Émilie Frèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Frêche.
Émilie Frèche
Description de cette image, également commentée ci-après
Émilie Frèche (au centre) lors de la remise du prix Orange du Livre 2013
Naissance (41 ans)
Neuilly-sur-Seine, France
Activité principale
Distinctions
Conjoint
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Émilie Frèche, née le à Neuilly-sur-Seine, est une femme de lettres et scénariste française engagée dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Patrick Frèche, sépharade, originaire d'Algérie, est créateur de la marque de vêtement LOFT (Là Où Freche Travaille)[1],[2],[3].

Émilie Frèche développe longuement dans ses livres les difficultés des couples mixtes sépharade-ashkénaze. Son oncle est le créateur de mode Daniel Hechter. Elle est la compagne de l'homme politique Jérôme Guedj[4]. Elle a trois garçons d'une précédente liaison[5],[6] dont les prénoms sont choisis en l'honneur de ses héros de littérature favoris. Émilie Frèche a fondé deux sociétés C Swann et C Roméo.

Émilie Frèche fait des études de droit, obtient un DEA de philosophie du droit, puis passe un an à New York où elle travaille au service culturel de l'ambassade de France. C'est là-bas qu'elle écrit son premier roman, Les vies denses, qui sera publié par Ramsay et qui obtient le prix coup de cœur de la Forêt des livres.

Toujours inspirés de sa vie personnelle, les romans d'Émilie Frèche abordent la question de l'identité, de la judéité, la difficulté des rapports familiaux et amoureux, ainsi que la violence verbale[7].

Ses interventions médiatiques sur le conflit israélo-palestinien ou l'affaire Ilan Halimi, thèmes présents dans son œuvre littéraire, font d'elle une écrivaine engagée dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

En 2006, elle signe deux documents sur l'affaire Ilan Halimi, La Mort d’un pote et 24 Jours, la vérité sur la mort d'Ilan Halimi. Celui-ci fera l'objet d'un film avec Pascal Elbé et Zabou Breitman réalisé par Alexandre Arcady dont elle signe le scénario avec lui. À cette occasion, elle dénonce la montée d'un nouvel antisémitisme en France issu des banlieues, montée qui était à cette époque largement contestée[8].

En 2010, elle lance les Éditions du Moteur avec Laure Gomez Montoya[9].

En 2014, elle signe une tribune dans Le Monde dénonçant la conduite de Nicolas Anelka manifestant sa sympathie à l'égard de l'humoriste Dieudonné[10]. Elle est invitée à l’émission Ce soir ou jamais sur le thème : « Faut-il interdire Dieudonné ? »[11].

Émilie Frèche poursuit aussi une carrière de scénariste. En 2014, elle co-signe le film engagé d’Yvan Attal Ils sont partout sorti le 1er juin 2016, une comédie qui dénonce les clichés liés à l'antisémitisme en France[12]. En 2015, elle co-écrit avec Marie-Castille Mention-Schaar (réalisatrice des Héritiers) un drame sur des jeunes filles candidates au djihad.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • 2014 : 24 jours d'Alexandre Arcady[21], tout le scénario est conçu par Émilie Frèche d'après son livre homonyme[22]. Le film est un « acte républicain», il est visionné en avant-première au palais de l'Élysée par le président de la République, François Hollande, qui se déclare très touché[23]. Le film sort le 30 avril 2014 dans 124 salles, mais le public et la presse n'ont pas été convaincus et il est retiré des salles après trois semaines et 126 000 spectateurs[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].
  2. PÈRE TOXIQUE, journaldemontreal.com, 27 avril 2013.
  3. [2].
  4. Jérôme Guedj, larmes à gauche, liberation.fr, 13 avril 2015.
  5. Une journée avec Émilie Frèche.
  6. [3].
  7. Emmanuelle Caminade, Deux étrangers, Émilie Frèche, lacauselitteraire.fr, 18 février 2013
  8. Tout le monde en parle, 24 mai 2006.
  9. « Prix du Roman social, p. 2 », sur http://www.prixduromansocial.com (consulté le 13 novembre 2012).
  10. Non, monsieur Anelka, la quenelle n'est pas « antisystème », au contraire, Émilie Frèche, lemonde.fr, 7 janvier 2014.
  11. Laurent David Samama, Émilie Frèche : « J’ai eu le sentiment que Frédéric Taddeï disait aux racistes qu’ils auraient toujours droit de cité dans cette émission », laregledujeu.org, 14 janvier 2014
  12. « Cinéma : "Ils sont partout", une comédie pour dénoncer l'antisémitisme en France », sur France TV,
  13. « Le Sourire de l’ange - Émilie Frèche - Livre - », sur Psychologies.com (consulté le 13 novembre 2012).
  14. « Émilie Frèche "La mort d’un pote", vidéo Ardisson Tout le monde en parle », sur Ina.fr (consulté le 13 novembre 2012).
  15. Le livre, sur le site de l'éditeur.
  16. « Émilie Frèche et « Chouquette » », sur leparisien.fr, (consulté le 13 novembre 2012).
  17. « Les Collectionneurs, Émilie Frèche », sur Actualitté, (consulté le 13 novembre 2012).
  18. Marine de Tilly, « "Les collectionneurs" », sur Le Point.fr, (consulté le 13 novembre 2012).
  19. Émilie Frèche mérite-t-elle mieux que Besson ?
  20. Article sur Evene.fr, du 11 juin 2013. Consulté le 12 juin 2013.
  21. Maxime Pargaud, « Ilan Halimi: deux films pour retracer la terrible affaire », sur Le Figaro, (consulté le 29 octobre 2013).
  22. Patricia Jolly, « "24 jours, la vérité sur la mort d'Ilan Halimi", de Ruth Halimi et Émilie Frèche », sur Le Monde, (consulté le 29 octobre 2013).
  23. "Hollande touché par 24 jours, la vérité sur l'affaire Illan Halimi", Sophie Legras, Le Figaro.
  24. [4].

Liens externes[modifier | modifier le code]