Économie des îles Féroé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Danemark, région Îles Féroé
Indicateurs économiques
Monnaie Couronne féringienne (ainsi que la Couronne danoise, (DKK))
Année fiscale
Organisations internationales
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) $1 milliard (2001 est.)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA 194th
Croissance du PIB 10 % (estimation 2001 )
PIB par habitant en PPA
PIB par secteur agriculture : 27 %
industrie : 11 %
services : 62 %
Inflation (IPC) 5,1 % (1999)
Pop. sous le seuil de pauvreté N.C;
Indice de développement humain (IDH)
Population active 24,250 (octobre 2000)
Population active par secteur agriculture : 33 %
industrie : 33 %
services : 34 %
Taux de chômage
Principales industries pêche, conserverie, réparation et accastillage de petits bateaux
Commerce extérieur
Exportations
Biens exportés poissons et produits à base de poisson 94 %, timbres, bateaux (1999)
Principaux clients Danemark 38 %, R.U 29,4 %, Nigeria 8,9 %, Norvège 6,6 %, Pays Bas 4,3 % (2005)
Importations $639 millions c.i.f. (2004 est.)
Biens importés Biens de consommation 36 %, Produits bruts et intermédiaires 32 %, machines-outils et véhicules 29 %, carburants, poissons, sel (1999)
Principaux fournisseurs Danemark 46,2 %, Norvège 18,1 %, Allemagne 8,2 %, Espagne 7,6 %, Islande 4,8 % (2005)
Finances publiques
Dette publique $64 million (1999)
Dette extérieure
Recettes publiques $488 millions
Dépenses publiques $484 millions ; Y compris investissement : 21 millions de dollars (1999)
Déficit public
Aide au développement Subvention: $135 millions (subvention annuelle danoise) (1998)

Après les problèmes économiques du début des années 1990, dus à une chute de la pêche et une mauvaise gestion économique, les îles Féroé sont revenues dans la course avec un taux de chômage ayant décru jusqu'à 5 % mi-98. En 2006, le chômage à décru jusqu'à 3 %, un des plus bas d'Europe. Néanmoins, la totale dépendance de l'économie à la pêche implique une grande vulnérabilité de la région vis-à-vis des problèmes liées à cette activité. La ressource halieutique (aquaculture incluse) constitue 90 % des exportations[1]. Les îles Féroé essaient d'intégrer dans leur économie des IAA liées à la pêche.

L'extraction de pétrole au large des Féroé offre de grandes perspectives de prospérité aux Féroïens. Depuis l'été 2012, la compagnie norvégienne Statoil a obtenu des concessions pour prospecter à l'est de l'archipel avec des sous-sols prometteurs[1]. Mais en 2001, les recherches menées par BP n'avaient alors découverts que des gisements non exploitables économiquement[1].

L'aide danoise, environ 10 % du PIB, est également un facteur important de l'économie.

Depuis 2000, des projets de développement du secteur de l'information et de la communication ont été mis en place. Les résultats sont encore incertains, mais des espoirs ont été placés dans cette voie de diversification.

Le faible taux de chômage est en fait plus dû à l'exode massif des jeunes, en particulier à destination du Danemark, qu'à la bonne santé de l'économie. Cet exode est potentiellement fortement pénalisant pour le développement d'industries et de services à haute valeur ajoutée, tels les TIC.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Changement de cap aux Féroés », Carto, no 16,‎ mars-avril 2013, p. 40