Vol 901 Air New Zealand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol TE901 d'Air New Zealand
Restes de la carlingue du vol 901 d'Air New Zealand sur les flancs du mont Erebus en Antarctique.
Restes de la carlingue du vol 901 d'Air New Zealand sur les flancs du mont Erebus en Antarctique.
Caractéristiques de l'accident
Date 28 novembre 1979
Phase Phase de descente d'un vol de croisière
Type Erreur de navigation et illusion d'optique (blanc dehors)
Site Mont Erebus (île de Ross, Antarctique)
Passagers 237
Membres d'équipage 20
Morts 257
Blessés 0
Survivants 0
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil DC-10
Compagnie Air New Zealand
Nº d'identification ZK-NZP
Localisation
Coordonnées 77° 25′ 30″ S 163° 27′ 30″ E / -77.425, 163.4583 ()77° 25′ 30″ Sud 163° 27′ 30″ Est / -77.425, 163.4583 ()  

Géolocalisation sur la carte : Antarctique

(Voir situation sur carte : Antarctique)
Vol TE901 d'Air New Zealand

Le vol TE901 était un vol touristique irrégulier opéré par la compagnie aérienne Air New Zealand dans le cadre d'un aller-retour sans escale en direction de l'Antarctique, au départ d'Auckland située sur l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Le 28 novembre 1979, quelques heures après son décollage, il s'écrase sur le mont Erebus en ne faisant aucun rescapé parmi les 237 passagers et les 20 membres d'équipage. La catastrophe a pour origine l'utilisation d'un plan de vol erroné combinée à une situation de blanc dehors.

Vol et disparition[modifier | modifier le code]

Vue du mont Erebus et de son panache volcanique par beau temps.

L'avion, un DC-10, était parti d'Auckland en direction de l'Antarctique afin d'effectuer - en fonction des conditions météorologiques rencontrées sur place - un vol touristique, soit au-dessus du pôle Sud magnétique et du glacier Ninnis, soit de l'île de Ross, pour finalement revenir se poser en Nouvelle-Zélande au bout d'une douzaine d'heures. À bord, un buffet était mis à la disposition des passagers qui pouvaient se déplacer librement afin de rechercher les meilleurs points de vue, rendre visite au personnel de navigation dans la cabine de pilotage et bénéficier de commentaires de spécialistes de l'Antarctique.

Le vol se déroula sans encombres au-dessus de l'océan Pacifique Sud puis de l'océan Austral : à une altitude de croisière de 35 000 pieds (environ 10 700 mètres), les passagers purent observer les premiers icebergs à l'approche de l'Antarctique. Ayant établi le contact avec la station de navigation aérienne de McMurdo, la seule dans ce secteur, qui l'informa des conditions météorologiques - quelques nuages dont la base se situait à une altitude de 2 000 pieds (environ 610 mètres) et une visibilité de quarante milles - le commandant de bord décida de mettre le cap vers l'île de Ross pour y observer le mont Erebus. Arrivés au-dessus de la mer de Ross, l'avion reçut l'autorisation de descendre à une altitude de 18 000 pieds (environ 5 500 mètres). Poursuivant sa descente, le commandant du DC-10 demanda un guidage radar à la station McMurdo afin de traverser la couche nuageuse mais l'avion n'apparaissait toujours pas sur les écrans de la station de navigation. Le dernier contact avec l'appareil fut établi lorsque celui-ci se trouvait à une altitude de 6 000 pieds (environ 1 830 mètres), toujours au-dessus des nuages. N'obtenant aucune réponse malgré de nombreux appels, des équipes aériennes de recherche survolèrent l'île de Ross et retrouvèrent les restes de l'appareil onze heures après le dernier contact établi à 12h56, éparpillés à une altitude de seulement 1 500 pieds (environ 460 mètres), sur le flanc du mont Erebus au nord de la station de McMurdo, sans percevoir aucun survivant.

Enquête et conclusions[modifier | modifier le code]

Plan de vol prévu (pointillés rouges) et réellement suivi (ligne rouge) par le vol TE901 en direction du mont Erebus (triangle orange).

L'enregistreur de données de vol et enregistreur sonore de la cabine de pilotage, ainsi que les bandes vidéo et les pellicules photographiques des passagers furent d'une grande aide aux enquêteurs dépêchés sur place. Le cratère d'impact révéla que l'avion a percuté la montagne à grande vitesse, quasiment à l'horizontale, et pris feu immédiatement. La reconstitution des dernières minutes du vol mirent en évidence que l'avion avait effectué deux virages à 360°, à droite puis à gauche, tout en perdant de l'altitude et ceci afin de chercher la meilleure route possible en évitant les zones les plus ennuagées. Ayant terminé ses virages et pensant se trouver à trente milles au nord de McMurdo selon le plan de vol préétabli, l'équipe de pilotage poursuivit sa descente. Le système avertisseur de proximité de sol retentissant seulement trois minutes après, l'équipe de pilotage tenta de redresser l'appareil qui percuta la montagne peu après à 260 nœuds (environ 480 kilomètres par heure).

L'explication fournie par les enquêteurs est la conjonction d'une erreur dans le plan de vol et d'une illusion d'optique. En effet, au moment de l'accident, des observateurs au sol indiquèrent que la visibilité autour de l'île de Ross était mauvaise, que la base des nuages se trouvait à une altitude d'environ 3 500 pieds (environ 1 070 mètres) et que des nuages couvraient le mont Erebus, une situation de blanc dehors. Cette nébulosité conjuguée à la lumière polaire aurait pu provoquer une illusion d'optique donnant l'impression aux passagers de l'avion qu'ils survolaient un terrain plat alors qu'ils se dirigeaient droit vers la montagne. L'équipe de pilotage pensait quant à elle passer à l'ouest du mont Erebus mais selon un plan de vol erroné établi plus d'un an auparavant. Les coordonnées de la station McMurdo avaient alors été mal enregistrées, mais les vols précédents s'étaient passés sans encombres, les équipes de pilotage effectuant alors un vol à vue. Mais le vol 901 ne possédait pas une telle visibilité, ce qui amena l'appareil droit sur la montagne. Ironie du sort, les coordonnées avaient été changées la veille du vol mais seule la station McMurdo en avait été informée, pas l'équipage du vol 901. La responsabilité de l'accident fut néanmoins imputée à l'équipage, qui était descendu en dessous de l'altitude réglementaire (6 000 pieds, soit 1 830 mètres) à ce moment du vol, ainsi qu'aux mauvaises conditions météorologiques.

Passagers et membres d'équipage[modifier | modifier le code]

Reconstitution possible de ce que pouvaient apercevoir les membres du DC-10 depuis la cabine de pilotage à l'approche de l'île de Ross : en raison d'un blanc dehors créant une illusion d'optique, le mont Erebus se confond avec le ciel.
Reconstitution du DC-10 quelques instants avant son écrasement sur le mont Erebus.
Nationalité Passagers Equipage Total
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 180 20 200
Drapeau du Japon Japon 24 0 24
Drapeau des États-Unis États-Unis 22 0 22
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 6 0 6
Drapeau du Canada Canada 2 0 2
Drapeau de l'Australie Australie 1 0 1
Drapeau de la France France 1 0 1
Drapeau de la Suisse Suisse 1 0 1
Total 237 20 257[1]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télévisée Mayday : Alerte maximum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mémorial du vol TE901 » (consulté le 9 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • (fr) Andrew Ayers, « Leçon tirée du voile blanc au mont Erebus », Nouvelles, no 4,‎ 2002, p. 11-12 (ISSN 0709-812X, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :