Vertige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vertige (homonymie).
Vertige
Classification et ressources externes
Optokinetic nystagmus.gif
Nystagmus : Mouvements de l'œil durant une sensation de vertige.
CIM-10 H81, R42
CIM-9 438.85, 780.4
eMedicine neuro/ 
MeSH D014717
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le vertige est un trouble affectant une personne dans le contrôle de sa situation dans l'espace (atteinte de l’appareil de l’équilibre) qui peut survenir en différentes circonstances ou pour différentes causes (traumatisme physique ou pathologies), à tous les âges.

Il se définit par une illusion de mouvements (de soi ou de l'environnement). Outre l'impression de désorientation, le sujet peut avoir des difficultés à se tenir debout ou à marcher. La nausée, des troubles ophtalmologiques, des équivalents migraineux et parfois des vomissements peuvent s'y associer. En un sens plus large, le terme vertige peut s'appliquer à une sensation de malaise éprouvée par un sujet se trouvant de manière inaccoutumée en hauteur, le terme adéquat en médecine est acrophobie.

Types des vertiges[modifier | modifier le code]

Ce trouble est caractérisé par diverses sensations correspondant à un type de vertige :

  • le « vertige vrai » correspondant à la sensation rotatoire parfois accompagnée de signes de la lignée vagale (nausées, bradycardie, sueur froides…) souvent provoquée par une perception de mouvement différente entre la vision et le système vestibulaire :
    • le vertige physiologique, dans lequel la sensation désagréable est provoquée par la confrontation du duo vision/vestibule avec une situation/conformation inhabituelle. Le vertige du haut de l'échelle ou de la tour Eiffel est à classer dans cette catégorie,
    • le vertige pathologique, provoqué par une affection touchant la perception vestibulaire ou visuelle, ou tout au moins par une différence entre les deux perceptions. L'anomalie de perception, tant visuelle que vestibulaire, peut se produire dans la perception comme dans la transmission neurologique du message, comme enfin dans le traitement de l'information au niveau des cortex visuels et vestibulaires, ou encore dans leur interrelation,
  • la « sensation vertigineuse », sans sensation de rotation, rattachable à de nombreux signes cliniques, sans spécificité nette, parmi lesquels les malaises, l'hypertension artérielle, l'hypotension, la fièvre (liste non exhaustive) peuvent être comptés.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

L'interrogatoire et l'examen clinique (manœuvre diagnostique) permettent un diagnostic rapide chez plus des 3/4 des patients[1]. Les manœuvres diagnostiques des vertiges paroxystiques positionnels bénins (VPPB) et la recherche des signes d'atteinte du contrôle cérébelleux de l'oculomotricité et de la fonction vestibulaire orientent le diagnostic, de même que l'examen du patient « vertigineux »[1].

Prévalence[modifier | modifier le code]

50 % des patients ont fait ou feront l’expérience d’un vertige[2] ; un patient sur sept a connu ou connaîtra une grande crise de vertige ou de déséquilibre aigu. Ce symptôme touche 5 % de la clientèle d’un généraliste[2], un spécialiste étant consulté dans 37 % des cas[2], avec une cause grave et potentiellement mortelle découverte dans 2 % des cas (accident ischémique cérébral embolique ; des accidents aéro-emboliques lors d'une plongée sous-marine avec bouteille affectent l’oreille interne et peuvent être associés à de graves atteintes médullaires)[2]. 35 % des patients conduits aux urgences présentent des vertiges positionnels paroxystiques bénins ; 6 % présentent de premières manifestations de la maladie de Menière[2] et 6 % de névrite vestibulaire ou moins souvent une fracture du rocher ou des complications infectieuses (dont la labyrinthite infectieuse, rare)[2].

Histoire, soins[modifier | modifier le code]

Les anciens recommandaient comme remède préventif une plante médicinale, la couleuvrée[3] (nom qui peut aujourd'hui désigner trois plantes différentes).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b M. Toupet, « Diagnostic pratique d'un vertige [Practical diagnosis of vertigo] » EMC - Neurologie, vol. 2, no 4, novembre 2005, pages 463–474. (Résumé)
  2. a, b, c, d, e et f M. Toupet, « Vertiges en urgence [Vertigo in emergency] » EMC-Médecine 2005;2(1):82–106. (Résumé)
  3. Guitard Eugène-Humbert (1935), La plante qui préserve du vertige : Dubois, in : La chronique médicale, 1935, no 3, p. 69- 70 Revue d'histoire de la pharmacie, année 1935, volume 23, numéro 90, p. 91-92.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Semont A, Freyss G. & Vitte E. « Vertige positionnel paroxystique bénin et manœuvre libératoire » Annales d'oto-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale 1989;106(7):473-476.
  • Bernard Andrieu, Donner le vertige. Les arts immersifs, préface Jean-François Chassaye, Montréal, Liber, 2014
  • S. Wiener-Vacher, « Vertiges de l’enfant [Vertigo in children] » EMC - Oto-rhino-laryngologie, vol. 2, no 2, mai 2005, pages 230–248.
  • (en) Toupet M, Ferrary E & Bozorg Grayeli A. « Effect of Repositioning Maneuver Type and Postmaneuver Restrictions on Vertigo and Dizziness in Benign Positional Paroxysmal Vertigo » The Scientific World Journal 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]