Yagyū Jūbei Mitsuyoshi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jūbei Mitsuyoshi Yagyū

Nom de naissance Shichirō
Naissance 1607
Nara
Décès
Ōkawahara-mura
Nationalité Japonaise
Pays de résidence Japon
Profession Samouraï
Distinctions
Sōgo
Ascendants
Muneyoshi (grand-père), Munemori (père)
Descendants
?
Famille
2 sœurs & deux frères (Yagyu Samon Tomonori & Yagyu Matajûrô Munefuyu)

Yagyū Jūbei Mitsuyoshi (柳生 十兵衞 三厳, 1607 ? - 21 avril 1650?), ou Sōgo de son kaimyō (en) (nom posthume bouddhiste)[réf. nécessaire], est l'un des plus célèbres samouraïs du Japon féodal. Il a fait l'objet de nombreuses histoires.

Biographie[modifier | modifier le code]

On connaît très peu de choses concrètes sur la vie de Yagyū Mitsuyoshi, entre autres parce qu'il est très peu mentionné dans les rapports officiels de l'époque. Yagyū Jūbei Mitsuyoshi, de son nom complet, son prénom d'enfant (Yômei) fût Shichirō. Il grandit sur les terres de ses ancêtres à Yagyū no Sato situées dans la préfecture de Nara (ces terres seraient à l'endroit même où se trouve Nara, la capitale de la préfecture). C'était le fils de Yagyū Tajima no Kami Munemori, maître d'armes pour le compte du shogunat Tokugawa et conseiller estimé des shoguns Tokugawa Ieyasu et Iemitsu. Munemori faisait partie de ceux qui se sont battus pour l'expansion territoriale du shogunat aux côtés du premier shogun, Ieyasu, à la bataille de Sekigahara. En récompense de ses efforts, Munemori fut nommé maître épéiste du Shogun et acquit le titre de daimyo mineur, un titre qu'il parvint à conserver durant les règnes de presque trois shoguns : Ieyasu, Hidetada et enfin Iemitsu.

En 1616, Mitsuyoshi participe à la cour du second shogun issu du clan Tokugawa, Tokugawa Hidetada. Pour le troisième shogun, Iemitsu, il jouera le rôle de maître d'armes, mais aussi occasionnellement celui de père adoptif. Toutefois aucune trace écrite de la présence de son fils Yagyū Jūbei n'apparaît avant 1631 lorsque ce dernier, enfin reconnu comme le meilleur épéiste du clan Yagyū, est sommairement et sans explication mis au ban du shogunat, peut-être à cause de son audace et de son attitude rebelle, ou bien de sa décision de suivre le musha shugyō (武者修行?) (une sorte de pèlerinage pour les guerriers). Pendant les douze années qui suivront, aucune information le concernant ne sera retenue, pas même dans les chroniques secrètes du clan Yagyū, pourtant riche en détails sur les activités de nombreux autres membres du clan, même pendant cette période. Âgé de 36 ans, toutefois, Yagyū Jūbei réapparaît lors d'une démonstration d'escrime sous les yeux du shogun. Après sa démonstration, Jūbei reprit ses fonctions et servit un temps d'inspecteur gouvernemental (gosho inban (御所印判?)). Les terres de son père Munemori lui furent transmises et il les géra jusqu'à la mort de ce dernier en 1646. Jūbei publia aussi un traité, Tsukimi no Sho (月見の諸?) (littéralement Le Livre de la Contemplation du Clair de Lune), dans lequel il définit son style d'escrime et les enseignements qu'il a tirés de sa relation avec le moine Takuan Sōhō, un ami de son père. Il indique d'ailleurs à quelques reprises dans cette œuvre où il a voyagé hors du château d'Edo de 1631 à 1643 afin de perfectionner son art.

À cause de la disparition quasi-totale de Yagyū Jūbei et de l'absence de toute indication sur ce qu'il faisait et où, sa vie est ouverte à toutes les spéculations et a fait l'objet de nombreuses histoires populaires. Après avoir vécu à Edo plusieurs années après la mort de son père, Jūbei a quitté son poste au gouvernement pour rentrer dans son village natal où il serait mort début 1650 dans des circonstances inconnues. Certains disent qu'il serait mort d'une crise cardiaque, d'autres pendant une partie de chasse au faucon ou une partie de pêche, tandis que d'autres encore affirment qu'il a été assassiné par des serviteurs de son demi-frère, Yagyū Tomonori.

Jūbei fut enterré dans un petit village du nom d'Ōkawahara, non loin de son lieu de naissance. C'est également en ce lieu que reposait son demi-frère, Yagyū Tomonori. Suivant la tradition, Yagyū Jūbei fut enterré avec son grand-père Yagyū Muneyoshi, laissant derrière lui deux filles et un successeur, son frère Munefuyu. Jūbei reçut le titre post-mortem de Sohgo.

