Trobairitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La trobairitz Beatritz de Dia.

Une trobairitz (féminin de l’occitan trobador) ou troubadouresse, forme féminine de troubadour, est une poétesse et compositrice d'expression occitane ayant vécu dans le sud de la France aux XIIe et XIIIe siècles. On trouve pour la première fois ce mot dans le roman de Flamenca du XIIIe siècle.

Les trobairitz ont composé et joué des vers pour les cours de la noblesse occitane. Leur présence dans l’histoire de la musique est exceptionnelle dans la mesure où elles sont les premières compositrices de musique profane occidentale connues, et également les premières ayant écrit de la musique sacrée.

Comme les troubadours, les trobairitz faisaient partie de la société courtoise, par opposition à leurs homologues de condition ordinaire, les joglaresses (en français jongleuses). Les trobairitz identifiées dans les manuscrits étaient de naissance noble et dotées d'une bonne instruction littéraire, comme Marie de Ventadour ou la comtesse de Die (Beatritz de Dia).

Quelques trobairitz[modifier | modifier le code]

Fichier audio
A chantar m'er (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il reste bien peu d'écrits des trobairitz (une trentaine d'écrits environ) et encore moins de leur production musicale, puisque seule la partition de "A chantar m'er de so que no volria", de la comtesse de Die, a traversé les siècles. Les écrits poétiques des troubadours et trobairitz étaient des cansos (chanson), des tensons (dialogue entre deux ou trois poètes, soit entre femmes : Almuc de Castelnou et Iseut de Capion ; Alaizina, Iselda et Na Carensa) soit entre femme et homme (Alamanda et Guiraut de Bornelh ; Maria de Ventadorn et Gui d'Ussel ; Isabéla et Ilias Cairel ; Na Lombarda et Bernat Arnaut d'Armanhac ; Guilhelma de Rosers et Lonfranc Cigala ; Gansizda -Gersande- de Forcalquier et un troubadour anonyme) soit entre hommes ; et des sirventès (débats socio-politiques) [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

A chantar par Beatritz de Dia.
  • Pierre Bec, Chants d'amour des femmes-troubadours: trobairitz et chansons de femme, Paris, Stock, 1995 ISBN 2-234-04476-6
  • Martine Biard Les Trobairitz. Femmes poètes du Sud au XXIe siècle , recueil de témoignages et de poèmes, Narbonne, Editions Mille Poètes en Méditerranée, 2013 (ISBN : 978-2-918-38167-9)
  • Jean Boutière, A. H. Schutz, Biographies des troubadours, Paris, Nizet, 1964
  • Peter Dronke, « The Provençal Trobairitz: Castelloza » dans Medieval Women Writers, Éd. Katharina M. Wilson, Athens, University of Georgia Press, 1984
  • Margarita Egan, The Vidas of the Troubadours, New York ; London, Garland, 1984.
  • Liliane Giraudon, Jacques Roubaud, Les Trobairitz : « Les Femmes dans la lyrique occitane », Action poétique, 75 (1978).
  • Alfred Jeanroy, Jongleurs et troubadours gascons des XIIe et XIIIe siècles, Paris, Champion, 1923.
  • René Nelli, L’Érotique des troubadours, Paris, UGE, 1974
  • William D. Paden, The Voice of the Trobairitz : Perspectives on the Women Troubadours, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1989
  • Kittye Delle Robbins, « Woman/Poet : Problem and Promise in Studying the « Trobairitz » and Their Friends », Economia 1, no. 3: p. 12-14, 1977
  • Michèle Sarde, Regards sur les Françaises Paris, Stock, 1983.
  • Marianne Shapiro, « The Provençal Trobairitz and the Limits of Courtly Love », Signs 3, 1978, p. 560-71
  • Jules Véran, Les Poétesses provençales du Moyen Âge et de nos jours, Paris, A. Quillet, 1946
  • François Zufferey, « Toward a Delineation of the Trobairitz Corpus », dans The Voice of the Trobairitz, Éd. William D. Paden, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1989
  • Eva Martin Sartori, Dorothy Wynne Zimmerman, French Women Writers, University of Nebraska Press, 1994 ISBN 0-8032-9224-4

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]