1334 en santé et médecine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1331 1332 1333  1334  1335 1336 1337
Décennies :
1300 1310 1320  1330  1340 1350 1360
Siècles :
XIIIe siècle  XIVe siècle  XVe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Santé et médecine
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la santé et de la médecine

Événements[modifier | modifier le code]

  • Février : fondation de l'hôpital de Saint-Geniez, en Rouergue, par Robert Verlaguet[1], « pour y recevoir les pélerins et pauvres passants, les y loger, nourrir, faire coucher pendant trois jours et trois nuits [et où] quand la ferveur des pélerinages eut cessé, les pauvres de la ville trouvèrent un asile[2] ».
  • Fondation par Jean Roussel, bourgeois de Paris, de maisons de l'aumône, dites « petites-maisons du Temple », « pour loger et entretenir quarante-huit pauvres[3] ».
  • Fondation par Jean de la Court de la première maternité de Metz, hospice réservé aux « femmes des artisans nécessiteux », connu par la suite sous le nom d'hôpital de la Chapelotte et fermé sous la Révolution[4].
  • Jean II de Rossillon et Hugues de Joinville, seigneur de Gex, « font construire à Lajoux [au pied du Jura] un petit hôpital dédié à saint Jacques et saint Christophe et offrant une capacité d'accueil de quatre lits aux passants[5] ».
  • À l'occasion de l'embauche d'un médecin par les échevins de Lyon, première mention de la pratique de soins médicaux à l'hôpital du Pont-du-Rhône[6].
  • L'infant Pierre d'Aragon (es) prend des dispositions contre les charlatans[7],[8].
  • La peste bubonique, qui sévissait de façon endémique en Asie centrale, se déclare en Chine, dans le Hubei, avant de se répandre dans les provinces voisines, d'atteindre Caffa en 1346, Constantinople, Messine, Gênes et Marseille en 1347, Pise et Venise, Alexandrie et Le Caire en 1348 puis, par le Maghreb et l'Espagne, d'envahir l'Europe[9].

Décès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Louis Étienne Bousquet, L'Ancien Hôpital d'Aubrac (Aveyron), Rodez, Saint-Geniez et Aubrac, chez Dissez, Lacroix et l'auteur, , 120 p. (lire en ligne), p. 46.
  2. Jean Louis Étienne Bousquet, Études historiques sur la ville de Saint-Geniez-d'Olt (Aveyron), Rodez, impr. de N. Ratery, , 296 p. (lire en ligne), p. 133.
  3. Philippe Le Bas, Dictionnaire encyclopédique de l'histoire de France, vol. 9, Paris, Firmin Didot frères, coll. « L'Univers pittoresque : Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, coutumes, etc. » (no 21), , 880 p. (lire en ligne), p. 490.
  4. Christian Jouffroy, « La Maternité de Metz », Mémoires de l'Académie nationale de Metz, 7e série, vol. 18,‎ , p. 291 (lire en ligne).
  5. Nicolas Brocard, Soins, secours et exclusion : Établissements hospitaliers et assistance dans le diocèse de Besançon XIVe XVe siècles, Presses universitaires franc-comtoises, coll. « Annales littéraires de l'université de Franche-Comté / Cahiers d'études comtoises » (no 670 / 61), (lire en ligne), p. 25.
  6. Luc Hernandez, « Patrimoine : Les 1001 Vies de l'Hôtel-Dieu (Lyon) », Tribune de Lyon,‎ (lire en ligne).
  7. Marilyn Nicoud, « Formes et enjeux d'une médicalisation médiévale : Réflexions sur les cités italiennes (XIIIe-XVe siècles) », Genèses, no 82,‎ , p. 176 et suiv. (§ 9, n. 10) (lire en ligne).
  8. (es) Antonio de la Torre y del Cerro, Documentos para la historia de la Universidad de Barcelona, vol. 1 : Preliminares (1291-1451), Barcelone, Facultad de Filosofía y Letras, .
  9. Adrien Phillippe, Histoire de la Peste noire (1346-1350) d'après des documents anciens, Paris, à la direction de publicité médicale [Courrier médical], , 295 p. (lire en ligne).
  10. a et b Ernest Wickersheimer et Guy Beaujouan (dir.), Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, vol. 1, Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 34/1), (1re éd. 1936) (ISBN 978-2-600-04664-0, lire en ligne), « Bernard », p. 71, « Jean Fayni de Dia », p. 398.