La légende du cache-œil[modifier | modifier le code]

La légende veut que Yagyū Jūbei n'avait qu'un œil. La plupart des récits affirment qu'il aurait perdu son œil lors d'un entraînement où son père (Yagyū Munemori) l'aurait frappé par accident. Toutefois, les portraits de Jūbei tel qu'il était à l'époque semblent indiquer qu'il avait bien l'usage de ses deux yeux. La vérité à ce sujet est méconnue et de nombreux auteurs d'œuvres récentes ont préféré dépeindre Jūbei avec ses deux yeux valides en dépit de la représentation traditionnelle qui est faite de lui borgne. D'autres récits ont opté pour faire perdre à Jūbei un de ses yeux une fois adulte pour faire référence à cette légende du cache-œil.

Dans la culture populaire, le cache-œil de Jūbei est simplement la garde d'une épée tenue par un simple morceau de cuir. Une version plus romancée de cet objet est toutefois repérable dans un passage du manga Samurai Legend où l'épéiste a le manche d'une épée planté dans l'œil droit (comme le veut une version populaire de cette légende) pendant qu'un personnage de stature analogue le suit. Lors de ce passage, un groupe de samouraïs reconnaît le borgne comme étant Yagyū (Jūbei) Mitsuyoshi même si son identité n'est pas donnée comme telle. Ce borgne est alors désarmé en cinq pages jusqu'à ce que le second personnage, qui n'est pas borgne, se présente comme étant Jūbei. L'histoire semble ainsi présumer que Yagyū Jūbei est surtout reconnaissable grâce à ce cache-œil, et le vrai Jūbei de tirer profit de ce préjugé en portant un faux cache-œil (alors qu'il a l'usage de ses deux yeux). L'histoire et l'auteur ne donneront ensuite aucune explication sur les raisons du cache-œil ou la réputation du personnage. Vers la moitié du manga, le vrai Jūbei perdra son œil droit dans un combat et portera un cache-œil pour les derniers chapitres. Une autre exception notable se trouve dans le manga Jubei-chan, le Secret du Lovely Bandeau où le cache-œil du personnage est un cœur rose au lieu de la classique et simple garde d'épée noire.

Sous l'influence des médias Jubei a perdu son œil d'un nombre considérable de manières. Dans Samurai Resurrection, il perd son œil pendant un entraînement avec son père, Tajima. Dans Le Samouraï et le Shogun, il le perd quand Ogasawara Gensinsai transperce une porte avec son katana, blessant Jūbei en cours de route. Toutefois, dans The Yagyū Conspiracy, le film qui se base dessus, Jūbei reçoit un carreau tiré par le noble Ayamaro Karasumasu dans l'œil pendant que le coup d'épée de Ogasawara Gensinsai tranche finalement le bras de Jūbei.

Ainsi, dans nombre d'œuvre de fiction, Jûbei perd son œil lors d'un combat contre un rival ou un ennemi-juré. Dans le manga Yagyû Hijôken Samon, c'est son jeune frère, Yagyû Samon, qui le blesse à l'œil, et dans le manga Shura no Toki, c'est un des trois Mutsu, les personnages principaux de l'œuvre, qui l'éborgne lors de leur duel épique.

Jūbei le ninja[modifier | modifier le code]

Bien que samouraï dans ses fonctions, Yagyū Jūbei est régulièrement dépeint dans la culture populaire comme un ninja. Pendant les douze années qui manquent aux registres officiels, il aurait pu mener à bien diverses missions pour le shogun. De plus, sa famille provenait de la vieille province d'Iga (de nos jours à l'ouest de la préfecture de Mie), une province très connue pour ses ninjas. Le père de Jūbei était d'ailleurs connu pour avoir de nombreux contacts dans les services de renseignements. À noter néanmoins que Ninja Scroll, Ninja Resurrection et Jubei-chan, le Secret du Lovely Bandeau ne le présentent pas comme un ninja. Le “ninja” dans Ninja Scroll décrit un personnage totalement différent tandis que les deux autres séries ont été renommées pour les sorties américaines et européennes (leur titre d'origine ne contenaient pas ce mot du tout). C'est plutôt dans Les Manuscrits Ninja (Y十M 柳生忍法帖, Yagyū Ninpōchō?) qu'on peut voir Jūbei utiliser du ninjutsu (remarque : Y十M signifie Yagyū bei Mitsuyoshi − en japonais, dix se dit “jū” et s'écrit 十 − ).

Inspirations[modifier | modifier le code]

Il a inspiré de nombreux romans, mangas et animés, jeux vidéo et films.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Fūtarō Yamada, Les Manuscrits Ninja (Yagyū ninpō chō) (柳生忍法帖?, littéralement « Les Manuscrits Ninja de Yagyū », 1964),
  • Fūtarō Yamada, Makai tenshō (魔界転生?, lit. « Réincarnation de l'enfer », 1967),
  • Fūtarō Yamada, Yagyū Jūbei shisu (柳生十兵衛死す?, lit. « Yagyū Jūbei meurt », 1992).

Mangas et animés[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Cinéma et télé[modifier | modifier le code]