Guillelma de Rosers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillelma de Rosers (vers 1235-1265), aussi écrit Guilleuma, Guillielma, Guilielma ou Guilhelma est une trobairitz Provençale du XIIIe siècle, une des dernières trobairitz connues. Elle est originellement de Rougiers mais a vécu longtemps à Gênes où elle a rencontré Lanfranc Cigala (en) qui a écrit sur elle dans certaines de ses chansons. Les chansons et la vida de Lanfranc sont les sources principales sur la vie de Guillelma de Rosers. Elle est également la destinataire — la flor de cortezia, la fleur de la courtoisie — d'une canso anonyme, Quan Proensa ac perduda proeza (lorsque Provence avait perdu prouesses), qui déplore son long séjour à Gênes.

La seule poésie encore connue de Guillelma est un jeu-parti, Na Guillelma, maint cavalier arratge, avec Lanfranc[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. . Ce jeu-parti a peut-être été composé alors qu'elle était à Gênes ou quand Lefranc était en Provence

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Raynouard, Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'europe latine, Paris, Silvestre, libraire,‎ 1838 (lire en ligne), p. 509
  • (en) Meg Bogin, The Women Troubadours, Scarborough, Paddington,‎ 1976 (ISBN 0-8467-0113-8)
  • (en) Matilda Tomaryn Bruckner, Laurie Shepard et Sarah White, 'Songs of the Women Troubadours, New York, Garland Publishing,‎ 1995 (ISBN 0-8153-0817-5)
  • (en) Margarita Egan, The Vidas of the Troubadours, New York,‎ 1984 (ISBN ISBN 0-8240-9437-9[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Elliott D. Healy, Lanfrance Cigala, Poet of the Dolce Stilnuovo in Provençal. Studies in Philology, 45,‎ 1948, p. 432-45
  • (en) Robert Kehew, Ezra Pount et William De Witt Snodgrass, Lark in the Morning: The Verses of the Troubadours, Chicago,‎ 2005 (ISBN ISBN 0-226-42932-6[à vérifier : isbn invalide])