2000 et 2001 le premier Vice-Président Cinéma. Il fait partie des producteurs de films très engagés dans la préservation du système français d’encadrement réglementaire du cinéma, qui imbrique logique de marché et régulation administrative, élaboré conjointement entre les professionnels, l’administration et le gouvernement. Il a réalisé en 2006 pour le Ministère de la Culture et le CNC le premier rapport global sur les perspectives d’évolution du court métrage en France[6].

Fémis[modifier | modifier le code]

Il est appelé en 1996 à La Fémis par sa présidente Christine Juppé Leblond pour y refonder le département production, dont il restera le Directeur jusqu’en 2009. Il y installe un cursus spécifique autour du métier de producteur de films, entendu avant tout comme un « accoucheur » de talents. 

César[modifier | modifier le code]

Trésorier de l'Académie des arts et techniques du cinéma (Les César) depuis 2001, il constitue avec Alain Terzian, Président, et Gilles Jacob, Vice-Président, le cheville ouvrière de l’équipe qui réorganise le fonctionnement de l’Académie à la suite du décès brutal de son Président Daniel Toscan du Plantier en Février 2002. Il en est aujourd’hui l’administrateur délégué[7].

Court Métrage[modifier | modifier le code]

Au sein de l’Académie des César, il crée en 2009 avec Samuel Faure, directeur des partenariats de l’Académie, la manifestation Les Nuits en or, qui présente chaque année à Paris et en Europe l’ensemble des films de court métrage ayant été distingués par leurs Académies Nationales de Cinéma.

Avec Julie Gayet, Roland Nguyen, et l’Agence du court métrage, il monte en décembre 2015 au Carreau du Temple à Paris la première édition de la fête du court métrage Le cinéma c'est jamais trop court, dont Samuel Prat est le commissaire d’exposition. Cette première édition est portée par l’association Faites des courts Fêtes des films dont il est le secrétaire général.

Vidéo à la Demande[modifier | modifier le code]

Il est l'un des trois fondateurs en 2001 de LMC/Universciné, acteur de référence de la diffusion sur le web et les nouveaux médias du cinéma indépendant, dont l’actionnariat est constitué de quarante cinq producteurs et de distributeurs indépendants, et dont il est Président depuis Septembre 2007[8].

En 2015 il y organise avec Pascale Ferran, Cédric Klapisch et Laurent Cantet le lancement de LaCinetek, première plateforme de VàD exclusivement dédiée au cinéma de patrimoine, dont LMC/Universciné est l’opérateur.

Francophonie[modifier | modifier le code]

En 2012, il fonde avec Nicole Gillet, déléguée générale du Festival international du film francophone de Namur, et Henry Welsh, ancien producteur de la Grande nuit des Jutra au Québec, l’Association des Trophées francophones du cinéma, qui a vocation à organiser chaque année, dans une capitale d’un pays de la Francophonie, une manifestation diffusée dans le monde entier et dédiée au rayonnement de toutes les cinématographies de l’espace francophone[9].

La première édition, présidée par Abderrahmane Sissako et animée par Boucar Diouf, a eu lieu à Dakar du 17 au 29 juin 2013. 

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Couleur marine, de Nicolas Cuche
  • 1986 : Ombre portée, de Marianne Visier
  • 1986 : Fantômes de nos actions passées, de Marianne Visier
  • 1986 : L'eau douce amère, de François Chilowicz
  • 1986 : La villa du cap, de Laurent De Bertillat
  • 1986 : Le moulin de dodé, de Chantal Myttenaere
  • 1987 : Sortie de bain, de Jean-Pierre Ronsin
  • 1987 : La cour des voraces, de Bruno Vistor-Pujeret
  • 1987 : Présence féminine, de Eric Rochant
  • 1987 : Shimpf la fumée, de Henri Gruvman
  • 1988 : La leçon, de Patricia Bardon
  • 1988 : Sur les talus, de Laurence Ferreira-Barbosa
  • 1988 : Fin de série, de Philippe Harel
  • 1989 : Jiri Kolar, d'Ann Marchi
  • 1990 : Il ne faut jurer de rien, de Christian Vincent

Quelques films produits au sein de Lazennec[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabienne Bradfer, « Un César du box-office sera créé en 2010 », Le Soir,
  2. « Alain Rocca - Président d'Universciné », sur Rencontres cinématographiques de Dijon (consulté le 4 avril 2014)
  3. Katia Bayer, « Alain Rocca : “Réalisateur/producteur, c’est une association de malfaiteurs. Faire un film, c’est faire un coup” », sur Format court, (consulté le 4 avril 2014)
  4. Myriam Marin-Celibert, « Alain Rocca », sur Blog de Myriam Marin-Celibert, (consulté le 4 avril 2014)
  5. « Alain Rocca : “Réalisateur/producteur, c’est une association de malfaiteurs. Faire un film, c’est faire un coup” | Format Court », sur www.formatcourt.com (consulté le 3 mai 2017)
  6. « CNC - rapports - rapport d'Alain Rocca sur les perspectives d'évolution du système français de diffusion du court métrage », sur www.cnc.fr (consulté le 3 mai 2017)
  7. Aurélia Vertaldi, « César 2012: «L'académie a foi dans le cinéma français» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  8. « Entretien avec Alain Rocca, producteur chez Lazennec et président de la plateforme de VOD UniversCiné », Télérama,‎ (lire en ligne)
  9. http://www.youtube.com/watch?v=zi600tQkmDE

Liens externes[modifier | modifier le code]