agnès b.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Agnès b)
Aller à : navigation, rechercher
agnès b.
logo de Agnès b.

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Agnès Troublé
Siège social Paris
Site web http://europe.agnesb.com/fr/
Un magasin Agnès b. à Shanghai

agnès b. est une marque de vêtements lancée par la créatrice de mode Agnès Troublé. Le « b. » de la marque provient de Christian Bourgois, l'ex-mari d'Agnès Troublé[1]. Les coupes sont simples et élégantes, des pièces telles que le « snap » cardigan de 1979 ou les vestes à bouton pression sont les meilleures ventes d’agnès b[2].

Les débuts[modifier | modifier le code]

La première boutique agnès b. ouvre 6 rue du Jour à Paris en 1975[3]. En 1979, la marque ne compte qu'une vingtaine de collaborateurs. Le succès est rapide et de nouvelles boutiques ouvrent à Paris (rue du Vieux Colombier, rue Michelet) puis en province et enfin à l'étranger : SoHo (New York) en 1980, Tokyo en 1981, Amsterdam en 1983 ou encore Londres en 1987. Le deuxième mari d'Agnès Troublé, Jean-René Claret de Fleurieu, œuvre à développer la marque au Japon (qui compte la moitié des points de vente de la marque dans le monde). Depuis, agnès b. est à Taïwan la cinquième marque internationale importée, alors que la Chine compte 15 boutiques[4].

La marque promeut un style « Parisienne à béret » et « French touch néo-bougre (veste noire, marinière, petite robe en coton, chemise imprimée »)[4].

Au fil des années, agnès b. diversifie ses activités. Dans les années 1980, ses succès sont vendus également en modèles pour enfants[5]. Plus tard, elle crée notamment une ligne de cosmétiques, en collaboration avec les Créateurs de beauté.

La salamandre est le logo de la marque[4].

Galerie, édition et production[modifier | modifier le code]

En 1984, agnès b. ouvre la Galerie du Jour à Paris, qui expose des artistes issus du groupe Bazooka, Les Tétines Noires, les Frères Ripoulin, des graffeurs, des photographes, etc. Cette librairie-galerie située rue du Jour déménagea rue Quincampoix, dans le 4e arrondissement. Une seconde librairie-galerie agnès b. a ouvert au Japon. Elle prête régulièrement des œuvres d'art issues de sa collection privée dans le cadre d'expositions temporaires de musées tels que le LAM à Lille[6], ou le musée national d’histoire de l’immigration[7], à Paris

La marque possède aussi un périodique d'art contemporain, le Point d'ironie[8], une société de production cinématographique, Love streams productions agnès b. (soutenant notamment Claire Denis et Patrice Chéreau, sous-titrant Mister Lonely de Harmony Korine ou restaurant Playtime de Jacques Tati) et une galerie d'art située rue Quincampoix[4].

Agnès Troublé déclare vouloir montrer l'exemple avec son entreprise de la responsabilité sociale : « À mes yeux, il y a une cohérence entre le fait que les vêtements soient faits ici et ce que je suis, ce que je fais, ce que j’aime faire »[9]. C'est donc tout naturellement qu'elle s'associe en 2013 avec le Slip français, entreprise également adepte du "made in France"[10].

À partir de 1988, la marque vend des écharpes rouges sans marge au profit des malades du SIDA. Par la suite, elle fait réaliser par des amis artistes (Gaspard Noé, JoOne, Aurel, Mike Lash ou encore Yayoi Kusama) des emballages de préservatifs, donnés gratuitement[4].

Elle soutient actuellement plusieurs associations, dont AIDES, Act Up-Paris, Emmaüs, et Handicap International.

Depuis 2009, la compagnie est associé au label Potemkine et conçoit des coffrets DVD et intégrales de plusieurs cinéastes.

En 2012 est créé au Hong Kong Arts Centre (en) l'agnès b. Cinéma. La marque se décline également en boutique de voyage ou encore en fleuriste[4].

En 2014, agnès b. compte 272 boutiques et 2100 dans le monde, faisant 300 millions d'euros de chiffre d'affaires[4].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Quentin Tarantino fait appel à agnès b. pour créer l'intégralité des tenues portées à l'écran par Uma Thurman et quelques autres portés par John Travolta dans le film Pulp Fiction[réf. nécessaire]. La marque a aussi réalisé les costumes du film Reservoir Dogs[4].

Elle collabore aussi avec d'autres réalisateurs tels que David Lynch, qui lui commande les costumes de son film Mulholland Drive[11].

Au début des années 1990, Brian Molko, futur chanteur-compositeur du groupe Placebo, s'essaie au mannequinat et défile pour agnès b., pendant ses études à Londres[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christian Bourgois, mort d'un « passeur » de livres », rue89, .
  2. ykone.com.
  3. Didier Grumbach, Histoires de la mode, Paris, Éditions du Regard, (1re éd. 1993 Éditions du Seuil), 452 p. (ISBN 978-2-84105-223-3), p. 437
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Sybille Grandchamp, « Initiale b. », Vanity Fair n°12, juin 2014, pages 126-137 et 175-176.
  5. Catherine Örmen, Modes XIXe et XXe siècles, Éditions Hazan, , 575 p. (ISBN 2 85025 730 3), p. 504
  6. « La collection d’agnès b. : un regard très pop-rock de l’art contemporain au LaM »
  7. Roxana Azimi, « Agnès B., rebelle dans l’art », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  8. Mariana Reali, « Le point d'ironie d'Agnès b. », Style, sur lemonde.fr, M, (consulté le 7 octobre 2012)
  9. http://www.lesperipheriques.org/article.php3?id_article=297
  10. http://www.leslipfrancais.fr/fr/content/43-nos-collaborations
  11. http://www.allocine.fr/article/dossiers/cinema/dossier-18457947/?page=9

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :