Économie de l'Albanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albanie
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de l'Albanie
La façade de la banque centrale d'Albanie.

Monnaie Lek albanais
Année fiscale Année calendaire
Organisations internationales OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 23,95 milliards de $ (2010)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 3,5 % (2010)
PIB par habitant en PPA 8 000 $ (2010)
PIB par secteur agriculture : 47,8 % (2010)
industrie : 23 % (2010)
services : 29,2 % (2010)
Inflation (IPC) 3,4 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 18 % (2011)[1]
Indice de développement humain (IDH) o,74 (2010)[2]
Population active 1,09 millions (2006)
Population active par secteur agriculture : 58 % (2006)
industrie : 15 % (2006)
services : 27 % (2006)
Taux de chômage 13,4 % (2011)[3]
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 1,416 milliards $ (2008)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 4,844 milliards $ (2008)
Biens importés textiles, chaussures, asphalte, métaux et minéraux, huile crue, légumes, fruits et tabac
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 59,7 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques 1,96 milliards (2005)
Dépenses publiques 2,377 milliards (2005)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/al.html

L'économie de l'Albanie est sortie malade de la période communiste. L'isolement a eu des conséquences importantes sur l'économie.

Malgré des ressources naturelles importantes, l'Albanie est actuellement un pays en voie de développement. Son histoire a été profondément marquée par les quarante-cinq années du régime autoritaire et autarcique mise en place par Enver Hoxha qui s'est maintenu jusqu'en 1991.

Énergie[modifier | modifier le code]

La production énergétique de l'Albanie est la production la plus propre d'Europe. En effet, 98 % de cette production vient des hydrocentrales situées sur le fleuve Drin au nord du pays. Malgré une consommation moyenne par habitant très basse (l'une des plus faibles en Europe), l'Albanie a des problèmes d'approvisionnement car les 3 hydrocentrales situées sur le Drin ne sont plus aptes à couvrir les besoins électriques de l'Albanie qui n'a pour l'instant d'alternative que l'importation ou la restriction.

Le gouvernement albanais prévoit cependant la construction de deux nouvelles centrales hydroélectriques d'une puissance de 200 MW chacune à Bushat et à Kalivaç qui devraient suffire à couvrir les besoins et qui devraient même permettre de revendre de l'énergie en surplus par câbles sous-marins à l'Italie et à la Grèce.

La consommation d'hydrocarbures est aussi plus élevée que la production ce qui oblige l'importation d'Italie ou de Grèce. Les deux grandes entreprises nationales qui produisent les énergies fossiles (diesel, essence, gaz et autres dérivés) sont Albpetrol Sh.a qui extrait les minerais, et ARMO Sh.a qui les raffine et qui les vend. La production était beaucoup plus élevée pendant l'époque communiste car les entreprises pétrolières occidentales étaient venues s'implanter en Albanie dans les années 1980 lors de la découverte du dernier grand gisement de pétrole dans le pays.

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'Albanie est un pays en développement qui fait partie des pays les plus pauvres d'Europe (environ 20 % d'habitants en dessous du seuil de pauvreté), avec la moitié de sa population active travaillant dans le secteur de l'agriculture, et un cinquième des actifs travaillant à l'étranger. Officiellement,le chômage s'élève à 15 % ; il est plus important pour les hommes que les femmes. La croissance globale est de 7,3 % mais varie selon les secteurs. Elle atteint presque 20 % pour la construction mais seulement 10 % pour les services publics et privés.

La fuite des élites albanaises est un processus social et économique qui pénalise la recherche. Cependant pour enrayer cet exode et encourager les émigrés au retour, l'Albanie doit définir une politique scientifique et éducative claire, étroitement liée à une politique industrielle à long terme avec l'aide des programmes européens développés à cet effet (ACE, PHARE, TEMPUS ou EAST).

La monnaie nationale est le lek, dont la parité fluctue entre 100 et 130 leke pour un euro selon les taux de changes.

L'inflation est estimée à 9 % pour l'année 2005.

La croissance industrielle est estimée à 15 % pour 2005.

La dette extérieure de l'Albanie s'élevait à 784 millions de dollars US en 2000. Elle a depuis été réduite de moitié par le FMI.

Aide étrangère et exportations[modifier | modifier le code]

Le pays reçoit des aides financières de l'étranger, notamment de la Grèce et de l'Italie qui sont ses principaux partenaires économiques mais en reçoit davantage de la Commission européenne. Néanmoins ces fonds sont très souvent détournés par les élites qui sont très organisées et demeurent, et cela malgré le changement de gouvernement, corrompues ; en effet, le passage du parti démocratique au pouvoir du fait des élections du 3 juillet 2005, a fait sensiblement reculer la corruption qui était devenue un fait banal quand le parti socialiste était au pouvoir. Ce détournement paralyse le développement du pays. Les investisseurs sont peu nombreux, cependant, ils viennent progressivement. Julien Roche est l'investisseur français qui a le mieux réussi dans ce pays en créant une compagnie aérienne, ADA Air, avec une participation dans une chaine de TV satellite SAT + et de nombreuses autres entreprises. Malgré cela, l'Albanie demeure un pays peu connu des investisseurs français. On peut noter que des enseignes françaises ont signé des franchises avec des investisseurs albanais: Okaidi, Celio, Jenyfer, Prénatal, Etam. La première chaine d'hypermarchés a été créée en 2005 seulement (par un Français, Michel Brule) que de gros projets sont en cours (Suez, Colas) et que la Société générale et le Crédit agricole ont racheté 2 banques albanaises. La Sagem a début 2009 obtenu le contrat pour l'émission de cartes d'identité biométriques pour tous les citoyens albanais

Les exportations sont faibles (environ 1,8 milliard de dollars US en 2005, surtout des produits agricoles), et les travailleurs émigrés sont les principaux pourvoyeurs de devises. Les importations sont principalement les équipements mécaniques, les produits manufacturés, les denrées alimentaires, les textiles et les produits chimiques (environ 2,1 milliard de dollars US en 2005).

La crise de 1997[modifier | modifier le code]

En 1997, l'Albanie a été ébranlée par un scandale d'envergure : de nombreuses personnes avaient monté des sociétés pyramidales pour mieux profiter de la libéralisation. Ces escroqueries se sont toutes effondrées presque simultanément en 1997, ruinant de nombreux Albanais. Plusieurs responsables ont été mis en cause pour avoir couvert ou, du moins, pour ne pas avoir surveillé ces agissements. Il semble que la leçon ait porté car le gouvernement est depuis beaucoup plus strict.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :