Sacha Sperling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kurys et Sperling.

Sacha Sperling (de son vrai nom Yacha Kurys) est un écrivain français né en 1990. Il est le fils des cinéastes Alexandre Arcady et Diane Kurys, et le demi-frère du réalisateur Alexandre Aja.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève à l'École alsacienne[1], il abandonne ses études supérieures de lettres pour se consacrer à l'écriture. Son premier roman, Mes illusions donnent sur la cour, dont le titre est emprunté à une chanson de Serge Gainsbourg, a été l'un des succès de la rentrée 2009. Il y raconte l'année scolaire d'un collégien parisien issu de la jeunesse dorée : ses amours, ses parents dont il s'éloigne peu à peu, les cours qu'il délaisse, l'alcool, la drogue. Mes illusions donnent sur la cour a été traduit en plusieurs langues[2]. Son second roman, Les Cœurs en skaï mauve, est paru chez Fayard le 17 août 2011. Le titre est emprunté à 37°2 le matin, le roman de Philippe Djian[3] ; c'est un échec littéraire. En septembre 2013, il sort son troisième roman J'ai perdu tout ce que j'aimais toujours chez Fayard. Le titre est cette fois emprunté à une chanson d'Alain Souchon. Dans ce roman en grande partie autobiographique, il revient sur son parcours après le succès de son premier livre. En 2016, il sort son quatrième roman, Histoire de petite fille : « ce nouveau livre, c'est la première fois que je ne parle pas de moi ou de ma vie… J'essaie d'être écrivain avant d'être en analyse »[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Colombe Schneck, « École alsacienne, les liens du rang », GQ, septembre 2015, pages 94-98.
  2. En allemand (Ich dich auch nicht, éd. Piper), en néerlandais (Ik, voor eeuwig, éd. Meulenhoff), en italien (éd. Einaudi), en portugais (Ilusões pesadas, éd. Companhia das Letras, São Paulo, Brésil), en vietnamien (Ao anh tuoi hoc tro, éd. IPM), en coréen (éd. Munhakdongne), en tchèque (Bludy z nudy, éd. Euromedia), en chinois (院中的幻影, éd. Jilin) et en hongrois (éd. Pandora).
  3. Le titre a été emprunté à "37,2° le matin", le roman culte de Philippe Djian : "Les cœurs en skaï mauve" est un belle suite au précédent roman de Sacha Sperling. Kévin Juliat, « "Les cœurs en skaï mauve" de Sacha Sperling (Fayard) », sur http://actulitteraire.hautetfort.com/, (consulté le 27 juin 2012)
  4. Karelle Fitoussi, « Sacha Sperling - Label effronté », Paris Match, semaine du 4 au 11 mai 2016, page 20.
  5. Dupuis Jérôme, « Sacha Sperling, bonjour mélancolie », sur L'Express, (consulté le 21 juin 2014)
  6. David Caviglioli, « Un navet signé Sacha Sperling », sur Nouvel Obs - Bibliobs, (consulté le 21 juin 2014)
  7. Jérôme Béglé, « Rentrée littéraire 2013 - Sacha Sperling, le retour de l'enfant prodigue », sur Le Point, (consulté le 21 juin 2014)
  8. « J’ai perdu tout ce que j’aimais », sur Elle, (consulté le 21 juin 2014)