Marie de Ventadour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie de Ventadour, est une trobairitz (femme troubadour : poétesse et compositeur) occitane de la fin du XIIe siècle (morte sans doute en 1222).

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie de Ventadour est l'une des « Las tres de Torena » (« Les trois de Turenne »), les trois filles de vicomte Raymond II de Turenne et d'Élise de Séverac[1]. Celles-ci, selon Bertran de Born, possédaient « Tota beltat Terrena » (« toutes les beautés terrestres »). La date de naissance de Marie de Ventadour est incertaine, mais on peut dire qu'elle décède autour de 1222. On la connaît également sous les noms de « Marie de Turenne » ou « Marguerite de Turenne ». Elle épouse le vicomte Ebles V de Ventadour (qui gouverne le vicomté de Ventadour, dans la Corrèze actuelle), petit-fils de Ebles III (protecteur du troubadour Bernart de Ventadour), Ebles le chanteur, qui compte parmi les créateurs du genre. Ils ont un fils, Ebles (futur Ebles VI), qui épouse plus tard Dauphine de la Tour d'Auvergne, et une fille, Alix ou Alasia. Alix épousera Robert d'Auvergne, comte de Clermont, un arrière petit-fils de Robert IV Dauphin d'Auvergne.Marie est mentionnée dans le travail de plusieurs troubadours dont Gaucelm Faidit, Pierre de Vic, Jausbert de Puycibot, Pons de Capduelh, Guiraut de Calanso, Bertran de Born et Gui d'Ussel. Selon un commentaire de Hugues IX de Lusignan, elle était « chevalier » (era sos cavalliers).

Notice Camille Chabaneau Les biographies des troubadours en langue provençale Slatkine (Genève)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Marie de Ventadour est répertoriée comme « trobairitz » autonome dans un tenson (échange entre deux poètes) de 1197, seul travail qui nous est parvenu d’elle. Ce tenson : Gui d’Uissel, be·m pesa de vos... (traduction française en ligne sur wikisource ci-dessous), dont les versets alternés ont été composés par elle et Gui d'Ussel, pose ce problème : « une fois qu'un homme a réussi par sa cour à séduire une dame, devient-il son égal ou demeure-t-il son serviteur ? ». Marie défend le second point de vue.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]