Michèle Sarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michèle Sarde, agrégée de lettres (Université Paris Sorbonne-Paris IV), est une universitaire et écrivaine française. Elle a enseigné la littérature et la culture françaises ainsi que les études de genre et interculturelles à l’université de Georgetown, à Washington, de 1970 à 2001. Elle est actuellement professeur émérite de cette université, résidant au Chili et en France.

Son œuvre littéraire - qui traverse les cultures et les disciplines - reflète cette expérience, à la croisée de trois régions du monde et y puise son inspiration. Les fils conducteurs de son œuvre sont l'observation des femmes, l'interculturel, l'interaction entre l'histoire et le destin individuel et les systèmes totalitaires au XXe siècle. Elle est essayiste, biographe et romancière.

Essayiste[modifier | modifier le code]

En 1984, Michèle Sarde publie un essai très remarqué[1], Regard sur les Françaises, qui obtient des prix de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques. Il retrace l'histoire singulière des Françaises du Xe au XXe siècle. Cet ouvrage qui réinterprète les textes et présente des analyses sur l'histoire des femmes en France, propose également des portraits de femmes marquantes. Dans cet essai elle "met en œuvre une méthode très concrète, qui part de l'analyse des faits et des textes pour repérer mouvements ou continuités et élaborer ses concepts"[2]. C'est en 2007 que paraît De l'alcôve à l'arène, un essai qui prolonge l'analyse menée dans Regard sur les Françaises. À partir d'un travail de recherche comparative et multidisciplinaire (littérature, sociologie et sciences politiques) doublé d'interviews de femmes ayant marqué leur époque, elle mesure le chemin parcouru par les Françaises depuis les années 1980, dans leur quête d'égalité[3].

Biographe[modifier | modifier le code]

Elle écrit tout d'abord une biographie de Colette intitulée Colette, libre et entravée, parue en 1978, ouvrage couronné par l'Académie française. Dans ce livre, Michèle Sarde part de l'œuvre de Colette pour la "recréer" à travers ses propres mots[4]. "S'appuyant sur une documentation très riche, elle donne un éclairage nouveau sur le personnage de Colette. C'est un livre qui marque, en même temps que l'édition de la Pléiade, le début de nouvelles approches critiques de Colette"[5]. Elle se consacre ensuite à l'écriture d'une biographie de Marguerite Yourcenar intitulée Vous Marguerite Yourcenar ; la passion et ses masques parue en 1995. Dans cette biographie - rédigée en forme de dialogue où Michèle Sarde s'attache à la reconstitution d'une enfance et d'une jeunesse mal connues - elle part "du texte pour déconstruire l'auteur, tant dans son destin individuel que dans son appartenance à l'histoire collective"[6]. Michèle Sarde a également participé à l'édition de plusieurs recueils de la correspondance de Marguerite Yourcenar. Enfin, elle s'engage dans une nouvelle forme biographique avec Jacques le Français, paru en 2002. Ce livre inspiré d'entretiens relate le destin singulier de Jacques Rossi, jeune communiste franco-polonais (auteur du Manuel du Goulag), pris dans les purges de 1937, qui passa dix neuf ans dans le Goulag soviétique.

Romancière[modifier | modifier le code]

D'abord remarquée pour un premier roman Le Désir fou qui relate la traversée d'une passion destructrice, Michèle Sarde a puisé dans l'histoire tourmentée du XXe siècle. Dans Histoire d'Eurydice pendant la remontée, paru en 1991 (figurant sur la liste du prix Goncourt), elle évoque la guerre d'Algérie et la Shoah. L'œuvre s'organise autour du mythe d'Orphée et le reconstruit du point de vue d'Eurydice. Le roman s'inspire de deux héritages culturels et historiques : la mythologie grecque, revisitée par le prisme du féminisme et la tradition judéo-chrétienne. Constance et la cinquantaine, roman par courriel paru en 2003, a pour thème central le passage à la cinquantaine d'un groupe de femmes liées par l'amitié. Il évoque en arrière-plan, le génocide arménien et la dictature militaire au Chili.

Michèle Sarde a publié de nombreux articles dans des revues universitaires[7].

Études[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Colette : libre et entravée, Paris, Stock, 1978. (réédition Seuil, collection Points 1984)
  • 1984 : Regards sur les Françaises, Xè-XXè siècle, Paris, Stock, 1984. (réédition Seuil, collection Points, 1985)
  • 1995 : Vous, Marguerite Yourcenar : la passion et ses masques, Paris, Laffont, 1995.
  • 1997 : Le livre de l'amitié : d'Homère à Georges Brassens, Paris, Seghers 1997 (Avec Arnaud Blin).
  • 2002 : Jacques, le Français : pour mémoire du goulag, Paris, Le Cherche Midi 2002, (réédition, Pocket, 2005) (Avec Jacques Rossi).
  • 2007 : De l'alcôve à l'arène : nouveau regard sur les Françaises, Paris, Laffont, 2007.

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Le désir fou, Paris, Stock, 1975.
  • 1991 : Histoire d'Eurydice pendant la remontée, Paris, Seuil, 1991.
  • 1997 : Le salon de conversation, Paris, Lattès, 1997 (Avec Catherine Hermary-Vieille).
  • 2003 : Constance et la cinquantaine, Paris, Seuil, 2003.

À propos de l'œuvre[modifier | modifier le code]

  • Miguet-Ollagnier, Marie. "Histoire d'Eurydice pendant la remontée de Michèle Sarde: un contre Orphée?", Uranie 2 (1992): 145-161.
  • Proulx, Patrice J. "Of Myth and Memory: Rereading Michèle Sarde's Histoire d'Eurydice pendant la remontée", Religiologiques: Sciences Humaines et Religion 15 (Spring 1997): 179-187.
  • Plate, Liedeke. "Breaking the Silence: Michèle Sarde's Histoire d'Eurydice pendant la remontée", Women in French Studies 3 (Fall 1995): 90-99.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émission Apostrophes de Bernard Pivot du 20 janvier 1984, intitulée « Femmes de pouvoir, femmes d'influence » / http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPB84050578/femmes-d-influence.fr.html
  2. Présentation par Roland Celette, Attaché culturel à l’Ambassade de France aux États-Unis à l’occasion de la remise des insignes de Chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres / http://www.michelesarde.com/portrait_frame.html
  3. Article paru sur le site de French Book News / http://www.frenchbooknews.com/detail.php?livre_id=289&categorie_livre=Livre_francais
  4. Portrait de la romancière française Colette à travers une évocation de l'essayiste Michèle Sarde / http://www.babelio.com/apostrophes.php?search=51143
  5. Compte rendu par Simone Delesalle/Site de la société des amis de Colette
  6. Communication intitulée “Ligne de démarcation : L’Écriture et la Vie”, présentée lors du colloque « Limits/Limites », 20th and 21st Century-French and Francophonic Studies International Colloquium, Georgetown University, Washington, D.C., du 6-8 mars 2008. Publié dans Contemporary French & Francophonic Studies, vol. 13, n° 5, décembre 2009, p. 531-538 / http://www.sites.uconn.edu/13-5.html
  7. Pour une liste complète des articles : http://www.michelesarde.com/georgetown_frame.html

Liens externes[modifier | modifier le code]