Accident de l'avion de Christophe de Margerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Accident aérien du Falcon 50 à l'aéroport international de Vnoukovo
Le Falcon 50 photographié près de neuf mois avant son accident.
Le Falcon 50 photographié près de neuf mois avant son accident.
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeIncursion sur piste
CausesCollision avec un engin de déneigement
SiteAéroport international de Vnoukovo, Moscou, Russie
Coordonnées 55° 35′ 46″ nord, 37° 16′ 03″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilDassault Falcon 50
CompagnieUnijet[1]
PhaseDécollage
Passagers1
Équipage3
Morts4
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Accident aérien du Falcon 50 à l'aéroport international de Vnoukovo
Géolocalisation sur la carte : Moscou
(Voir situation sur carte : Moscou)
Accident aérien du Falcon 50 à l'aéroport international de Vnoukovo

L'accident de l'avion de Christophe de Margerie survient le vers 23 h 57 (MSK) au moment du décollage du Dassault Falcon 50 immatriculé F-GLSA et exploité par Unijet sur l'aéroport international de Vnoukovo, à Moscou (Russie). L'accident met en cause un engin de déneigement et provoque la mort de Christophe de Margerie, président-directeur général de Total, et des trois membres d'équipage (les deux pilotes et une hôtesse de l'air).

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le vers 23 h 57 (MSK)[2], le Falcon 50 F-GLSA de Christophe de Margerie heurte un engin de déneigement après le début de sa procédure de décollage de l'aéroport international de Vnoukovo à Moscou, en Russie[3].

La collision est intervenue alors que la roulette de nez avait déjà quitté le sol. Le heurt a provoqué une forte inclinaison à droite du jet d’affaires, qui a entraîné la collision avec le sol[4]. Les médias russes indiquent que des débris ont été retrouvés à plus de 200 mètres. Christophe de Margerie et les trois membres de l'équipage (Yann Pican, Maxime Rassiat et Ruslana Vervelle[5],[6]) du jet privé meurent sur le coup, tandis que le conducteur du chasse-neige en réchappe[3].

Plus de cent-cinquante secouristes et trente-neuf véhicules spéciaux ont été déployés sur le site[7].

Victimes[modifier | modifier le code]

Christophe de Margerie, le seul passager de l'avion.

Le président-directeur général de Total Christophe de Margerie a été tué sur le coup, comme les trois membres de l'équipage composé de Yann Pican, Maxime Rassiat et Ruslana Vervelle qui étaient également de nationalité française[3],[8],[9].

Selon la presse russe, Christophe de Margerie revenait d'une réunion avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, dans sa maison de campagne, près de Moscou. L'entrevue aurait été consacrée aux investissements étrangers en Russie[8].

Enquête[modifier | modifier le code]

Le , le Comité d'enquête russe annonce que le conducteur du chasse-neige, Vladimir Martynenko, à l'origine de la collision avait 0,6 gramme d'alcool par litre de sang au moment de l'accident[10].

Les enquêteurs évoquent également « les mauvaises conditions météorologiques ». Selon l'aéroport, la visibilité était de 350 mètres avec une couverture nuageuse, du brouillard et des précipitations au moment du crash. Un peu plus tôt dans la journée, quelque 18 avions avaient été déroutés vers les autres aéroports de Moscou en raison des mauvaises conditions[7].

Selon Viktor Sorotchenko, le vice-président du Bureau d'enquête pour la sécurité de l'aviation civile russe (MAK ou IAC), de telles collisions sont extrêmement rares et ne peuvent survenir qu'en raison d'un manque de coordination entre les différents services de l'aéroport[11].

Les enquêteurs étudient également la piste d’une erreur humaine au niveau du pilotage. Pour cela, ils vont analyser les boîtes noires, retrouvées par les enquêteurs russes, qui enregistrent tous les paramètres du vol et les conversations dans le cockpit[12]. Trois enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux depuis Moscou[13]. L'enquête sera menée par la Commission du Comité intergouvernemental d'aviation (IAC), avec la participation de spécialistes de l'Agence fédérale du transport aérien, a indiqué l'aéroport[14]. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour homicides involontaires[7].

Le , le bureau russe d’enquête sur les accidents (MAK) et le BEA ont pu lire les enregistreurs de vol. Au moment de l'accident, le contrôle aérien était assuré par une stagiaire qui était supervisée par son formateur. Selon les experts, la piste était libre quand l'autorisation de décoller a été confirmée aux pilotes. Quatre secondes plus tard, l’équipage du Falcon indique qu’il voit un engin traverser la piste (François Hochart, enquêteur du BEA précise: « On dit qu'ils ont aperçu l'engin 14 secondes avant le décollage. Non, ils ont aperçu une voiture traversant la piste, ce n'est pas tout à fait pareil. Donc, à partir du moment où la voiture a traversé la piste, la piste est de nouveau dégagée) ». L’équipage ne l’identifie pas comme un risque et poursuit normalement son décollage. Dix secondes après le début de la prise de vitesse, les instruments de contrôle détectent le mouvement de la déneigeuse sur le bas-côté gauche de la piste vers l’intersection des deux pistes de l’aéroport. À ce moment-là, les contrôleurs n'ont pas vu avec les équipements à leur disposition qu'un véhicule entrait sur la piste pour ainsi prévenir les pilotes au plus vite et aucun dialogue n'a été enregistré entre l'équipage et la tour de contrôle après l'autorisation de décoller[4],[15].

Le Falcon a percuté le chasse-neige à 248 km/h alors qu'il avait déjà décollé[16].

Selon l'avocat de Vladimir Martynenko, le conducteur du chasse-neige avait dû sortir de son véhicule pour vérifier s'il avait heurté un obstacle, prenant un retard de « 30 à 40 secondes », suffisant pour « perdre de vue la colonne » de chasse-neiges dont il faisait partie. François Hochart, enquêteur français du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), donne une version différente, et indique que le chasse-neige a traversé la piste sans autorisation de la tour et que pour « une raison totalement inconnue », il est revenu « en marche arrière sur la piste » au moment où l'avion arrivait. L'expert rajoute : les pilotes n'ont vu la déneigeuse que lorsque le décollage était déjà en cours, trois secondes avant l'impact[15].

En 2016, après un an d'enquête, la journaliste Muriel Boselli émet l'hypothèse d'un attentat. Elle argumente que la version officielle d'un accident contient certaines incohérences. Sans identifier de commanditaire, elle note les "grandes difficultés entre l’homme d’affaires français et les États-Unis"[17].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le directeur de l'aéroport de Vnoukovo et son adjoint ont été contraints de démissionner[18]. Cinq personnes ont été placées en garde à vue : Vladimir Martynenko, le conducteur de l'engin de déneigement, le chef des nettoyeurs de pistes, le responsable du contrôle des vols, l'aiguilleur du ciel qui contrôlait le décollage de l'avion et son supérieur hiérarchique qui la supervisait[19].

Le , la stagiaire Svetlana Krivsoune, jeune recrue de 24 ans responsable du décollage de l'avion a été assignée à résidence puis inculpée pour violations des règles de sécurité ayant entraîné la mort par imprudence d’au moins deux personnes. Elle risque jusqu’à cinq ans de prison, selon la loi russe[20].

Le lendemain, Alexandre Krouglov, un second contrôleur aérien est inculpé pour les mêmes charges a annoncé le Comité d'enquête russe[21].

Le , le conducteur du chasse-neige, l'ingénieur en chef qui était lors de l'accident responsable des nettoyeurs de pistes, et le responsable du contrôle des vols ont également été inculpés des mêmes charges de « violation des règles de sécurité ayant entraîné la mort par imprudence d'au moins deux personnes » portant à 5 le nombre total d'inculpés[22].

Le , le procès de l'accident s'ouvre à Moscou[23].

Le , le conducteur du chasse-neige et l'ingénieur en chef sont condamnés respectivement à quatre ans et trois ans et demi de camp dans le cadre d'une procédure accélérée, mais dispensés de peine. Le cas des trois autres accusés a été renvoyé par le tribunal au parquet[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Accident du Falcon 50 immatriculé F-GLSA, aéroport de Vnoukovo (Moscou, Russie) lundi 20 octobre Site du BEA.
  2. (ru) (en) (fr) « D'un accident de la nuit du 20 au 21 octobre 2014 », sur http://corp.vnukovo.ru/,
  3. a b et c « Le PDG de Total est mort cette nuit dans le crash de son avion à Moscou », sur https://www.20minutes.fr/, 20 minutes,
  4. a et b « Falcon 50EX d’Unijet : premiers éléments de l’enquête sur l’accident », sur journal-aviation.com, (consulté le )
  5. « Moscou, 20 octobre, 23 h 56, l'avion du PDG de Total décolle... », sur marches.lefigaro.fr, 18 novembre 2014
  6. « La famille de Margerie hésite à se porter partie civile », sur leparisien.fr, 4 avril 2015
  7. a b et c « Christophe de Margerie, PDG de Total, décède dans un accident d'avion », sur https://www.challenges.fr/,
  8. a et b « VIDEOS. Mort de Christophe de Margerie: la piste de l'erreur humaine (et de l'alcool) », sur lexpress.fr L'Express, (consulté le )
  9. Le Parisien, « Un crash et beaucoup de questions », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Mort de Christophe de Margerie: le conducteur du chasse-neige avait 0,6 g d'alcool dans le sang », sur Huffingtonpost.fr, (consulté le )
  11. « Mort de Margerie: les questions sans réponses de l'enquête », sur BFMTV.com, (consulté le )
  12. « Décès de Christophe de Margerie : quatre questions autour du crash », sur France 24, (consulté le )
  13. Thierry Vigoureux, « Mort du P-DG de Total : quelles sont les hypothèses ? », sur http://www.lepoint.fr/, Le Point,
  14. « Margerie : la «négligence criminelle» de l'aéroport dénoncée », sur Lefigaro.fr, (consulté le )
  15. a et b « Crash de l'avion de Margerie : un second contrôleur aérien russe inculpé », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  16. « Les pilotes de l'avion de Margerie ont bien vu le chasse-neige », sur lepoint.fr, (consulté le )
  17. « Accident ou attentat ? J'ai enquêté sur la vie et la mort de Christophe de Margerie - le Plus », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le )
  18. « Mort de Margerie : démission du directeur de l'aéroport », sur Lefigaro.fr, (consulté le )
  19. « En Russie, l'enquête sur la mort du PDG de Total se poursuit », sur Lemonde.fr, (consulté le )
  20. « Mort du PDG de Total : une contrôleuse aérienne inculpée en Russie », sur Liberation.fr, (consulté le )
  21. « Crash de l'avion de Margerie : un second contrôleur aérien russe inculpé », sur Lefigaro.fr, (consulté le )
  22. « Cinq inculpations après la mort du PDG de Total en Russie », sur lemonde.fr, (consulté le )
  23. https://www.lemonde.fr/international/article/2016/07/28/le-proces-sur-le-crash-qui-a-coute-la-vie-au-pdg-de-total-s-ouvre-a-moscou_4975579_3210.html#xtor=AL-32280515 Le procès sur le crash qui a coûté la vie au PDG de Total s’ouvre à Moscou
  24. « Crash de l’avion de l’ex-patron de Total : deux condamnés dispensés de peine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]